Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Catalogne : les investisseurs ne devraient pas craindre une situation de rupture


« Les investisseurs ne doivent pas craindre une rupture imminente en Espagne : si les séparatistes de Catalogne ont pris le contrôle du parlement régional, ils n’ont pas obtenu plus de 50% du vote populaire », commente Léon Cornelissen, économiste en chef de Robeco.




Catalogne : les investisseurs ne devraient pas craindre une situation de rupture
- L'élection régionale a été perçue comme un référendum sur l'indépendance ;
- Les sécessionnistes ont pris le contrôle de l'Assemblée, mais n’ont pas le soutien du vote populaire ;
- Les marchés ont bien accueilli ce résultat et attendent les élections nationales de décembre.

Les élections régionales ont été traitées comme un référendum sur l'indépendance de la Catalogne puisque le gouvernement espagnol a refusé un accord ‘à l’écossaise’, déclarant que cela violait la Constitution. Les partis sécessionnistes, ensemble, ont remporté 72 sièges sur les 135 membres que compte l'Assemblée catalane, mais ont seulement recueilli 48% des suffrages exprimés.

Les marchés financiers ont tout intégré dans la foulée : l’indice de référence obligataire espagnol a légèrement augmenté en valeur car les investisseurs ont perçu ce résultat comme une bonne nouvelle à court terme, tandis que les actions espagnoles ont à peine bougé.

La Catalogne est importante car elle représente 19% du PIB espagnol. Il s’agit de la région la plus riche et la plus importante d'Espagne. Les élections ont été amenées comme un référendum sur l'indépendance de la Catalogne et elles ont été interprétées comme tel par l'électorat.

Cependant, malgré un taux de participation record, le vote populaire pour l'indépendance a été inférieur à 50%, même si les partis pro-sécessionnistes ont remporté une majorité de sièges. Le chef de Junts pel Sí (« Ensemble pour le Oui »), le principal parti sécessionniste, a déclaré vouloir démarrer un plan à 18 mois pour l'indépendance. Selon lui, la majorité obtenue en termes de sièges prouve que le parti à un mandat, mais l'absence d'une majorité claire dans le vote populaire fait que ce supposé mandat semble un peu tiré par les cheveux.

« Je dirais donc que les chances d’une sécession à court terme sont très faibles et, fondamentalement, ce sont des nouvelles positives pour les investisseurs. Le gouvernement espagnol doit maintenant faire des concessions majeures aux Catalans afin de les garder au sein de l'Espagne, mais cette question sera traitée par le prochain gouvernement, après les élections nationales espagnoles de décembre, » commente Léon Cornelissen.

Des négociations difficiles
La situation est similaire à celle de l'Ecosse où, en septembre 2014, le mouvement séparatiste a perdu le référendum officiel portant sur la question de quitter le Royaume-Uni. Cependant, il a contraint le gouvernement britannique à transférer beaucoup plus de pouvoirs au Parlement écossais, contrôlé par les nationalistes. « Des négociations tout aussi difficiles les attendent » déclare Léon Cornelissen.

Selon l’économiste, il était important que le parti anti-indépendantiste Ciudadanos («citoyens») soit arrivé deuxième alors que le parti de gauche Podemos («Yes We Can») a obtenu un mauvais résultat, voyant sa part de vote chuter d’un 20% virtuel dans les sondages d’il y a quelques mois à un factuel 8%.
Podemos représente la frange anti-establishment. Vous pourriez donc dire que ce sont de bonnes nouvelles pour les prochaines élections nationales. Ciudadanos est un nouveau parti d'opposition centriste, né de façon assez intéressante en Catalogne. Donc, l'opposition constructive se fait exceptionnellement bien et elle est de bon augure pour l'élection nationale de décembre.

Le mouvement d'indépendance émerge de Catalogne parce que la région est économiquement puissante. Elle a sa propre langue et culture distinctive, et s’est opposée à Franco pendant la guerre civile. « Il y a une claire différence linguistique et culturelle avec le reste de l'Espagne, et le gouvernement espagnol a été très centriste. Aussi, d’une certaine manière, le mouvement d'indépendance est compréhensible, » déclare M. Cornelissen.

Mais l'Espagne est essentiellement un regroupement de régions et de provinces, de sorte que si vous donnez libre cours à la Catalogne, vous ouvrez une boîte de Pandore pour d'autres régions telles que le pays basque. Le gouvernement espagnol a toujours été très strictement contre les tendances séparatistes, des plus fortes en Catalogne. La région a été du côté du gouvernement pendant la guerre civile. Quand Franco a gagné il impitoyablement réprimé les mouvements séparatistes. "

Une puissance industrielle
Selon Léon Cornelissen, « la Catalogne et sa capitale, Barcelone, la deuxième plus grande ville d'Espagne, représentent également une puissance économique suffisante pour être en mesure de potentiellement survivre comme un Etat indépendant. Le fait que la Catalogne a toujours été la région la plus riche et la plus industrialisée complique la situation. Elle représente près d'un cinquième du PIB espagnol. » Dans la région, trop personnes se plaignent de devoir supporter le coût des subventions versées aux régions les plus pauvres d'Espagne, telles que l'Andalousie, certaines personnes considèrent la Catalogne comme la vraie Espagne.

Cependant, de nombreuses entités aussi puissantes s’opposent à l’indépendance. Beaucoup d'entreprises ont menacé de quitter la Catalogne si la région devenait indépendante, et le gouvernement central a prévenu juste avant les élections qu'il ne pourrait pas soutenir les banques catalanes après l'indépendance.

