Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Aviva Investors France : note sur les marchés actions


Pascal Heurtault, Directeur des Investissements d’Aviva Investors France, revient sur l’actualité des marchés actions. Les marchés actions européens ont fortement baissé depuis le déclenchement de la crise « des dettes souveraines européennes » mi-avril.




« Nous considérons que la situation actuelle présente quelques similitudes avec celle qui prévalait entre l’automne 2008 et mars 2009 : forte nervosité des investisseurs, remontée brutale de l’aversion pour le risque, tensions sur le marché interbancaire et surtout crainte d’une rechute de l’économie mondiale en récession.

Un autre point de convergence majeur apparaît entre ces deux périodes : le spectre d’une crise financière. Le secteur bancaire a été le secteur le plus affecté en bourse au cours de la crise actuelle. Ceci est logique au regard de l’exposition du secteur financier aux emprunts d’Etats des pays fragiles. La recomposition actuelle du secteur des Caisses d’épargne en Espagne illustre bien cette crainte de crise financière.

Dernier élément commun entre ces deux périodes : les marchés financiers étaient restés sceptiques face aux plans de sauvetage du système bancaire en 2008/2009 et font montre de tout autant de scepticisme face au plan de stabilisation mis en place par l’Union européenne et le FMI.

Les marchés actions sont revenus à de bas niveaux de valorisation alors que l’environnement économique reste porteur tant en Asie qu’aux Etats-Unis. Certes, l’Europe est rentrée dans une phase d’austérité et les marchés s’inquiètent des conséquences des mesures d’austérité budgétaire prises dans de nombreux pays. Toutefois, la baisse de l’euro va apporter un regain de compétitivité aux entreprises exportatrices de la zone euro. Ceci atténuera l’impact des mesures restrictives car l’impact de la baisse de l’euro aura un effet important que les marchés semblent ignorer, ne prenant en compte que les mauvaises nouvelles.

La crise des dettes souveraines ne remet pas en cause notre scénario de reprise économique mondiale. Le FMI prévoit d’ailleurs une croissance mondiale de 4.2% pour 2010.

La valorisation des marchés actions européens reste faible dans un environnement de croissance européenne modeste. Selon Aviva Investors France, les marchés actions sous-estiment la capacité des entreprises à délivrer des résultats supérieurs aux attentes compte tenu notamment de leur large internationalisation. Les entreprises européennes cotées vont bénéficier de la croissance mondiale. L’époque est paradoxale : les entreprises se portent bien, elles sont riches et les Etats ont été appauvris par la crise économique et financière de 2008 et 2009 !

Aviva Investors France reste positif sur les marchés d’actions. Les actions sont faiblement valorisées dans un environnement mondial bien orienté. Donnons un seul chiffre : le rendement des actions européennes au titre de 2010 est supérieur d’1% au rendement des obligations à 10 ans françaises !

L’avenir n’est pas exempt de risques : dans toute période agitée où les marchés ont perdu leurs repères, la nervosité reste de mise. Les marchés vont rester très attentifs aux annonces de mesures d’austérité. Toute déception en la matière ne pourrait que susciter crainte et précipiter les marchés à la baisse. En revanche, tout effort de coordination entre les différents pays européens en matière de communication ne pourra qu’être salué par les marchés financiers. En cette période difficile, la solidité du couple franco-allemand est testée par les marchés. Tout signe de mésentente susciterait inquiétude et peur. »

Rédigé lundi 14 juin 2010

Lundi 28 Juin 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs