Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Audit interne : fort potentiel d'amélioration


Vu l'importance croissante de la maîtrise des risques et de la conformité, Ernst & Young a mené une « Global Internal Audit Survey » auprès de quelque 700 responsables d'audit interne et dirigeants dans le monde. Les conclusions de l'étude, résumées dans le rapport « The future of internal audit is now », montrent que 80 pour cent des entreprises sondées estiment que leur audit interne offre un potentiel d'amélioration.




Audit interne : fort potentiel d'amélioration
Selon l'enquête, environ 75 pour cent des personnes interrogées sont convaincues de l'influence significative d'une solide gestion des risques sur l'évolution des résultats de leur entreprise à long terme. En outre, elles sont tout autant à penser que leur audit interne a des effets positifs sur la maîtrise des risques. L'étude «The future of internal audit is now » montre que les sondés observent un net transfert de la focalisation des travaux de l'audit interne des questions de conformité et le contrôle financier purs vers une plus large couverture des risques d'entreprise et le controlling stratégique. Selon les sondés, l'optimisation du processus de cartographie des risques et la capacité à identifier les risques émergents seront essentielles pour mettre en oeuvre de la stratégie d'entreprise à l'avenir. La possibilité d'optimiser les coûts totaux de l'audit interne, sans pour autant compromettre la couverture des risques ni l'identification de possibles réductions de coûts dans l'entreprise, est également considérée comme un élément important.

Orientation sur la stratégie d'entreprise
Pour que l'audit interne contribue à l'atteinte des objectifs d'entreprise, qu'il se concentre sur les risques essentiels et crée une valeur ajoutée, sa stratégie doit être alignée avec celle de l'entreprise. Cependant, 61 pour cent des sondés indiquent n'avoir reçu aucune instruction explicite pour ce faire. Markus Schweizer, Managing Partner et Ernst & Young Advisory Leader Suisse, confie : « L'audit interne peut générer une valeur ajoutée, car il évalue les risques et contrôles qui sont essentiels pour atteindre les objectifs stratégiques, et ce indépendamment de la direction exécutive. Les recommandations de renforcement des mesures de maîtrise correspondantes ont une influence positive directe sur l'atteinte des objectifs de l'entreprise. »

Optimisation du processus de gestion des risques
Les cartographies des risques réalisées par la direction, l'appréciation qui en est faite par l'audit interne et ainsi que les exigences réglementaires apparaissent comme les trois considérations majeures dans l'élaboration d'un plan d'audit interne. L'optimisation du processus de cartographie des risques est la priorité absolue pour les sondés. Identifier les risques qui sont vraiment essentiels pour l'activité est la première étape d'un pilotage des risques efficace. Parmi les personnes interrogées, 46 pour cent ont indiqué que leur audit interne n'effectue pas de mises à jour de la cartographie des risques ou seulement une fois par an. Celui-ci n'est donc pas préparé aux événements imprévus, tels que des transactions, le lancement ou le retrait de produits, la conquête de nouveaux marchés, l'expiration de brevets et les litiges juridiques. Michael DallaTorre, Partner Advisory, précise : « Les plans d'audit interne devraient pouvoir être actualisés régulièrement pour réagir aux événements qui se produisent. Par exemple, les départements d'audit interne novateurs développent un plan 3+9 avec une fenêtre temporelle de trois mois et une vision prévisionnelle sur les neuf mois suivants. »

Reporting plus pertinent
Près d'un cinquième des personnes interrogées souhaite des améliorations dans le reporting de l'audit interne, afin que ses conclusions puissent être mises en perspective dans le contexte de l'entreprise dans son ensemble et que les tendances éventuelles puissent être identifiées. Les audits thématiques sont une méthode qui est de plus en plus utilisée, car les parties prenantes souhaitent être davantage informées sur l'ampleur et les conséquences des conclusions de l'audit interne. Le rôle de l'audit interne évolue et les attentes des parties prenantes augmentent. C'est pourquoi l'audit interne devrait compléter son savoir-faire technique traditionnel par des compétences telles que le dialogue avec la direction et les unités opérationnelles pour augmenter la pertinence de ses observations. A la question, pour quels domaines existe-t-il des plans de développement des compétences pour les collaborateurs de l'audit interne, 58 pour cent des sondés ont répondu un « plan pour la compétence technique d'audit interne », 54 pour cent un « plan pour les connaissances commerciales ou de la branche » et seulement 47 pour cent un « plan pour le management et leadership ». Etonnamment, 8 pour cent ont répondu n'avoir défini aucun plan du tout.

Les départements d'audit interne peuvent adopter deux approches fondamentales pour disposer des compétences requises : un programme de rotation parmi les unités commerciales ou d'autres fonctions de l'entreprise, et un programme pour des auditeurs invités dans le cadre duquel les collaborateurs performants d'autres unités de l'entreprise peuvent acquérir une expérience de l'audit interne. «Avec la bonne stratégie, l'audit interne peut générer une valeur ajoutée pour l'entreprise, en offrant un conseil de pertinence stratégique, en identifiant les potentiels de performance dans l'entreprise, en soutenant les initiatives commerciales importantes et en quantifiant le retour sur l'investissements dans la fonction d'audit interne », résume Markus Schweizer. Michael DallaTorre ajoute: « L'avenir de l'audit interne se situe ici et maintenant. Les départements d'audit interne doivent donc agir sans tarder afin de rester compétitifs dans leur domaine et de ne pas manquer le coche. »

Le rapport est accessible sur : www.ey.com/ch

Informations relatives à l'enquête
En décembre 2011, Ernst & Young a chargé Forbes Insights de conduire une enquête à l'échelle mondiale auprès de 695 parties prenantes et collaborateurs de l'audit interne concernant l'évolution du rôle de la fonction d'audit interne. Les participants au sondage étaient des responsables de cette fonction (Chief Audit Executives ou CAE), des cadres dirigeants et des membres de directions d'entreprises avec un revenu supérieur à USD 500 millions issus de 26 secteurs de l'économie.

Ernst & Young

Mardi 4 Septembre 2012
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News