Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Baromètre Tendances Epargne et Retraite Entreprises


La crise économique et les évolutions réglementaires ont-elles un impact sur les fondamentaux de la 8ème édition du Baromètre ?




L’enseignement majeur de cette édition semble être l’absence de réelle rupture face à la crise. Les effets de la récession ne semblent pas encore peser sur l’épargne retraite entreprise et l’actionnariat salarié. Bien au contraire, la crise semble avoir renforcé leur légitimité, voire même leur nécessité dans un environnement incertain.

Conscients qu’il faudra apporter des réponses à la problématique des retraites dans les années à venir, les salariés et les chefs d’entreprise semblent attendre des réponses concrètes pour passer à l’action.

L’épargne retraite entreprise
Depuis les origines du baromètre en 2002, placer ses économies dans des dispositifs d’entreprise est « naturel » pour les chefs d’entreprise comme pour les salariés. Cette tendance de fond suit une progression régulière depuis 2006 et affiche cette année une quasi-unanimité côté dirigeants (93%). Les salariés ne sont pas en reste avec une progression jamais vue de 15 points, à 85% en 2009.

Chefs d’entreprise et salariés s’accordent une nouvelle fois sur la nécessité d’épargner dans un dispositif d’épargne ou de retraite en entreprise. Le « top 3 » des rôles attribués à l’épargne retraite entreprise reste inchangé depuis 2003 : constitution d’une épargne, rémunération différée, épargne pour la retraite.

Ils se rejoignent également sur les dispositifs privilégiés pour compléter la retraite des salariés. Ils plébiscitent respectivement à 64% et 56% les systèmes mis en place dans l’entreprise par opposition aux systèmes individuels.

Chefs d’entreprise et salariés sont chaque année au diapason sur l’intérêt de l’actionnariat salarié. Les motivations des salariés sont stables et globalement bien interprétées par les chefs d’entreprise à une différence près : les salariés posent en objectif numéro un la préparation de leur retraite, alors que les entreprises ne la retiennent qu’en 6ème position.

Parmi les leviers qui faciliteraient la mise en place de dispositifs d’épargne entreprise, les chefs d’entreprise citent :
- à 77% un renforcement des incitations fiscales et sociales,
- à 70% une stabilisation du cadre réglementaire,
- à 59% une meilleure information de la part des pouvoirs publics (+ 7 points cette année). Logiquement, ce taux monte à 72% dans les plus petites structures, qui semblent avoir trop peu de visibilité sur ces sujets.

La retraite
Sur le thème de la retraite, les préoccupations spontanées des salariés sont multiples :
- angoisse de subir une dégradation de leur niveau de vie,
- méconnaissance du montant exact de leur retraite,
- possibilité de profiter de la vie...

Les moins de 35 ans semblent avoir intégré l’idée de travailler plus longtemps. A l’inverse, face à la dégradation de leur pension et en l’absence d’incitations vraiment attractives, les plus de 50 ans déclarent vouloir partir le plus rapidement possible à la retraite.

La nécessité de préparer sa retraite fait son chemin, mais reste encore peu suivie d’effets : seuls 18% des salariés ont entrepris des démarches pour évaluer le montant de leur future retraite.

61% des salariés se déclarent mal informés sur leur retraite. Ils attendent davantage d’informations de la part de l’assurance vieillesse, de leur caisse de retraite (à 87%), ou de leur employeur (à 78%).

Questions d’actualité
Les chefs d’entreprise accordent une notoriété mitigée aux récentes évolutions réglementaires : lois de modernisation de l’économie du 23 juillet 2008, de démocratie sociale du 20 août 2008, sur les revenus du travail du 3 décembre 2008. Interrogés en notoriété assistée, ils sont plus ou moins bien au fait des nouveautés 2009. A titre d’illustration, ils sont :
- 83% à savoir que les salariés peuvent demander le paiement immédiat de la participation,
- 51% à être au fait du crédit d’impôt de 20% sur l’intéressement dans le cadre de la mise en place d’un accord ou d’une augmentation des sommes versées au titre de l’accord en cours,
- 34% conscients de l’obligation d’intégrer un support d’investissement d’économie solidaire dans le PEE avant le 31 décembre 2010.

La possibilité de débloquer la participation est en revanche plébiscitée à la fois par les chefs d’entreprise et les salariés : ils sont respectivement 75% et 67% à la juger comme une bonne chose. Mais si les salariés s’expriment majoritairement favorables à cette mesure, ils ne sont que 25% à envisager d’en bénéficier en 2009.

Le déblocage anticipé de la participation semblerait ne devoir impacter que faiblement la relance de la croissance. En effet, sur les 25 % de salariés qui disent vouloir bénéficier de cette mesure, 48 % seulement pensent utiliser les sommes perçues en dépenses immédiates, soit en fait 12 % de l’ensemble des salariés interviewés.

Face à la crise, la stabilité des comportements semble être de mise. A la question « pensez-vous modifier vos choix de placement en raison de la crise ? » 80% des salariés répondent « non ». Un chiffre qui s’élève à 85% concernant plus particulièrement les placements dans les dispositifs d’épargne et de retraite en entreprise. Côté dirigeants, seuls 23% comptent revoir leur politique d’épargne entreprise en 2009. Dans ce contexte particulier, l’épargne retraite entreprise est avant tout perçue comme outil de management et un moyen de rassurer les salariés.

En savoir plus sur le baromètre Tendances Epargne & Retraite Entreprise
BNP Paribas Epargne & Retraite Entreprises et Altedia ont mis en place en 2002 le Baromètre TE&RE afin de décrypter les attentes, les besoins et les comportements des entreprises et des salariés vis-à-vis de l’épargne salariale et de la retraite collective.
Cette étude trouve sa légitimité dans la représentativité de son échantillon, indépendant des portefeuilles clients des deux partenaires, et dans la récurrence de son questionnaire quantitatif. En 2009, l’étude été réalisée auprès de 2 échantillons de salariés et dirigeants d’entreprises de 50 salariés ou plus : 201 chefs d’entreprises et 402 salariés ont été interrogés, soit un total de 603 interviews, réalisées par Ariane Etudes sur une période allant du 17 mars au 7 avril 2009.
Depuis plusieurs années, le Baromètre TE&RE s’est enrichi de questions d’actualité, qui éclairent d’une manière toute particulière cette 8ème édition.

En savoir plus sur BNP Paribas Epargne & Retraite Entreprises
BNP Paribas Epargne & Retraite Entreprises, né de la volonté stratégique d’un grand groupe financier d’être un moteur de la retraite de demain, réunit les expertises de 3 lignes de métiers : l’épargne salariale, l’assurance collective et l’actionnariat des salariés.
Approche globale et organisation métier font la spécificité et la pertinence de BNP Paribas E&RE et lui permettent de proposer à tous un accompagnement de qualité.
Au 31 décembre 2008, BNP Paribas Epargne & Retraite Entreprises gérait plus de 12,302 milliards d'euros d'encours pour le compte de 22.000 entreprises et de 1.354.000 salariés et rentiers.
www.epargne-retraite-entreprises.bnpparibas.com

En savoir plus sur Altedia
Altedia, filiale du groupe Adecco France, est le premier groupe français de conseil en management spécialisé en ressources humaines et communication. Il regroupe 755 collaborateurs directs.
Altedia est le leader français du conseil en épargne salariale, épargne retraite, et propose un accompagnement global sur mesure, de l’ingénierie, à l’assistance à maîtrise d’ouvrage, jusqu’à la mise en œuvre du plan de communication/déploiement destiné aux salariés.
www.altedia.fr

Lundi 22 Juin 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs