Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Avocats d'affaires : un niveau record de mouvements d’associés en 2011


Baromètre Day One sur les mouvements d’associés dans les cabinets d’avocats d’affaires en France en 2011




Volume de mouvements record en 2011 : 230 associés
Le nombre d’associés qui ont changé de cabinets atteint une nouvelle fois un volume record avec 230 mouvements en 2011 soit une hausse de 15% par rapport à 2010 ! Hormis 2009 marqué par la crise qui avait largement freiné ces mouvements, leur nombre est en croissance constante depuis 2006. Le 1er semestre notamment a été record avec 141 mouvements soit quasiment autant que sur toute l’année 2006 ou toute l’année 2009.

1 mouvement d’associé sur 4 concerne une femme (24%)…
« Jamais autant de femmes n’avaient changé de cabinet. Avec 56 mouvements, soit une augmentation de quasiment 50% par rapport à 2010, elles représentent 1 mouvement sur 4 », note Olivier Chaduteau associé de Day One. Ce chiffre est en ligne avec ce que nous observons depuis 6 ans sur les mouvements d’associés mais correspond aussi à la réalité de la répartition hommes/femmes au niveau des associés dans les 100 premiers cabinets d’avocats d’affaires en France en janvier 2012. Ainsi, sur les 3235 associés de ces cabinets, 716 sont des femmes soit 22%.

… mais les femmes accèdent très difficilement au statut d’associée
Cependant, en observant de plus près la féminisation de la profession d’avocats on observe clairement des blocages quant à l’accès des femmes au statut d’associée.

« D’après l’Observatoire du Conseil National des Barreaux de 2011, les femmes représentaient 45% des 51758 avocats en France en 2010. A Paris, où on trouve l’écrasante majorité des 100 premiers cabinets d’avocats d’affaires en France par chiffre d’affaires, le taux de féminisation monte même à 57% ! La comparaison avec un taux d’associées de 22% ou la part des femmes dans les mouvements d’associés en 2011 (24%) met donc en lumière un véritable déséquilibre » précise Jérôme Rusak, associé de Day One qui pilote ce baromètre depuis 6 ans.

A cet égard, il semble que 2010 ait constitué une rupture. En effet, depuis 2006 la part des femmes dans les mouvements d’associés augmentait continuellement pour atteindre 31% soit 1 mouvement sur 3 en 2009 (pour 54 mouvements). En 2010, le volume de mouvements d’associées femmes s’était écroulé à 19%. On peut s’interroger sur cette rupture : les femmes ont-elles souhaité moins bouger ou ont-elles eu moins d’opportunités ? En tout cas, 2011 semble amorcer une reprise des mouvements d’associés femmes qui reste à confirmer.

Changer de cabinet constitue moins un sésame pour devenir associé
En 2011, 1 associé sur 4 (26%) arrivé dans un nouveau cabinet était collaborateur dans sa structure d’origine contre 34% en 2010 (soit en créant un cabinet, soit en rejoignant un cabinet nouvellement créé). Parallèlement, en 2011 2 mouvements sur 3 (63%) concernaient des avocats déjà associés dans leur structure d’origine, cette proportion étant en très forte hausse par rapport au 54% de 2010. En d’autres termes, changer de cabinet pour devenir associé constitue beaucoup moins la voie royale entrevue l’année précédente. Cette tendance s’explique facilement : les cabinets peuvent de nouveau offrir des perspectives d’association aux collaborateurs confirmés et les dissuader ainsi de partir, ce qui était beaucoup moins le cas en 2009-2010 où le contexte économique était marqué par la crise et l’incertitude.

Par ailleurs, on remarque un nombre plus important d’associés qui abandonnent leur statut d’associé en changeant de cabinet au profit d’un statut de « of counsel » très souvent, « counsel » ou « non equity partner ». Cette tendance, même si elle ne représente que 5% des mouvements sera intéressante à suivre dans l’année qui vient.

En 2011, le genre n’a pas conditionné l’évolution du statut
Sur l’ensemble de la période 2006-2011, le genre ne constitue pas une variable discriminante quant à l’évolution du statut de l’avocat quand il/elle change de cabinet. Toutefois, selon les années, il peut exister de fortes disparités. En 2011 la répartition des mouvements entre hommes et femmes par statut était relativement similaire (collaborateur devenant associé, associé restant associé, externe devenant associé, associant perdant son statut d’associé, associé quittant les cabinets). En revanche, en 2010, 42% des mouvements de femmes impliquait un passage du statut de collaboratrice à celui d’associée contre seulement 32% pour les hommes. En 2009, 13% des mouvements de femmes concernaient des femmes arrivant d’une structure non-cabinet (entreprises, Administration…) pour devenir associé contre seulement 2% des mouvements d’hommes.

1 associé sur 2 arrive d’un cabinet anglo-saxon
Le nombre de cabinets concernés par au moins un départ est remarquablement stable depuis 3 ans : 106 cabinets en 2011. En regardant leur origine, on s’aperçoit que 30% des associés arrivent d’un cabinet américain et 18% d’un cabinet anglais soit au total quasiment 1 associé sur 2 arrive d’un cabinet anglo-saxon ! Parallèlement, 45% arrivent d’un cabinet français.