Une Catalogne indépendante ne serait pas un membre de l'OTAN ou de l'Union Européenne, de sorte qu’elle aurait à demander son adhésion et à s’asseoir dans la salle d'attente avec la Serbie, même si, bien sûr, elle serait traitée de façon pragmatique puisqu’il n’est clairement pas dans l'intérêt de l'OTAN ou de l'UE de la faire partir.

La question juridique qui empêche la séparation doit également être surmontée. « La Constitution espagnole ne permet pas la sécession, mais en vertu du droit international, cette situation est ambigüe. Vous pourriez rétorquer que la souveraineté des peuples ne peut être entravée, » déclare Léon Cornelissen. « Nous ne pensons pas que la sécession soit probable à court terme, mais ces blessures vont continuer à se gangréner. »
Obtenir 48% des voix est assez impressionnant. La situation peut encore dégénérer en un divorce difficile et, compte tenu du niveau élevé de la dette en Espagne, ce n’est pas ce que souhaitent les investisseurs. »

Important information
This document has been carefully prepared by Robeco Institutional Asset Management B.V. (Robeco).
It is intended to provide the reader with information on Robeco’s specific capabilities, but does not constitute a recommendation to buy or sell certain securities or investment products.
Any investment is always subject to risk. Investment decisions should therefore only be based on the relevant prospectus and on thorough financial, fiscal and legal advice.
The information contained in this document is solely intended for professional investors under the Dutch Act on the Financial Supervision (Wet financieel toezicht) or persons who are authorized to receive such information under any other applicable laws.
The content of this document is based upon sources of information believed to be reliable, but no warranty or declaration, either explicit or implicit, is given as to their accuracy or completeness.
This document is not intended for distribution to or use by any person or entity in any jurisdiction or country where such distribution or use would be contrary to local law or regulation.
All copyrights, patents and other property in the information contained in this document are held by Robeco. No rights whatsoever are licensed or assigned or shall otherwise pass to persons accessing this information.
The information contained in this publication is not intended for users from other countries, such as US citizens and residents, where the offering of foreign financial services is not permitted, or where Robeco's services are not available.
Robeco Institutional Asset Management B.V. (trade register number: 24123167) has a license of the Netherlands Authority for the Financial Markets in Amsterdam.

DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur


The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.




The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal



BOURSE : Indices + CAC40 + MP


Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


TAUX D'INTERET LEGAL & TAUX INTERBANCAIRES

L'ordonnance du 20 août 2014 (n°2014-947) a introduit deux taux différents, l'un s'appliquant aux créanciers personnes physiques n'agissant pas pour des besoins professionnels, l'autre "pour tous les autres cas".

Le gouvernement a également instauré un calcul semestriel du taux légal calculé "en fonction du taux directeur de la Banque centrale européenne sur les opérations principales de refinancement et des taux pratiqués par les établissements de crédit et les sociétés de financement".

Comme prévu par l'article 2 de l'ordonnance du 20 août 2014, les deux nouveaux taux ont été fixés par arrêté pour leur entrée en vigueur dès le 1er janvier 2015.

L'arrêté du 23 décembre 2014 publié au JO le 27 décembre 2014 indique ainsi que :
"Pour le premier semestre 2015, le taux de l'intérêt légal est fixé :
1° Pour les créances des personnes physiques n'agissant pas pour des besoins professionnels : à 4,06% ;
2° Pour tous les autres cas : à 0,93%."


Rappelons que :
- En 2014, il était de 0,04%
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois





Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France




INDICES OBLIGATAIRES

Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


INFORMATIONS LÉGALES

Disclaimer:
Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

AVERTISSEMENT LÉGAL CONCERNANT LES COMMENTAIRES ET AVIS D'EXPERTS:

Les commentaires et avis d'experts figurant dans cette série d'articles publiés par Finyear sont émis à titre d’information et ne doivent pas être considérés comme un conseil d’investissement.

Plus particulièrement, les contenus figurant sur ce site Internet Finyear.com ne sauraient être interprétés comme des conseils fournis ou approuvés par tout membre du Groupe Finyear, ou comme une sollicitation ou une incitation à souscrire, vendre ou acheter un quelconque instrument financier.

Les analyses et opinions exprimées sont celles des sociétés et experts référencés dans chaque article à la date indiquée et sont susceptibles de changer à tout moment. Toutes projections économiques ou prévisions figurant dans ces articles document reflètent les hypothèses et jugements subjectifs des auteurs. Des événements imprévus peuvent se produire.
Ces commentaires et avis sont fournis uniquement à des fins d’information aux prestataires de services d’investissement ou aux autres professionnels ou investisseurs qualifiés.

Le site Internet Finyear.com ne contient aucun conseil financier, fiscal ou commercial, ni aucun conseil en investissement ou autre conseil proposé ou recommandé par le Groupe Finyear (et ne doit pas être interprété comme fournissant de tels conseils), et ne doit pas être considéré comme une liste des cours de placement, ni comme une offre, une incitation ou une sollicitation, en vue de la souscription, l'achat ou la vente de tout instrument financier.

Toute personne prenant une décision d'investissement en se fondant sur des informations disponibles sur Finyear.com agit à ses propres risques, et Finyear (y compris ses filiales) ne saurait en aucun cas être tenue responsable de toute perte subie de ce fait.

Tous les efforts ont été fournis afin de s’assurer de la justesse de l’information délivrée mais aucune assurance ou garantie ne peut être donnée.

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Les 5 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The FinTecher
- Le Capital Investisseur

Le magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres


Mercredi 30 Septembre 2015
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs