Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Bénéfices & Gains de la Dématérialisation de Factures (étude MARKESS)


Des prestataires actifs sur un marché de la dématérialisation de factures porteur malgré le ralentissement de l'économie.




A l'approche du Salon Dématérialiser (9 & 10 décembre 2009), MARKESS International, société d’études et de conseil spécialisée dans l’analyse de la modernisation et de la transformation des organisations privées et publiques avec les technologies de l'information, présente les chiffres de marché extraits de son étude consacrée à la dématérialisation des factures parue récemment et intitulée : « Bénéfices & Gains de la Dématérialisation de Factures ».

Un recours massif aux prestataires qui stimule le marché
En 2008, la dématérialisation de factures se fait rarement sans le recours à des prestataires, quelle que soit la forme de dématérialisation* choisie par les organisations.
En effet :
- 52% des organisations choisissent de se tourner vers un prestataire issu du monde de l’édition logicielle, que la solution soit proposée selon le mode « classique » de vente de licences logicielles ou selon le mode ASP/SaaS (Software as a Service). Différents profils d’éditeurs se côtoient sur le marché de la dématérialisation de factures : éditeurs de solutions de dématérialisation de documents de façon générale dont les offres peuvent néanmoins intégrer des fonctionnalités de gestion de contenu et d'automatisation de processus métier (Azur Technology, Esker, Generix, Itesoft, Prologue, ReadSoft, parmi ceux cités par les organisations), éditeurs de solutions de gestion de processus financiers (par exemple, 170 Systems, BasWare) ou éditeurs de solutions de gestion de contenu (tels que EMC ou OpenText) ;
- 42% des organisations font appel à un intégrateur (parmi lesquels ont été cités Accenture, Capgemini, Euriware, Ineum, Logica, etc.), capable d’intégrer les solutions de dématérialisation avec l’existant informatique ;
- 33% ont recours à un opérateur de services offrant une plate-forme pouvant prendre en charge les différentes formes et formats de dématérialisation de factures (Accelya,
B-Process, Cegedim, Crossgate, Deskom, Doc@post (Groupe La Poste), Jouve, Pitney Bowes Asterion, TrustMission, Xerox Global Services, etc.).
Au-delà de ces trois grandes catégories d’acteurs interviennent également sur le marché de la dématérialisation de factures des opérateurs EDI, des tiers archiveurs (CDC Arkhineo ou Cecurity.com, par exemple), des cabinets de conseil et des tiers de confiance.

Un éco-système de partenaires avec des expertises variées
En 2008, 85% des prestataires interrogés par MARKESS International indiquent intervenir avec des partenaires sur les projets de dématérialisation de factures de leurs clients. Pointés par plus d’un prestataire sur deux, les principaux domaines de partenariat concernent :
- La fourniture de certificats de signature électronique ;
- L’archivage électronique des factures, à valeur probante ou non ;
- Des prestations de numérisation de factures (fournies par des constructeurs de matériels de numérisation ou des éditeurs de solutions de type LAD, RAD, OCR, etc. ) ;
- La prescription des solutions avec le recours à des cabinets de conseil intervenant en phase amont des projets.
Ainsi, en associant des compétences complémentaires, les prestataires offrent à leurs clients le choix entre les différentes formes de dématérialisation de factures et couvrent l’ensemble de la chaîne de dématérialisation de factures, avec plus particulièrement pour la dématérialisation fiscale de factures, l’intervention de tiers de confiance qui prennent en charge toutes les prestations relatives à la certification des échanges et à la gestion des certificats électroniques, garantissant l’authenticité et l’intégrité des factures dématérialisées.

+42% de croissance moyenne annuelle pour le marché entre 2008 et 2010
MARKESS International évalue le marché autour des projets de dématérialisation de factures, quelle qu’en soit la forme, à 385 millions d’euros en 2008. Les deux tiers de ce marché (soit 255 millions d’euros) sont consacrés à l’ensemble des prestations de services associées à la dématérialisation de factures (du conseil en amont aux services liés à l’exploitation des solutions, en passant par les services d’externalisation). Le segment des logiciels sur lesquels reposent les projets de dématérialisation de factures pèse quant à lui 130 millions d’euros.

Le marché de la dématérialisation de factures devrait être moins touché que d'autres marchés du secteur des technologies de l'information et de la communication par la conjoncture économique actuelle, les gains financiers tangibles qui y sont associés étant plus particulièrement recherchés par les entreprises en temps de crise. De plus, l’étude de MARKESS International montre que les ROI de tels projets sont rapides, ce qui devrait donc maintenir les investissements dans ces projets.
Aussi MARKESS International estime que le marché devrait continuer à progresser à un rythme soutenu dans les deux prochaines années, +35% en moyenne annuelle, pour atteindre 510 millions d’euros en 2009, puis 700 millions d’euros en 2010.

La méthodologie suivie pour réaliser cette étude repose sur des interviews réalisées au 3ème trimestre 2008 auprès de 210 organisations privées et publiques basées en France.Par ailleurs, 33 prestataires actifs sur le marché français de la dématérialisation de factures ont aussi été interrogés parmi lesquels 170 Systems, Accelya, Agena 3000, Atos Worldline, Azur Technology, B-Process, BasWare, CDC Arkhineo, Crossgate, Dimo Gestion, EDT, EMC, Esker, Generix Group, Inforsud Editique, Itesoft, Jouve, Kofax France, Pitney Bowes Asterion, Pixid, Prologue, Quadrem Europe, ReadSoft, Ricoh, SATI, Seeburger, Seres (Doc@post - Groupe La Poste), Tradecard, TrustMission, Xerox Global Services…

* Les diverses formes de dématérialisation de factures :
- Dématérialisation de factures papier « fournisseurs » : Mise sous forme numérique des factures reçues au format papier à l'aide de solutions de numérisation, de LAD (Lecture Automatique des Documents), de RAD (Reconnaissance Automatique des Documents), etc., permettant d'automatiser le traitement, voire l'intégration des données de facturation dans le système d'information comptable ;
- Facturation électronique ou dématérialisation « simple » de factures : Echange électronique de factures sous forme :
1) Soit de fichiers via des systèmes de télétransmission (EDI conventionnel...) ne respectant pas le Code Général des Impôts (CGI) qui définit les modalités permettant de garantir l'identité de l'auteur, l'intégrité des données de facturation et de définir les conditions d'archivage de ces informations ;
2) Soit de simples fichiers (PDF...) non signés électroniquement.
- Dématérialisation « fiscale » de factures : Echange électronique de factures sous forme :
1) Soit de fichiers structurés (EDI, XML, csv, Idocs...) signés ou non au moyen d'une signature électronique. Si le fichier n'est pas signé électroniquement, il doit dans ce cas respecter les modalités imposées par le CGI (cf. article 289bis pour les fichiers EDI) ;
2) Soit de fichiers non structurés (PDF...) obligatoirement signés au moyen d'une signature électronique et dans le respect des modalités imposées par le CGI (cf. article 289 V).

Ce communiqué porte sur l’étude publiée en septembre 2008 par MARKESS International : Bénéfices & Gains de la Dématérialisation de Factures
Cette étude a été conduite par MARKESS International avec le soutien des sociétés sponsors : AZUR Technology, 170 Systems, Accelya, Doc@post Groupe La Poste, Esker, Pitney Bowes Asterion, Prologue et TrustMission.

MARKESS International remercie le Groupe Solutions - Infopromotions (Solutions Demat / e-Achats) et e-Business (Salon Dématérialiser) qui ont relayé les questionnaires dans le cadre de cette recherche.

MARKESS International est un cabinet d’études et de conseil qui analyse depuis 10 ans la transformation et la modernisation des organisations avec les technologies de l’information.
Etabli à Washington, D.C. et à Paris, MARKESS International a pour mission d'aider tant les maîtrises d’ouvrage à mieux comprendre et tirer parti des technologies de l’information que les offreurs à mettre au point une stratégie optimale pour cibler ces marchés. Depuis 2002, fort de ses expériences et de son savoir-faire dans le domaine de l’administration électronique aux USA et de ses connaissances des impacts des nouvelles technologies sur les entreprises privées, MARKESS International a lancé une practice dédiée à l’analyse des marchés de l’administration et du secteur public.

Pour télécharger la synthèse de l'étude, voici le lien :
http://www.markess.fr/demandedocument.php?refdoc=552

Mercredi 3 Décembre 2008
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News