Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Cash Management : la métamorphose d’un secteur


Par Rémi JOFFRE – Vertuo Conseil.




Rémi Joffre
Rémi Joffre
Sans trésorerie, il n’y a qu’un pas à franchir pour entamer une procédure de liquidation judiciaire. Elle représente le nerf de la guerre pour les entreprises et la tâche n’est pas simple : en une décennie, elles ont vu leur gestion de trésorerie bouleversée ; principalement suite à la crise financière de 2008 et à l’avènement des technologies numériques. Ces grands changements marquent une tendance de fond que les institutions financières ont largement ressentie. Aujourd’hui, plusieurs questions se posent : de quelle manière le secteur s’est adapté à ces secousses et quelles leçons en tirer ? Car bien qu’aujourd’hui les Directeurs Financiers et les banques déploient une véritable « stratégie de gestion du cash », il est important qu’ils soient en mesure d’anticiper les évolutions futures.

Aversion au risque : la prise de conscience des entreprises

Si, avant la crise financière, les grandes entreprises recherchaient des solutions dans le but d’optimiser au maximum la rentabilité de leur trésorerie, la tolérance au risque a grandement évolué depuis. En se basant sur les composantes principales de plusieurs primes de risques, la Banque de France (Documents et Débats n°2 – fev/09) a estimé que l’aversion au risque a été multipliée par plus de 25 entre 2007 et 2009. Les placements risqués sont majoritairement écartés.

Intensification de la fraude

Alors que les effets de la crise se faisaient pleinement ressentir sur l’économie, la fraude aux entreprises est venue amplifier ce phénomène d’aversion au risque. L’essor massif des technologies dites « digitales » représente ainsi, avec le développement de nouveaux canaux de paiement et produits, un effet d’aubaine et de nouveaux axes d’attaque pour les fraudeurs. L’effet est sans appel : le vol de données s’est intensifié de plus de 78% pour la seule année 2014 (d’après le CNRS).

La réaction des entreprises

Face aux mouvements erratiques de l’économie et la professionnalisation de la fraude, les entreprises ont plus que jamais besoin de sélectionner les banques les plus solides. Afin de mieux sélectionner leurs partenaires, elles n’analysent plus seulement la performance commerciale et la solidité des banques. La politique de conformité avec la législation internationale, la solidité opérationnelle et la capacité à répondre aux situations de crise sont aussi analysées.

La stratégie des banques

Ces grands changements impactent les banques en profondeur qui mettent désormais en place des plans précis pour réagir le plus rapidement possible aux éventuelles crises. Elles investissent dans des plans de continuité d’activité, la sécurisation des transactions, les nouveaux moyens de paiement ainsi que dans l’électronique bancaire.

Avec le fort développement de ce que l’on appelle les « fintechs », ces start-ups de la finance, il est envisageable que le rôle des institutions financières en tant qu’intermédiaire dans les transactions des entreprises soit en partie remis en cause. Pour faire face à cette menace, les banques devront évoluer une nouvelle fois, plus rapidement. De nouveaux business models devront être choisis pour pallier à la désintermédiation.

Un moyen pour y parvenir serait qu’elles entrent dans cette course avec les fintechs afin de proposer des innovations disruptives ; tout en utilisant la force provenant de leur réseau et de leur expérience. La blockchain constitue à ce jour une excellente opportunité : cette technologie pourrait permettre de créer un ou plusieurs réseaux sécurisés à l’instar de SWIFT (réseau privé sécurisé permettant aux institutions d’échanger des informations) qui serait moins onéreux à mettre en place, évolutif, plus transparent et sécurisé. Chaque banque pourrait ainsi créer une offre d’électronique bancaire qui viendrait apporter une véritable valeur ajoutée aux entreprises. Si le modèle traditionnel de la banque fut secoué par la crise économique et l’avènement du Digital, il le sera encore à l’avenir mais les institutions seront mieux préparées.

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

FINYEAR

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

Sa newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Finance innovation & Digital transformation.

Ses 5 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The Chief FinTech Officer
- The Chief Digital Officer

Finyear magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour choisir de recevoir un ou plusieurs médias Finyear

BLOCKCHAIN DAILY NEWS

Le quotidien Blockchain Daily News :
- Blockchain Daily News

Sa newsletter quotidienne :
- Blockchain Daily News Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Blockchain daily News, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Blockchain révolution.

Sa lettre mensuelle digitale :
- The Chief Blockchain Officer

Mardi 27 Septembre 2016
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs