Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Baromètre mondial du capital investissement de Coller Capital - Hiver 2010-11


Un nombre record d’investisseurs ont rejeté des demandes de réinvestissement émanant de leurs équipes de gestion (GPs). La moitié des fonds de pension investis en capital investissement estime que les restrictions de personnel portent préjudice aux rendements de leurs portefeuilles. D’après les LPs, les sociétés en amorçage manquent de financement en capital risque en Europe et en région Asie Pacifique. Seuls les LPs européens considèrent que les questions environnementales, sociales et de gouvernance constituent un critère d’investissement important.




Baromètre mondial du capital investissement de Coller Capital - Hiver 2010-11
Selon le dernier Baromètre mondial du capital investissement de Coller Capital, le niveau d’exposition global des investisseurs en capital investissement (LPs) vis-à-vis des fonds de fonds devrait décroître au cours des 3 prochaines années. La moitié des investisseurs envisageant une telle réduction de leur exposition aux fonds de fonds invoque les coûts élevés, un tiers d’entre eux (36%) mentionne des rendements décevants.

Le nombre d’investisseurs refusant de s’engager sur de nouveaux fonds auprès de certains de leurs GPs actuels a également atteint un niveau record. Le taux de refus de réinvestissement des LPs européens a particulièrement augmenté (91 % des LPs à l’heure actuelle, contre 63 % il y a deux ans), tandis que la proportion de LPs de la région Asie Pacifique refusant de réinvestir a également progressé (de 52 % il y a deux ans à 70 % aujourd’hui).

Le recul de l’engagement des investisseurs vis-à-vis des fonds de fonds et l’accroissement du nombre de refus de réinvestissement ne signifient pas pour autant que les LPs sont moins entreprenants : 81 % des LPs prévoient en effet de forger des relations avec de nouvelles équipes de gestion au cours des 2 ou 3 prochaines années.

Revenant sur les conclusions du Baromètre, Jeremy Coller, CIO de Coller Capital, a déclaré : « La volonté des LPs de réduire leur exposition aux fonds de fonds illustre deux dynamiques importantes qui animent le secteur : l’amélioration continue des compétences et de la confiance des investisseurs, qui permet à davantage de LPs de s’engager directement auprès de GPs qu’ils apprécient, et la plus grande exigence des investisseurs en capital investissement en tant que groupe. Il ne fait aucun doute que la demande en fonds de fonds se poursuivra dans le secteur du capital investissement, mais que les investisseurs se détourneront de plus en plus des équipes incapables d’afficher un solide track record s et une forte valeur ajoutée. »

De fait, la confiance exprimée à l’égard du capital investissement en tant que catégorie d’actifs demeure solide, un tiers des LPs envisageant une hausse de leur allocation l’an prochain (contre 16 % des LPs prévoyant une réduction) et 60 % des LPs prévoyant d’accroître le volume de leurs engagements vis-à-vis de nouveaux fonds en 2011. Dans de nombreux cas, la hausse en 2011 devrait néanmoins rester modeste (par rapport à 2010).

Les attentes des investisseurs concernant les transactions menées par leurs GPs en 2010 et 2011 sont particulièrement élevées (60 % des LPs anticipent des rendements supérieurs ou égaux à 16 %) et cet optimisme stimule leurs attentes concernant les rendements de cette catégorie d’actifs à moyen terme. Un tiers des LPs anticipe des rendements annuels nets supérieurs ou égaux à 16 % au cours des 3 à 5 prochaines années (contre 29 % des LPs l’an passé), soit un taux équivalent à celui relevé par le Baromètre durant l’hiver 2005-06.

Cependant, la moitié des LPs travaillant pour des fonds de pension publics ou privés estime que leurs établissements n’optimisent pas, à l’heure actuelle, les rendements issus de cette catégorie d’actifs et qu’ils pourraient améliorer les rendements de leurs portefeuilles de capital investissement en augmentant la taille de leur équipe d’investissement.

Investissement en capital risque
Selon les investisseurs, l’investissement en capital risque continuera d’être une activité difficile. De fait, un cinquième des LPs estime qu’aucune société d’investissement en capital risque ne produira de solides rendements de façon constante au cours de la prochaine décennie, et deux tiers d’entre eux pensent que de tels rendements ne seront affichés que par un nombre restreint de GPs spécialisés en capital risque à l’échelle mondiale. À peine 3 % des investisseurs estiment que les investissements en capital risque européen produiront de solides rendements de façon constante au cours des 10 prochaines années.

Par ailleurs, plus d’un tiers des LPs en Europe et dans la région Asie Pacifique pense que l’horizon d’investissement en capital risque s’assombrit progressivement (les LPs qui estiment que le contexte s’améliore représentant 15 et 21 % respectivement). Ce n’est qu’en Amérique du Nord que les LPs affichant un optimisme vis-à-vis du climat d’investissement en capital risque sont majoritaires en nombre.

En Europe et dans la région Asie Pacifique, les sociétés en amorçage manquent également de financement en capital risque. C’est ce que pensent 57 % des LPs européens et 63 % des LPs d’Asie Pacifique, contre seulement 37 % des investisseurs nord-américains s’exprimant sur leur région.

Critères d’investissement environnementaux, sociaux et de gouvernance
Les questions environnementales, sociales et de gouvernance n’ont un impact significatif que sur les décisions d’investissement des LPs européens. Les deux tiers des LPs européens déclarent que ces facteurs sont importants, contre seulement un cinquième des LPs nord-américains et un quart des LPs d’Asie Pacifique.

François Aguerre, Directeur d’investissement, a déclaré :« Après la parenthèse des deux dernières années, les LPs demeurent positifs sur le capital investissement et sur sa capacité à dégager de bonnes performances à moyen terme ; ils réaffirment pour la plupart leur confiance dans cette classe d’actifs en augmentant leur allocation dans le capital investissement. Néanmoins, ils affirment également vouloir être encore plus sélectif sur le choix des GPs avec qui ils investissent. Enfin, l’intérêt marqué des LPs pour le segment du small et mid-market pourrait bénéficier aux équipes françaises de qualité présentes sur ce segment.»

Autres conclusions du Baromètre

L’édition hivernale 2010-11 du Baromètre révèle également les opinions des investisseurs concernant :
- Les perspectives en matière de distribution de fonds
- Les segments les plus prometteurs sur le marché du capital investissement
- Les sources de transactions attrayantes les plus vraisemblables en matière de capital investissement
- Les activités de collecte de financements des GPs dans la région Asie Pacifique
- L’arrivée de nouveaux investisseurs sur le marché du capital investissement
- La prochaine phase de repli anticipé du marché du capital investissement

Notes
Les LPs (Limited Partners) investissent dans des fonds de capital investissement.
Les GPs (General Partners) sont des gestionnaires de fonds de capital investissement.
Le Baromètre mondial du capital investissement de Coller Capital offre un aperçu unique des tendances mondiales du capital investissement. Il s’agit d’une analyse bi-annuelle des projets d’investissement et des opinions des investisseurs institutionnels effectuant des placements en capital investissement et basés en Amérique du Nord, en Europe et dans la région Asie Pacifique.
Cette dernière édition du baromètre rassemble les opinions recueillies auprès de 120 investisseurs en capital investissement à travers le monde durant l’automne 2010. Les conclusions du baromètre sont globalement représentatives de la population des LPs en fonction des critères suivants : situation géographique, structure d’investissement, volume d’actifs sous gestion et expérience en capital investissement.

À propos de Coller Capital
Fondé en 1990, Coller Capital est le leader mondial des fonds d’investissement secondaires : achat des participations de fonds d’investissement primaires (en capital risque, LBO et mezzanines) ou acquisition de portefeuilles de sociétés auprès de propriétaires/bailleurs institutionnels. La société, qui affiche environ 8 milliards de dollars d’actifs sous gestion, jouit d’une envergure véritablement mondiale. Les volumes d’investissement gérés par Coller Capital varient d’un million à plus d’un milliard de dollars. Le fonds actuel de Coller Capital, Coller International Partners V, a reçu des engagements à hauteur de 4,8 milliards de dollars émanant de 200 des plus grands investisseurs institutionnels à l’échelle mondiale.
Le nom de Coller Capital est étroitement lié au développement du marché des investissements secondaires. En 1994, la société a lancé le premier fonds d’investissement secondaire européen et, en 1998, le premier fonds d’investissement secondaire mondial. Coller Capital est également responsable d’un grand nombre de transactions comptant parmi les plus remarquables du secteur, dont l’achat pour un milliard de dollars du portefeuille de capital investissement de NatWest à la Royal Bank of Scotland, la première acquisition importante d’un portefeuille de capital risque (auprès de Lucent Bell Labs) et l’acquisition d’un portefeuille d’une valeur de 900 millions de dollars auprès d’Abbey National.
Parmi les récentes transactions effectuées par la société, on relève : une joint-venture d’une valeur d’1,1 milliard de dollars avec Royal Dutch Shell, des investissements réalisés auprès d’acteurs cotés du capital investissement comme SVG Capital et 3i, et l’acquisition, auprès de Lloyds Banking Group, du portefeuille d’actifs financiers intégrés de la B

COLLER CAPITAL

Vendredi 4 Février 2011
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News