Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Août 2010 : Retour des incertitudes (IG Markets)


Les craintes concernant la solidité de la reprise économique mondiale restent toujours d'actualité.




La saison des résultats a été globalement bonne des deux côtés de l’Atlantique. Aux Etats-Unis ¾ des 459 sociétés du S&P500 ont publié des résultats supérieurs aux estimations, alors qu’en Europe plus de 75% des sociétés ont battu le consensus. Mais ces bons résultats ont été occultés, par des chiffres macroéconomiques décevants. Le marché sanctionne aujourd’hui particulièrement le manque de visibilité sur les entreprises. Les prévisions se font désormais au maximum sur 12 mois, alors qu’auparavant on n’hésitait pas à les donner sur plusieurs années. Tout cela incite les investisseurs à se recentrer sur les actifs sans risques. Et particulièrement sur la dette souveraine, sensée être la plus sûre. Des actifs qui resteront durablement bien orientés, par un environnement de taux qui devrait rester bas pour longtemps, et les craintes des investisseurs qui devraient amplifier le mouvement de « fly to quality ».

Du côté des Etats-Unis
Les inquiétudes sur l’économie américaine sont encore présentes, les statistiques décevantes sur le mois nous rappellent que les effets de la crise sont encore présents. La croissance outre-Atlantique a été revue à la baisse de 2,4% à 1,6%. De nouveaux signes de faiblesse sont visibles sur le marché immobilier américain, l'indice de confiance dans le secteur de la construction de maison individuelle recule pour le troisième mois consécutif en août.
Les chiffres du chômage sont tout aussi inquiétants, en effet les nouvelles inscriptions au chômage aux Etats-Unis sont montées à leur plus haut niveau depuis novembre 2009. Les commandes de biens durables ont progressé beaucoup moins que prévu, et l’indice de confiance du Michigan a été décevant au mois d’août. La croissance de l'activité industrielle est elle désormais négative dans la région de Philadelphie.
Dans le même temps, la Fed a annoncée la reprise des achats de dette souveraine, en vue de soutenir le marché des T-Bonds. Ce qui va permettre de fournir des liquidités au marché, au cas où nous aurions des signes inquiétants sur la conjoncture.
Le S&P500 est en baisse de 4,74% et le Dow Jones de 4,31% sur le mois.

Du côté de la Zone Euro
Le PIB en zone euro a progressé de 1% au deuxième trimestre, légèrement supérieur au consensus. La hausse de 0,6% du PIB en France au 2ème trimestre reste bien maigre comparée à la hausse de 2,2% de l’Allemagne, soutenu par un euro faible et de fortes exportations, ainsi qu’une demande intérieure particulièrement soutenue.
L’indice Zew, l’indice de confiance des investisseurs sur la santé financière de l'Allemagne, est ressorti en forte baisse à 14 points, alors que l’on attendait une baisse modérée à 20,9 contre 21,2 en juillet. Pour rappel la moyenne long terme est de 27,3 points.
La croissance de l'activité privée dans la zone euro a ralenti légèrement en août. L'indice PMI composite, qui synthétise l'activité dans l'industrie et les services, a reculé à 56,1 points contre 56,7 points en juillet. Dans le secteur manufacturier, l'indice a nettement baissé à 55 points après 56,7 points en juillet. C'est son plus bas niveau depuis six mois.
L’ensemble de ces statistiques a fait baisser les indices européens : le CAC 40 perd 4,18% sur le mois, sa performance depuis le début de l’année est de -11,32%. L’Eurostoxx 50 quant à lui est en baisse de 4,35% sur le mois.

Du côté de la Chine
Le pays vient de récupérer la place de deuxième producteur mondial, en lieu et place du Japon, et ce juste derrière les Etats-Unis. Mais le récent resserrement du crédit, devrait venir freiner la dynamique de croissance de la Chine. La baisse des prêts accordés par les banques chinoises ont baissé de 11,7% entre juin et juillet, d’une part enraillé par une augmentation des réserves obligatoires des banques, et par l’obligation de réintégrer dans leur bilan des prêts, jusqu’ici comptabilisés en horsbilan. Le Hang Seng perd 2,35% sur le mois.

Du côté des entreprises : le retour des valeurs défensives
Les petites valeurs continuent de surperformer, elles permettent en effet de jouer sur les niches, souvent préservées des craintes macroéconomiques. Le segment profite également de la vague des fusions-acquisitions. Le retour de la croissance dans certains secteurs où l’on voit les marges s’améliorer, permet aux grands groupes de générer de forts free cash flow et donc de disposer de ressources pour faire d’importantes acquisitions. Les opérations de rapprochement devraient donc s’amplifier sur l’année.
Le mois d’août nous montre une hiérarchie sectorielle classique des marchés baissiers. En effet, on note un retour des valeurs défensives, alors que les valeurs cycliques plongent de façon brutale.

Août 2010 : Retour des incertitudes (IG Markets)

Le secteur de la santé se rattrape au mois d’août (+5,59%). Le secteur est soutenu par le groupe Stallergènes (+6,97%), le titre a publié des résultats excellents et ses résultats cliniques prometteurs laissent présager d’une bonne fin d’année pour le titre. Sanofi-Aventis profite de la dynamique du secteur : +1,57%, mais son news flow a été plutôt négatif sur le mois. La société a en effet été déboutée de son appel. Il concernait la mise sur le marché d’un générique du Lovenox. Novartis (+5,54%), la valeur a été soutenue par l'homologation de son médicament Tekamlo destinée à lutter contre l'hypertension.

Les valeurs télécoms refont surface, elles profitent du dynamisme des pays émergents et d’une meilleure résistance des pays matures. Portugal Telecom grimpe de 6,38%, le groupe profite de son exposition au Brésil (environ 45% de son CA), Telefonica gagne 0,46% sur le mois.

Le segment alimentation et boisson est quand à lui tirer par Pernod Ricard +2,71% et Carrefour +1,42%, les résultats semestriels confirme la réussite du plan de transformation des hypermarchés du groupe.

La construction a souffert des mauvaises statistiques immobilières outre-Atlantique et accuse la plus forte baisse sectorielle sur le mois : -7,87%. Lafarge perd 13,04% et Saint-Gobain de 11,11%.

Les valeurs technologiques ont également souffert, le secteur perd 6,27% sur le mois. Les perspectives décevantes d’Intel (-16,41% sur le mois), qui prédit une demande de PC plus faible que prévu au T3, ont impacté des valeurs comme : STMicroelectronics (- 16,9%) et Hewlett Packard (-13,95%).

Les valeurs bancaires ont été victime des préoccupations des investisseurs concernant la reprise économique mondiale. Et ce malgré de très bons résultats divulgués au début du mois : Société Générale perd 9,18%, et BNP Paribas 6,34%. Le secteur devrait continuer de souffrir de l’environnement de taux bas et du manque de visibilité sur les marchés à court terme.

Du côté des matières premières
Les cours du brut perdent du terrain en réaction à une baisse des réserves américaines et d’une croissance qui devrait finalement être moins importante qu’attendue. L’abondance actuelle des stocks, ainsi que des perspectives économiques moroses devraient maintenir les cours du brut en dessous des 80$ le baril. Il s’établit à 71,41$ le baril en baisse de 8,78% sur le mois. L’or reste également sur une bonne dynamique et profite de son rôle de valeur refuge, pour grimper de 5,47% sur le mois, à 1246,60$. Le cours se rapproche de son record du 25 juin dernier à 1255$.

Du côté des devises
Le yen et le franc suisse continue leur ascension, ces devises jouent leur rôle de valeur refuge, et aujourd’hui établissent de nouveaux record face au dollar et à l’euro. Ce qui handicape particulièrement l’économie japonaise, qui souffre d’un renchérissement de ses biens à l’exportation. Le yen gagne 2,68% face au dollar et 5,41% face à la monnaie unique Les inquiétudes entourant la santé des économies périphériques de la zone euro pèsent encore sur la monnaie européenne. L’euro perd 2,80% face au dollar sur le mois, alors que le Franc suisse grimpe de 2,55% face au dollar et de 5,27% face à l’euro.

IG Markets

Mercredi 8 Septembre 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News