Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Charles Henri Royon VP Sales EMEA Tradeshift


Entretien avec Charles Henri Royon VP Sales EMEA chez Tradeshift.




Charles Henri Royon
Charles Henri Royon
Pouvez-vous nous présenter Tradeshift ?

Tradeshift est issue de l’expérience acquise autour de la mise en place de la politique de dématérialisation totale (100% des factures – 100% des fournisseurs) du gouvernement danois.

Dans ses fondements, Tradeshift est à la fois un réseau BtoB qui a pour objectif de permettre à toutes les entreprises de collaborer entre elles (à la Linkedin) et d’autres part une plate-forme technique apportant via un mécanisme d’App la couverture fonctionnelle des processus collaboratifs (analogie avec nos smartphones et les App).

Ainsi la plateforme Tradeshift permet d’accompagner les entreprises dans l’optimisation de leur Comptabilité Fournisseur (AP Automation - opérateur de dématérialisation fiscale dans plus de 25 pays) , de leur cash (Dynamic Discounting – Reverse Factoring), de la logistique (Order Collaboration), de la gestion du risque fournisseurs et enfin de l’eProcurement. Ceci dans une logique collaborative entre Acheteurs et Fournisseurs.

La plateforme Tradeshift est aussi ouverte à des partenaires tiers ou même à nos clients pour qu’ils construisent leurs propres app.

Un dernier point très important qui expliquent pourquoi plus de 500 000 fournisseurs ont déjà rejoint la plate-forme : la création d’un compte fournisseur sur Tradeshift est gratuit !

Quelles sont les innovations de votre solution Tradeshift Buy sur le marché des achats ?

Nous avons conçu Tradeshift Buy en étudiant d’une part le marché mais en dialoguant avec nos clients pour les accompagner à résoudre les problématiques de leur solution existante.
Tradeshift Buy se caractérise donc par les points suivants :
- Résolution les problématiques d'accès à un nombre limité de produits parfois obsolètes en donnant accès à la plus grande base de données de produits disponibles dans le monde entier.
- Renouveler l'expérience utilisateur à travers la mise à disposition d'une une boutique virtuelle intuitive qui couvre toutes les catégories de fournisseurs et de produits (y compris en matière de services).
- Éviter les achats non référencés réalisés par les collaborateurs et leur permet de réaliser des achats en ligne en conformité avec la politique définie.
- Encourager la collaboration et l'innovation avec ses fournisseurs au lieu d'un focus sur un meilleur coût.
- Pouvoir créer à la volée sur la base des données factures des propositions de catalogues pour les petits fournisseurs que nous leur soumettrons.
- Surmonter les problématiques des solutions existantes en silo grâce à une solution complète de transformation du processus de Procure to Pay incluant des partenaires Tiers et des Apps Tradeshift.

L’idée maîtresse de Tradeshift Buy est la même idée maîtresse qui a orienté notre module de gestion des factures : fournir un outil permettant de mettre sous contrôle via l’e-procurement tous les fournisseurs pas seulement les gros.

Pouvez-vous en quelques lignes nous donner des exemples de clients utilisant votre offre ?

Aujourd’hui plus d’une trentaine de client utilise Tradeshift en Europe. Parmi eux nous avons Air France, DHL, Kuehne+Nagel, mais aussi plusieurs sociétés du CAC 40,du DAX 30 ou du FTSE 250 qui souhaitent pour l’instant gardé l’anonymat.
Ils ont tous en commun l’utilisation de notre plate-forme pour l’automatisation de leur processus collaboratif lié à la comptabilité fournisseur et chacun en fonction de ces propres besoins utilise aussi d’autres Apps telles que la collaboration avancée autour de la supply chain, le dynamic discounting etc..

Comment s’articule votre business model par rapport au partenaires ?

Nous avons une équipe Alliance en charge des partenariats. Elle travaille activement avec plusieurs typologies de partenaires :
- les partenaires de types influenceurs/intégrateurs qui sont associés à la conduite du changement et à l’intégration chez nos clients communs
- les partenaires tiers qui peuvent apporter une valeur complémentaire à la plateforme Tradeshift dans des domaines très variés comme la collaboration avancée autour de la supply chain (Quyntess), le dynamic discounting (C2FO), du RSE (Ecovadis) et bien d’autres encore.
- les partenaires outsourceurs (BPO) qui sont intéressés pas apporter de la valeur à leur clients en les accompagnant vers le 100% électronique.
Tradeshift offre un programme de partenariat adaptés à l’ensemble des types de partenaires

Quels sont vos objectifs de développement à terme en France ?

Notre offre permet vraiment à toutes les sociétés d’améliorer ces processus collaboratifs internes et externes...pour aller enfin vers la vrai entreprise étendue et des processus 100% digitalisés.
Nous souhaitons offrir à toutes les sociétés du CAC40 et du SBF 120 l’accès à notre solution afin de pouvoir leur permettre de gagner en productivité.
Nous devrions avoir une dizaine de grands comptes la majorité faisant parti du CAC40 à fin 2015 faisant du marché français un marché de référence pour Tradeshift au niveau mondial et faisant de Tradeshift un acteur de référence sur le marché français avec un taux de pénétration de 15 à 20% du CAC40 en un peu plus d’un an, preuve de la pertinence de notre positionnement sur l’hexagone.
Cette forte pénétration en peu de temps s’explique aussi par l’inadéquation des modèles classiques dominant sur le marché français fondé sur un modèle fournisseurs payant.
Le travail avec les partenaires influenceurs mais aussi éditeur tiers va permettre d’offrir une proposition de valeur unique sur le marché.

Charles Henri Royon, merci d'avoir répondu à nos questions et rendez-vous très prochainement dans un nouveau numéro de Finyear.

© Copyright Finyear. Propos recueillis par la rédaction de Finyear.

Lisez gratuitement :
Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Les 5 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The FinTecher
- Le Capital Investisseur

Le magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Vendredi 2 Octobre 2015
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News