Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Chaînes d'approvisionnement : réseaux complexes d'interactions commerciales


Les acheteurs considèrent de plus en plus les fournisseurs d'égal à égal, mais la page des retards de paiement n'est pas tournée




Selon un rapport réalisé par Basware, les dirigeants financiers du monde entier s'inquiètent du fait que l'interdépendance entre les fournisseurs, les partenaires commerciaux et les clients, conséquence de la complexité accrue des réseaux d'approvisionnement, s'accompagne de risques commerciaux pour les acheteurs.

Basware, éditeur pionnier en solutions de Purchase-to-Pay présente le second chapitre du rapport intitulé « The Cost of Control - Disrupted Networks », troisième étude annuelle commanditée par Basware. Ce chapitre met l’éclairage sur les opinions et les priorités de directeurs financiers à travers le monde et analyse l'impact de la complexité croissante des interactions commerciales sur les acheteurs et les fournisseurs, ainsi que les répercussions des retards ou des erreurs de paiement.

Aspect positif de ce réseau commercial mondial, les acheteurs commencent à traiter les fournisseurs d'égal à égal et à prendre en compte les engagements qui lient ces derniers à leurs propres fournisseurs. Néanmoins, une inquiétude subsiste quant à l'effet du resserrement du crédit bancaire d'une part, et des retards ou erreurs de paiement d'autre part, dans la mesure où ces phénomènes exercent une pression sur les fournisseurs et se répercutent directement sur l'acheteur. Selon ce rapport, bien que les dirigeants financiers estiment à 15 % la proportion de factures impayées après l'échéance fixée, les deux tiers d'entre eux concèdent que les retards de paiement entraînent des difficultés pour leurs fournisseurs, et ils sont 38 % à reconnaître qu'un retard ou une erreur de paiement affecte autant les performances commerciales de leurs fournisseurs que celles de leur propre entreprise, le cas échéant.

Cette inquiétude concerne également la visibilité de l'activité dans la chaîne d'approvisionnement. En effet, 59 % des dirigeants financiers (64 % en France) estiment que cette visibilité, ainsi que le paiement des fournisseurs, deviennent plus difficiles du fait de la complexité croissante des réseaux. 64 % d'entre eux (80 % en France) pensent que la transparence d'un réseau d'approvisionnement ouvert et collaboratif permet de pallier certaines de ces difficultés tout en fournissant une base plus solide qu'un réseau fermé ou exclusif permettant de réaliser des économies à long terme. Aussi la transparence de tous les acteurs et l'automatisation des processus sont-elles primordiales pour gagner en efficacité et tirer parti de ce réseau mondial.

Selon 46 % des dirigeants financiers interrogés (contre 64 % en France), les principaux obstacles à l'amélioration des systèmes Purchase to Pay (P2P) sont le manque de flexibilité de ces systèmes et le risque de perturber le fonctionnement des réseaux d'approvisionnement complexes en y apportant des changements. Toutefois, 62 % des personnes sondées affirment qu'il sera crucial, au cours des 12 à 24 prochains mois, d’interconnecter des postes disparates du processus d'achat et de paiement au sein de leur entreprise.

Ainsi, comme l'explique Esa Tihilä, PDG de Basware : « Les chaînes d'approvisionnement sont devenues un tissu complexe d'interactions commerciales et chaque organisation au sein de ce réseau a un rôle à jouer en vue de minimiser les risques commerciaux. Les dirigeants financiers savent que les retards ou les erreurs de paiement mettent leurs fournisseurs en difficulté, et pourtant ces retards subsistent. Les entreprises traitent les acheteurs d'égal à égal, mais la qualité de leurs relations est mise à mal par leur inquiétude vis-à-vis des risques qui pèsent sur leur propre organisation. Pour ne pas se perdre dans la complexité de ces réseaux d'approvisionnement, les acheteurs et les fournisseurs doivent bâtir des relations de collaboration et partager davantage l'information. »

Concernant plus précisément la manière dont les entreprises sont susceptibles d'améliorer leurs collaborations, 56 % des directeurs financiers considèrent le partage de l'information et les systèmes de commerce électronique comme étant les moyens les plus efficaces pour atteindre cet objectif malgré la complexité des chaînes d'approvisionnement, et pour optimiser la manière dont ces entreprises interagissent au plan commercial.

Et Esa Tihilä de conclure : « La visibilité des flux de trésorerie reste une priorité fondamentale pour les directeurs financiers. Un réseau ouvert fournit une base plus solide pour obtenir cette visibilité, et donc des économies durables. Dans un réseau fermé, il est difficile d'obtenir une visibilité totale et le fournisseur risque donc de devoir supporter des coûts accrus et imprévisibles. Un réseau ouvert offre la possibilité à toutes les parties, quelle que soit la taille de leur entreprise, d'accéder à de nombreux formats automatisés, ce qui leur permet à leur tour de collaborer avec des organisations de toutes tailles ».

Spend Matters, éditeur et directeur adjoint UK/Europe chez Peter Smith, déclare : « Le rapport Basware est intéressant pour les responsables ‘approvisionnement’ car il donne une vision très claire de la façon dont un directeur financier perçoit les réseaux des acheteurs et des fournisseurs ainsi que les enjeux clefs qui y sont liés. Ce rapport permet d’entrevoir à la fois les points positifs d’une plus grande interaction entre les acheteurs et les fournisseurs, mais aussi quelques-uns des risques et des défis qu’une telle proximité peut engendrer. Sans surprise, l’étude montre que les dirigeants financiers ont pleinement conscience des problèmes liés à la trésorerie et au paiement, Spend Matters est convaincu que de nombreuses entreprises doivent davantage se concentrer sur ces aspects-là ».

À propos de l’étude
L’étude Cost of Control menée par Basware rassemble les informations fournies par 550 directeurs financiers interrogés aux États-Unis (100 entretiens), au Royaume-Uni (100), en Scandinavie (100), en Allemagne (100), en Australie (50), au Benelux (50) et en France (50). Les personnes interrogées appartiennent à des entreprises d’au moins 1 000 employés et ont répondu, au nom de leur société à des questions portant sur le processus décisionnaire et la gestion du budget au sein de leur entreprise. Les personnes ont été interrogées par téléphone et ont participé à un sondage en ligne.

À propos de Basware
Basware est le leader mondial des solutions Purchase-to-Pay avec plus d'un million d'utilisateurs dans plus de 60 pays à travers le monde. Le réseau ouvert de Basware pour la facturation électronique et les transactions d'achat relie plus de 320 000 entreprises dans le monde. Basware permet aux organisations de réduire le coût de l'achat et du règlement de biens et de services, et d'acquérir de la visibilité sur la totalité de leur processus d'investissement, ainsi que la maîtrise de celui-ci, en automatisant les processus manuels, de l'approvisionnement à l'automatisation des factures, en passant par la sous-traitance, la gestion des contrats, l'achat et la collaboration avec leurs fournisseurs. Les solutions et services de Basware permettent aux entreprises d'améliorer leur trésorerie, d'optimiser leur fonds de roulement et la souplesse de leurs opérations financières tout au long du cycle allant de l'approvisionnement au paiement. Ces solutions sont distribuées et déployées directement sur site ou en tant que service en Europe, aux États-Unis et dans la région Asie Pacifique, à travers un large réseau de bureaux Basware et de partenaires agréés.
www.basware.com

Téléchargez ci-dessous la version complète du rapport « Cost of Control Disrupted Networks » (PDF 6 pages en anglais)

cost_of_control_disrupted_networks_final.pdf Cost of Control Disrupted Networks Final.pdf  (5.68 Mo)


Vendredi 30 Mars 2012
Notez




DISCUSS / DISCUTER

1.Posté par Celine le 25/02/2014 18:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je suis pas du tout étonné. Bien que la chaîne d'approvisionnement ait facilité l’agrandissement d’un commerce mondial, force est de reconnaître qu'elle implique des risques comportant des conséquences négatives. Les acteurs de la chaîne d'approvisionnement ne peuvent pas, par intérêt économique ou autre chose, remplir seuls toutes les fonctions.

Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs