Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Bill Miller présente ses perspectives pour le marché américain en 2011 (Legg Mason Capital Management)


Les grandes capitalisations américaines sont largement sous-évaluées. Bill Miller surpondère la finance, la santé et les valeurs technologiques




Bill Miller présente ses perspectives pour le marché américain en 2011 (Legg Mason Capital Management)
Bill Miller, Président et CIO de Legg Mason Capital Management, filiale de Legg Mason, estime que les grandes capitalisations américaines sont fortement décotées et que le S&P 500 pourrait gagner jusqu’à 15% en 2011. Selon lui, les valeurs financières seront l’un des principaux moteurs de l’amélioration de la croissance des bénéfices au cours des 12 prochains mois et pourraient représenter plus de 25% de la hausse des profits enregistrée par les sociétés du S&P 500. En 2010, les résultats des entreprises – qui ont régulièrement dépassé les attentes – ont profité à la fois des réductions de coûts et de la hausse des chiffres d’affaires. L’évolution des indices boursiers est étroitement corrélée à celle des résultats. Or dans ce domaine, les prévisions du consensus demeurent encourageantes pour les deux prochaines années.

Bill Miller cite Warren Buffett qui a récemment déclaré : « Il ne fait aucun doute que les actions sont meilleur marché que les obligations. Franchement, à moins de ne pouvoir investir en actions, il n’y a actuellement aucune raison de détenir des obligations ». Warren Buffett exprimant rarement son point de vue sur les marchés, ce discours d’octobre 2010 est important selon Bill Miller car les investisseurs qui ont suivi les précieux conseils distillés par le milliardaire ces 35 dernières années ont été amplement récompensés.

Bill Miller explique : « La croissance est là, la liquidité est abondante, l’inflation est maîtrisée, les résultats des entreprises augmentent et sont en passe d’atteindre des niveaux inédits, le PIB nominal n’a jamais été aussi élevé et, d’ici un trimestre ou deux, le PIB réel aura lui aussi retrouvé son meilleur niveau, les marges bénéficiaires sont au plus haut, les bilans des entreprises sont extrêmement solides et malgré tout, les actions se morfondent. Les cours sont inférieurs aux niveaux observés fin août 2008, une période qui n’était pourtant pas euphorique. »

Il continue : « Le fait est que le marché réagit davantage à l’évolution du comportement des investisseurs qu’aux facteurs économiques ou politiques. L’histoire nous montre que les investisseurs tendent à privilégier les placements qui ont enregistré les meilleures performances au cours des 3 à 5 années précédentes. Aujourd’hui, ce sont les obligations qui sont plébiscitées, les actions américaines ayant enregistré ces dix dernières années l’une des plus mauvaises performances de toutes les classes d’actifs. Paradoxalement, la plupart des investisseurs attendent que les cours remontent pour investir. Nous sommes convaincus que le moment est venu de s’intéresser aux valorisations et aux cours des actions américaines. »

Bill Miller estime que les valeurs financières sont excessivement décotées, une situation qui résulte en partie des incertitudes engendrées par l’évolution récente de la réglementation. Selon lui, le secteur financier est l’un des plus attractifs en termes de ratio cours/actif net et de capacité bénéficiaire normalisée. Atout supplémentaire, les grands groupes financiers devraient recommencer à verser des dividendes début 2011.

« Si l’on en croit les prévisions de croissance bénéficiaire du consensus pour le secteur financier, quatre établissements – JP Morgan, Wells Fargo, Citigroup et Bank of America – représentent à eux seuls plus de la moitié de l’amélioration prévue en 2011 par rapport à 2010. Il est surprenant de constater que de nombreux gérants continuent de sous-pondérer les valeurs financières alors qu’ils conviennent qu’elles sont sous-évaluées, » note Bill Miller.

Bill Miller surpondère également la santé et la technologie, dont il juge les valorisations excessivement basses. A l’inverse, il sous-pondère les matériaux, l’énergie et les biens de consommation de base. Rappelons toutefois que les valeurs sont choisies individuellement en fonction de leurs propres mérites et qu’il convient donc de relativiser l’importance de l’allocation sectorielle. Pour conclure, au vu des cours actuels, Bill et son équipe sont convaincus du solide potentiel d’appréciation du portefeuille Value. Lui, Sam Peters et Mary Chris Gay continueront de privilégier les opportunités offrant les profils de risque/rendement les plus prometteurs.

A propos de Legg Mason
Legg Mason est une société de gestion d’actifs internationale dont l’encours total sous gestion s’élève à 668 milliards de dollars au 30 novembre 2010. La Société propose des solutions de gestion active sur les grandes places financières du monde entier. Son siège social est situé à Baltimore (Maryland) et ses actions ordinaires sont cotées à la bourse de New York (symbole : LM).

Retrouvez toute l'actualité du cash management dans notre magazine en ligne TRESOnews
www.tresonews.fr

Mardi 18 Janvier 2011
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News