L’influence du genre sur la structure de départ est évidente
La variable « genre » est en revanche extrêmement discriminante. Si on observe la même proportion de femmes et d’hommes venant de cabinets français (45% des femmes qui changent de cabinets arrivent d’un cabinet français ; 45% des hommes qui changent de cabinets arrivent d’un cabinet français), en revanche, seulement 1 femme sur 3 arrive d’un cabinet anglo-saxon (13% de cabinets anglais et 23% de cabinets américains) contre 51% pour les hommes. Par ailleurs, en volume, en 2011 les Bigs ont « fourni » davantage d’associées femmes que d’associés hommes au marché. Si on rentre dans le détail, on voit que :
- 1 associé sur 2 issu des Bigs est une femme (55%)
- 1 associé sur 4 issu d’un cabinet français est une femme (26%)
- 1 associé sur 5 issus d’un cabinet anglais est une femme (19%)
- 1 associé sur 5 issus d’un cabinet américain est une femme (19%)

Les structures d’arrivée : 24% de cabinets en plus concernés par les arrivées d’associés
Le nombre de cabinets concernés par au moins une arrivée a explosé en 2011 passant de 97 à 120 soit une croissance de 24% ! Notons que les ¾ de ces cabinets n’ont recruté que 1 ou 2 associés. En 2011, les cabinets français ont accueilli 55% des associés (contre 69% en 2010), les cabinets américains 20% (contre 11% en 2010) et les cabinets anglais 17% (contre 12% en 2010). Deux enseignements apparaissent. 1) D’une part, les cabinets anglo-saxons ont recruté davantage en 2011 qu’en 2010 : 37% des mouvements d’associés se sont faits à destination d’un cabinet anglo-saxon contre 23% en 2010. 2) D’autre part, on observe une inversion de tendance entre les cabinets américains et anglais puisque les cabinets américains recrutent désormais davantage.

Le ratio départs/arrivées
Si les cabinets français poursuivent un mouvement de renforcement de leurs équipes avec des recrutements externes (ratio de 1,3), on remarquera que les cabinets anglais remplacent chaque associé qui part par un recrutement externe (1,03) alors que les cabinets américains ne se renforcent pas en allant chercher des associés à l’extérieur (0,71). Ces chiffres sont logiques puisque 30% des départs se font des cabinets américains qui n’accueillent seulement 20% des arrivées et 18% des départs se font des cabinets anglais qui accueillent 17% des arrivées.

Où vont les femmes ? D’abord et avant tout dans les cabinets français
Proportionnellement, en 2011, les cabinets français ont été les plus accueillants pour les femmes puisqu’elles ont représenté 30% des arrivées d’associés. Ce chiffre se situe à 26% sur les 6 dernières années. En 2011, les cabinets français ont recruté plus spécifiquement sur quelques domaines d’expertise :
- le social : 50% des mouvements étaient des femmes,
- l’IP/IT : 50% des mouvements étaient des femmes,
- NTIC/Media : 45% de mouvements étaient des femmes,
- le fiscal : 33% des mouvements étaient des femmes.

Parallèlement, en 2011, les cabinets anglais ont recruté 26% d’associés femmes (contre 20% sur 6 ans), les cabinets américains ont recruté 9% d’associés femmes (contre 23% sur 6 ans) et les Bigs ont recruté 14% (contre 38% sur 6 ans).

Seulement 1 associé sur 4 rejoint un nouveau cabinet
Les nouveaux cabinets semblent moins attractifs puisque seulement 27% des associés qui bougent en 2011 rejoignent un nouveau cabinet, c'est-à-dire un cabinet créé en 2010 ou 2011. C’est le plus bas niveau historique pour cet indicateur qui se situait traditionnellement largement au-delà des 30% : 36% en 2010, 35% en 2009, 30% en 2008, 39% en 2007. Plusieurs hypothèses peuvent être avancées : moins de créations de cabinets ; les associés cherchent davantage de sécurité en rejoignant une structure établie ; les cabinets « traditionnels » recrutent davantage…

Avocats d'affaires : un niveau record de mouvements d’associés en 2011

Le droit social et la santé sont les expertises les plus « féminines »
Depuis 6 ans, sur les 109 mouvements d’associés en droit social qui ont eu lieu, la moitié concernaient des femmes (49%). On observe la même proportion pour le droit de la santé, même si le nombre de mouvements considérés est beaucoup plus restreint (12). Parmi les autres domaines d’expertise où la part des femmes est élevée dans les mouvements, on notera le droit de l’environnement (35%) et l’IP/IT (34%) soit dans les 2 cas, 1 mouvement d’associés sur 3 concerne une femme.

Méthodologie : le baromètre Day One des mouvements d'associés dans les cabinets d'avocats d'affaires en France est élaboré quotidiennement depuis 2006 à partir d'informations publiées dans la presse généraliste et spécialiste (papier ou électronique) ainsi que des sites web des cabinets d’avocats concernés.

www.dayone.fr

Vendredi 27 Janvier 2012
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs