Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Baromètre : dégradation des pratiques de paiement en Europe


Par rapport à l’été 2008, les entreprises européennes ont une opinion moins positive sur les pratiques de paiement de leur clientèle domestique et de leurs partenaires commerciaux étrangers au début de cette année 2009.




Baromètre : dégradation des pratiques de paiement en Europe
Elles reçoivent par ailleurs une évaluation négative de leurs propres pratiques de paiement de la part de leurs partenaires commerciaux internationaux. Malgré cette nette détérioration des habitudes de paiement sur le plan international et en Europe au cours des six derniers mois, on observe toujours des différences sensibles d’un pays à l’autre.

Le Baromètre Atradius des pratiques de paiement, une étude effectuée deux fois par an auprès de 1.800 entreprises dans neuf pays européens (Belgique, Danemark, France, Allemagne, Grande-Bretagne, Italie, Pays-Bas, Espagne et Suède) et menée par le bureau de recherche en marketing Heliview à la demande d’Atradius, fait état des constatations suivantes :

Des différences sensibles dans les pratiques de paiement d’un pays à l’autre
Les entreprises allemandes appliquent les délais de paiement les plus courts, soit 24 jours en moyenne, suivies par les sociétés suédoises (30 jours). Les entreprises espagnoles observent des délais nettement plus longs (75 jours), précédées des sociétés italiennes avec 67 jours et des sociétés françaises avec 46 jours.

Les pays d’Europe méridionale adoptent les pratiques de paiement les plus médiocres
L’Italie (76% des participants à l’enquête), la France (74%) et l’Espagne (64%) jugent les pratiques de paiement de leurs clients sur leurs marchés domestiques respectifs comme étant «faibles» ou «acceptables». La Suède et le Danemark (62% des participants dans les deux pays) les considèrent comme «bonnes», «très bonnes» ou même «excellentes».

La durée des délais de paiement sur les marchés domestiques respectifs a augmenté par rapport à l’été 2008, mais ne dépasse pas la moyenne de l’hiver 2007/2008, sauf pour la Belgique
Par rapport à l’été 2008, la durée des délais de paiement sur le marché domestique est prolongée de 14 jours en Espagne (80 jours en moyenne par rapport à 66 jours durant l’été 2008), et est raccourcie de 6 jours en Italie (78 jours en moyenne contre 84 jours durant l’été 2008).
En France, le comportement de paiement s’est légèrement détérioré par rapport à l’été 2008 comme dans la plupart des pays étudiés (55 jours contre 51 jours à l’été 2008). Le délai de paiement contractuel pratiqué en France et le délai réel de règlement par les clients domestiques diffèrent assez largement (9 jours de retard).

Les retards de paiement au-delà de la date d’échéance sur les marchés domestiques des entreprises interrogées se sont révélés moindres par rapport à l’été 2008, mais plus fréquents que durant l’hiver 2007/2008
Les entreprises en Grande-Bretagne, Espagne et Suède ont subi des retards « très peu fréquents » ou « plutôt peu fréquents » et les cas d’impayés sur le marché domestique des pays concernés sont réputés pour se produire « très peu fréquemment » par rapport à l’été 2008.
En France, la situation reste stable et les entreprises interviewées ont le sentiment que les retards de paiement des clients domestiques surviennent « plutôt rarement ».

En général, les pratiques de paiement sur les marchés étrangers sont jugées meilleures que les pratiques de paiement sur les marchés domestiques
La Grande-Bretagne (70% des entreprises interrogées) et la Suède (59%) estiment que les pratiques de paiement de leurs clients étrangers sont « bonnes », « très bonnes » ou « excellentes ». En revanche, la France (56%) et l’Espagne les jugent « faibles » ou « acceptables ». La Suède et le Danemark sont les seuls pays qui affirment que les pratiques de paiement sur leurs marchés domestiques respectifs sont meilleures que celles de leurs clients étrangers.

Les retards de paiement des clients étrangers ne s’aggravent pas par rapport à l’été 2008
Par rapport à l’été 2008, les entreprises néerlandaises, françaises et allemandes ont été confrontées à des retards « très peu fréquents » ou « plutôt peu fréquents », les sociétés britanniques et suédoises font état de retards de paiements de l’étranger « très peu fréquents ».

Les défauts de paiement s’aggravent par rapport à l’hiver 2007/2008
Sur tous les marchés considérés, les défauts de paiement sur les marchés domestiques respectifs et à l’international se sont aggravés durant l’hiver 2008/2009 par rapport à hiver précédent. Cette constatation contraste avec la diminution quasi générale des défauts de paiement de clients étrangers et la répartition égale entre augmentation et diminution des cas de défaut de paiement sur les marchés domestiques par rapport à l’été 2008.
Contrairement à la tendance globale, durant la même période, les entreprises françaises ont perçu une augmentation de la fréquence des impayés de la part de leurs partenaires étrangers. La France se révèle un des trois pays européens à avoir subi également une augmentation des impayés domestiques.

Les pays nordiques sont considérés par leurs partenaires commerciaux étrangers comme ayant les meilleures pratiques de paiement
Les pratiques de paiement des entreprises danoises et suédoises sont jugées comme bonnes ou même excellentes par une moyenne de 70% de leurs partenaires commerciaux étrangers. Les pratiques de paiement des sociétés italiennes, espagnoles et françaises sont jugées « faibles » ou « acceptables » par respectivement 62%, 56% et 55% de leurs partenaires commerciaux étrangers.
Par rapport à l’été 2008, les entreprises françaises connaissent un ralentissement du rythme de paiement des créances. Pendant l’hiver 2008-2009, les entreprises françaises ont mis 51 jours à payer leurs partenaires commerciaux étrangers, alors qu’en été 2008, ce laps de temps était de 48 jours.

D’un pays à l’autre, seulement 56% à 70% de toutes les entreprises européennes prennent des mesures pour se protéger contre les risques d’impayés
70% des sociétés britanniques prennent des mesures pour se protéger contre les risques d’impayés, suivies par 65% des sociétés françaises et 64% des sociétés espagnoles.

La constatation la plus significative de cette enquête est sans doute que, malgré la situation économique difficile et l’augmentation des cas de défauts de paiement partout dans le monde, la majorité des participants à l’enquête affirment ne pas observer de dégradation importante dans les pratiques de paiement, en particulier lorsque l’on compare l’hiver 2008/2009 à l’été 2008. Ce résultat contraste quelque peu avec les affirmations selon lesquelles on observe une progression des cas de défaut de paiement. En France, cette tendance à la dégradation sera à rapprocher des résultats de la prochaine étude au cours de l’été prochain, qui incluront non seulement l’impact de la situation économique difficile mais également celui de la réduction des délais de paiement contractuels imposée par la Loi de Modernisation des Entreprises depuis janvier 2009.

En revanche, les réponses soulignent que le cash-flow, le volume des ventes et l’accès aux sources de financement sont considérés à présent comme ayant l’impact le plus important quant à la capacité des clients à payer leurs factures et sont jugées conformes aux circonstances économiques actuelles. Après l’Espagne et l’Italie, en France plus d’une entreprise sur deux estiment qu’il est plus facile de recouvrer des factures impayées auprès d’un acheteur couvert par une assurance-crédit.

Yves Poinsot, Directeur Général d’Atradius France, déclare à ce sujet : « Bien que le ralentissement économique mondial ait eu un impact négatif sur les pratiques de paiement partout dans le monde, cet impact varie d’un pays à l’autre. Il est essentiel pour les entreprises de bien appréhender et d’évaluer de manière approfondie les conditions de paiement et les différents risques de crédit auxquels sont confrontés les marchés sur lesquels ils opèrent. Une mauvaise évaluation de la situation peut les entraîner dans de sérieuses difficultés de trésorerie. »

La version intégrale du Baromètre Atradius des pratiques de paiement qui reflètent la perception des entreprises au sujet des pratiques et des habitudes de paiement peut être téléchargée sur le site atradius.fr en cliquant sur le lien suivant : www.atradius.fr/credtimanagementpublications/publications/barometre.html

Au sujet d’Atradius
Le groupe Atradius est un des leaders mondiaux de l’assurance-crédit, du cautionnement et du recouvrement de créances, présent dans 42 pays. Les solutions qu’il propose aux entreprises ont pour objectif de réduire l’exposition de ses clients aux risques d’impayés de la part de leurs acheteurs liés à la vente de produits et de services. Le total des revenus de la société avoisine 1,8 milliard d’EUR et sa part du marché mondial de l’assurance-crédit est de 31%. Grâce à son réseau de 160 succursales, Atradius a accès à des informations commerciales sur 52 millions de sociétés dans le monde et prend plus de 22.000 décisions de limites de crédit par jour.
www.atradius.fr

Dimanche 17 Mai 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs