Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Atradius + Isodev : renforcer votre trésorerie


Entretien avec Gilles Peiny, Directeur Commercial Atradius, et Patrick Touton, Directeur Général Financière Isodev.




Gilles Peiny, Directeur Commercial Atradius, et Patrick Touton, Directeur Général Financière Isodev
Gilles Peiny, Directeur Commercial Atradius, et Patrick Touton, Directeur Général Financière Isodev
Avant de décrire votre partenariat, pourriez-vous présenter vos sociétés ?
«Atradius est n° 2 mondial de l’assurance-crédit et offre des solutions aux entreprises pour se protéger contre les impayés, optimiser le BFR et faciliter le financement. Plus qu’une sécurisation contre les impayés, l’assurance-crédit est aujourd’hui un outil de credit management et une garantie pour les partenaires financiers pour financer l’entreprise avec une visibilité accrue. » explique Gilles PEINY.

«Isodev est un acteur récent du financement des TPE-PME. C’ est le premier acteur indépendant du financement des TPE et PME françaises intervenant exclusivement en prêts participatifs. Isodev est soutenu par de grands entrepreneurs français et financé par les assureurs à qui Isodev propose une nouvelle classe d’actif basé sur l’économie réelle : nos PME françaises. » décrit Patrick TOUTON.

Il existe effectivement des différences. Alors pourquoi ce partenariat ?
«Ce partenariat est né d’une idée simple : Atradius, assureur-crédit, et Isodev, spécialiste du prêt participatif, s’adressent aux mêmes PME et s’intéressent à leur problématique essentielle : le renforcement de leur trésorerie. « Seule l’approche diffère », explique Patrick TOUTON, « Atradius sécurise la solvabilité court terme de la PME en lui assurant d’être payée par ses clients ; Isodev apporte de la trésorerie stable à une PME qui a investi en s’autofinançant ou qui projette de réaliser un investissement. » Gilles PEINY complète : « Pour répondre aux enjeux de trésorerie de la PME, faire cohabiter un des leaders de la couverture du « bas de bilan » et un expert du « haut de bilan » nous a semblé être à la fois une nécessité et une évidence ».

...

Lisez la suite dans finyear magazine de novembre 2013

Mercredi 27 Novembre 2013
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs