Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

BCE / 1 000 milliards d’euros pour les banques : et maintenant ?


Le lancement de la seconde opération de financement à long terme de la BCE (LTRO) auprès des banques est digérée par les investisseurs. De nature à consolider un peu plus la confiance des marchés financiers, la stimulation de la Banque Centrale Européenne était une condition nécessaire à l’économie, mais elle ne sera pas suffisante.




Après s’être octroyé une bouffée d’oxygène appréciable en l’espace de deux mois, entre deux LTRO d’envergure et un second plan de sauvetage à la Grèce entériné, la zone euro doit désormais se confronter aux enjeux structurels de l’économie « réelle » et de sa croissance.

529.5 Milliards d’euros de prêts à 800 banques européennes pour la seconde opération de LTRO de la Banque Centrale Européenne. Plus de 1 000 Milliards d’Euros depuis le 21 décembre, sur les deux opérations. L’injection colossale de liquidités de la BCE dans le système bancaire a porté ses fruits. De façon habile, l’institution européenne mène une forme de « Quantitative Easing » (assouplissement quantitatif) indirect, en prêtant aux banques. L’objectif affiché : éviter tout risque de « credit crunch » (assèchement du crédit) en zone euro. Et par conséquent, détendre non seulement les conditions de financement sur les marchés financiers, mais surtout dynamiser l’activité des agents économiques (entreprises/ménages) de l’économie dite « réelle ».

La première partie de l’équation est déjà résolue, puisque les établissements bancaires ont réinvesti une partie des liquidités obtenues sur les marchés obligataires souverains, permettant ainsi le refinancement des Etats dans de meilleures conditions : le coût des dettes italienne et espagnole s’est rétracté ces dernières semaines à des niveaux plus supportables. En revanche, la stimulation des agents économiques reste à confirmer. Nous pouvons raisonnablement penser que les banques redistribuerons l’autre partie des liquidités obtenues, sous forme de prêts aux entreprises et aux ménages. Elles y sont en tout cas fortement incitées.

Au-delà des incertitudes éventuelles sur la capacité des banques à rembourser leurs emprunts d’ici trois ans (question éminemment importante pour le gouvernement allemand, fidèle à son orthodoxie monétaire et sa lutte contre l’inflation), l’enjeu est aujourd’hui de savoir si la croissance peut repartir en zone euro. Repartir « naturellement », sans nouveau soutien artificiel, puisqu’il n’ y devrait pas y avoir de LTRO 3. L’assistance d’urgence par des plans de soutien successifs, tels qu’ils se sont opérés sur le Grèce ou auprès des banques, n’a pas vocation à perdurer indéfiniment. Les économies de la zone euro doivent maintenant se confronter aux problématiques structurelles d’emploi, de croissance, de compétitivité.

Ce commentaire est signé Fabrice Cousté, DG de CMC Markets France

A propos de CMC Markets : Fondé en 1989 par Peter Cruddas, CMC Markets est l’un des principaux courtiers en CFD dans le monde. A l’origine spécialisé sur le marché des devises (Forex), CMC Markets s’est rapidement positionné sur les CFD (Contract for Difference), avant de lancer en 1996 la première plate-forme globale de trading en temps réel sur le Forex. Désormais parmi les leaders mondiaux, CMC Markets est aujourd’hui présent dans 17 pays et compte plus de 75 000 clients actifs dans le monde. Présent en France depuis fin 2010, CMC Markets est enregistré auprès de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) et de l’Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP).
www.cmcmarkets.fr

Mardi 6 Mars 2012
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News