Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Anticipations économiques et conséquences pour votre patrimoine et votre entreprise


Attention de ne pas confondre l'effet déclencheur de la crise actuelle -"les subprimes"- et la cause réelle qui est -selon moi- la fuite en avant dans nos pays développés de la politique Keynesienne qui a suivi le premier choc pétrolier puis s'est amplifiée après le 11 septembre 2001 (déficits budgétaires dès 1974 puis baisse des taux d'intérêts à partir du milieu des années 80), ce qui provoqua bien sûr un surendettement que nous devons résoudre aujourd'hui.




Anticipations économiques et conséquences pour votre patrimoine et votre entreprise
Les conséquences sont diverses et variées selon les pays: l'Islande est désormais gouvernée par le FMI, la Grèce ne peut pas emprunter à des taux inférieurs à 11 % et doit être aidée conjointement par l'Europe et le FMI, l'immobilier s'écroule en Espagne, l'Angleterre met en place un plan d'austérité intelligent mais encore plus sévère que celui de Margaret Thatcher des années 80, l'Allemagne doit être impérativement en excédent commercial pour faire face à son problème démographique, les Etats-Unis tentent par tous les moyens d'éviter la déflation mais il est difficile de "faire boire un âne qui n'a plus soif" (le consommateur), le Japon n'arrive pas à sortir d'une déflation qui perdure depuis 20 ans.

Quant à la France, il faudrait minorer la fiscalité du travail qui serait compensée par une augmentation des droits de succession et limiter les bénéfices de l'Etat Providence (le plus généreux au monde !) à ceux qui en ont réellement besoin. Sinon, la croissance économique restera extrêmement faible dans les années à venir, de l'ordre de 1 % par an ce qui ne permettra ni de résorber le chômage, ni de rembourser nos dettes...

Heureusement, le paroxysme de la crise est -selon moi- derrière nous. Je pense que l'Europe et les Etats-Unis connaîtront à nouveau une croissance économique -certes modérée mais plus forte que le "consensus" l'anticipe- grâce aux investissements des entreprises qui redémarrent progressivement, à la croissance des pays émergents, à la politique monétaire très "conciliante" des banques centrales et aux innovations technologiques.

Conséquences pour votre patrimoine :
- immobilier : les prix dans les centres villes de Lyon, Paris, Bordeaux, Marseille ne devraient pas baisser en 2011, sauf en cas de récession ou, pire, de déflation, grâce à des taux d'intérêts historiquement très faibles. Dès que ceux-ci remonteront (en 2012 ?), le cours de l'immobilier suivra probablement la pente inverse, comme ce fut toujours le cas historiquement...
- produits monétaires : rémunération très faible en raison des taux d'intérêt à court terme de la BCE à 1 %,
- fonds en euros : rémunération qui diminuera dès cette année et en 2011 en raison de la baisse des taux à long terme,
- obligations et emprunts d'état: sauf déflation ou récession sévère, les taux d'intérêt vont probablement stagner en 2011 puis remonter progressivement en 2012, ce qui entraînera une baisse du cours des obligations et emprunts d'état. Ce type d'investissement est donc à éviter.
- actions : sous réserve de sélectionner les entreprises internationales qui réalisent l'essentiel de leur chiffre d'affaire à l'étranger et bénéficient de la croissance économique mondiale (environ 4,3 % cette année) du à la forte croissance économique des pays émergents (10 % en 2010 pour la Chine et la Turquie notamment) et d'investir dans des FCP flexibles et proactifs. Une augmentation progressive et raisonnable de l'exposition en actions au sein de vos comptes et contrats constitue une stratégie d'allocation d'actifs à nouveau judicieuse, comme ce fut le cas en mars 2003, et donc à l'inverse de la sécurisation que je vous avais conseillé en mai 2007 ici même...
- l'or : il s'agit d'une valeur refuge qui bénéficie de la baisse du dollar et des craintes macroéconomiques et géopolitiques. A conserver à hauteur de 10 à 15 % car le cours est déjà élevé et il baissera dès qu'il y aura reprise économique.

François COULANGES
COULANGES GESTION PRIVEE

www.fcoulanges.fr


Jeudi 13 Janvier 2011
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs