Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Baromètre Atradius : La crise des crédits en France entraîne une réduction des délais de paiement (56 jours au lieu de 62 jours )


L’édition hiver 2007 du Baromètre Atradius des pratiques de paiement révèle que les entreprises françaises effectuent leurs paiements plus rapidement que l'année dernière. Ainsi, les paiements sur le marché intérieur ont été effectués en moyenne 6 jours plus tôt qu’en hiver 2006. Cette diminution constitue ainsi un premier impact de la crise internationale des crédits sur les méthodes de paiement des entrepreneurs européens et français.




Les entreprises françaises sont par ailleurs de plus en plus nombreuses à se prémunir contre les risques d’impayés. 36% des entreprises françaises interrogées déclarent être assurées crédit, contre 30% l’année dernière.

Pour la troisième fois consécutive, l’assureur crédit Atradius a réalisé cette étude en collaboration avec le Financial Times auprès de 1200 entreprises, portant sur les méthodes de paiement de leurs partenaires commerciaux dans six pays européens, à savoir la France la Belgique, l’Allemagne, l’Italie, les Pays-Bas et le Royaume-Uni.


Les délais de paiement des entreprises françaises sur le marché intérieur

A l’hiver 2007, les délais de paiement sur le marché intérieur ont augmenté. Cependant, en nombre de jours, le retard de paiement a diminué par rapport à l’hiver 2006, passant de 15 à 10 jours.
L’étude montre également une évolution favorable en matière d’impayés. La Belgique, la France et le Royaume-Uni affichent des progrès et semblent être moins affectés que l’année dernière par les défaillances.

Le premier effet de la crise des crédits se fait sentir

Cette troisième édition du Baromètre des pratiques de paiement révèle également que les délais de paiement moyens pratiqués au cours de l’année écoulée ont connu une réduction allant de 2 à 5 jours (3 pour la France) soit une diminution nette du crédit inter-entreprises (600 milliards d’euros) pouvant révéler un changement d’attitude des banques vis-à-vis des conditions de crédit qu’elles accordent aux entreprises.

“La crise des crédits actuelle peut jouer un rôle à cet effet. Les entreprises ont de plus en plus de difficultés à faire financer leur croissance par leur banque. Emprunter de l’argent est devenu plus cher suite à la hausse des intérêts, mais surtout plus contraignant, car les fournisseurs de fonds imposent des conditions toujours plus strictes à leurs crédits” déclare Yves POINSOT, Country Manager France d’Atradius. “Nous observons à présent que les entrepreneurs cherchent des solutions de financement alternatives et meilleur marché, notamment en adaptant vers le bas les délais de paiement en direction des clients. L’évolution des dernières années vers une gestion de crédit plus ample porte à présent ses fruits et permet aux entreprises de mieux assurer le suivi des paiements des clients, et par conséquent d’évoluer vers une gestion des risques plus optimale”.

Un nombre croissant d’entreprises françaises se protège contre les risques d’impayés

35% des entreprises interrogées dans les six pays européens déclarent ne pas prendre de mesures pour se protéger contre les risques d’impayés.

Avec la Belgique, la France est le seul pays où, par rapport à l’année dernière, davantage de mesures ont été prises pour se protéger contre les risques d’impayés (74 % contre 70% l’année dernière). La mesure de précaution la plus utilisée est l’assurance-crédit, suivie du paiement anticipé et d’un suivi actif des paiements.

59% de toutes les entreprises françaises interrogées déclarent que l’entreprise ne rencontrerait pas de difficultés majeures si son client principal devait subitement décider de ne pas payer des marchandises ou des services récemment fournis. 26% déclarent cependant que l’entreprise se verrait confrontée à de graves problèmes de liquidités et 5% affirment que l’entreprise ferait faillite alors que l’on sait qu’en France ¼ des dépôts de bilans sont dus à la défaillance d’un débiteur.

Les méthodes de paiement des entreprises en Europe

Par ailleurs, comme dans les éditions précédentes le Baromètre des pratiques de paiement d’Atradius et du Financial Times Allemagne fournit un aperçu global des pratiques de paiement des entreprises dans les pays étudiés grâce à l’interview des responsables financiers de 1200 entreprises européennes réparties sur six pays européens font part de leur opinion sur les pratiques de paiement de leurs partenaires commerciaux.

A propos d’ Atradius
Atradius est un des leaders de l'assurance-crédit dans le monde. L’encaissement de primes de la société avoisine € 1,3 milliards et ses parts de marché à l’échelle mondiale s'élèvent à 24%. Elle assure chaque année pour environ € 350 milliards d’opérations commerciales contre le risque de non-paiement et propose une vaste gamme de produits allant de l’assurance-crédit au recouvrement de créances.

Avec 3.500 salariés et plus de 90 bureaux dans 40 pays, Atradius a accès à des informations commerciales sur plus de 45 millions de sociétés au monde et prend plus de 10.000 décisions par jour en matière de limites de crédit.
Atradius a une notation "A" de Standard & Poor's (perspectives stables) et "A2" de Moody's (perspectives stables).

www.atradius.fr
ou
www.atradius.com

2007_12_Atradius_Payment_Practices_Barometer.pdf 2007 12 Atradius Payment Practices Barometer.pdf  (629.01 Ko)


Jeudi 10 Janvier 2008
Notez






Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News