Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

American Express lance le Business Travel Monitor, nouvel indicateur du voyage d'affaires en Europe


American Express annonce aujourd’hui le lancement du “Business Travel Monitor” sur les zones Europe, Moyen-Orient et Afrique. Ce baromètre a pour vocation d’apporter chaque trimestre aux clients d’American Express une visibilité sur les grandes tendances du secteur du Voyage d’Affaires notamment en matière de tarifs pour chaque catégorie-clé de dépenses telle que l’aérien ou le secteur hôtelier.




Selon les résultats du premier Business Travel Monitor du mois d’Octobre 2008, alors que les tarifs aériens en classe Economique avec restriction pour les long courriers depuis l’Europe ont augmenté au 1er trimestre -en raison d’une forte hausse du prix du pétrole - cette courbe s’est modérée au deuxième trimestre sous l’effet d’une baisse de la demande. Les Business Class ou First – en vols intérieurs ou moyens courriers- et les tarifs hôteliers affichent, en revanche, une relative stabilité sur toute l’Europe.

« La situation du secteur l’aérien est devenue de plus en plus difficile durant le 1er semestre. Pas moins de 24 compagnies ont fait faillite sur cette seule période – dont la moitié en Europe. Alors que les prix de la classe économique ont subi des fluctuations partout en Europe, les autres tarifs sont restés stables en moyenne et ce, malgré l’impact des accords Open Skies qui peuvent expliquer, pour leur part, la baisse significative des tarifs Business Class sur certaines destinations clés.

Par ailleurs, malgré la baisse générale de nombreux tarifs, le coût global de l’aérien continue d’augmenter, compte tenu des surcharges tarifaires que l’on constate aujourd’hui. »
a déclaré Joakim Johansson, Vice President Advisory Services, American Express Voyages d’Affaires Europe.

« Dans l’environnement économique actuel, la demande en termes de visibilité et de benchmarking qu’apporte le Business Travel Monitor est naturellement forte. C’est un outil crucial pour les travel managers et les professionnels des achats », a-t-il ajouté.

L’augmentation du pétrole à son apogée au 1er trimestre
L’augmentation du prix du pétrole a entraîné à son tour une hausse des tarifs les plus bas de 7.1 %. Particulièrement consommateurs en fuel, les longs courriers vers l’Amérique Latine et les Caraïbes (+29.2%), ainsi que vers l’Amérique du Nord (+15.5%), y ont largement contribué.

Sur le marché français, les tarifs en classe économique avec restriction ont connu une augmentation moyenne de 39% entre le premier trimestre 2008 et le quatrième trimestre 2007. Cette augmentation est la plus importante des marchés européens, dont la moyenne est de 7.1%.

Au départ de la France, cette hausse se concentre principalement sur les axes long courrier vers l’Asie et l’Océanie (25,8%), l’Amérique Nord (46,2%) et l’Amérique Latine et les Caraïbes (155.9%).

Les autres classes tarifaires ont subi peu de changement sur les vols intérieurs, moyens et longs courriers.

Après les augmentations du 1er trimestre, la baisse de la demande
1er effet de la baisse de la demande du 2ème trimestre, la chute des tarifs les plus bas (-12.5%) mais de façon plus caractérisée, cette chute est un phénomène qui touche toutes les catégories des vols intérieurs (-11.5%), moyen-courriers (-11.7%), et long-courriers vers l’Amérique latine et les Caraïbes (-26.6%).

En France, la forte augmentation des tarifs en classe économique avec restriction du premier trimestre 2008 a été corrigée à partir du second trimestre, enregistrant une baisse de 23.2%.

Au sein des principaux marchés européens, c’est en France et en Allemagne que ces baisses ont été les plus significatives (20.2% en Grande Bretagne et 23.6% en Allemagne).

Les routes vers l’Amérique Latine et les Caraïbes qui avaient enregistré une hausse spectaculaire au premier trimestre 2008 sont en net recul au second. (65%).

Les tarifs des autres classes restent étonnamment stables, malgré la tourmente du marché.

D’une année à l’autre les tarifs les plus bas et même les business baissent
Sur une base annuelle, deux tendances clés se détachent :
- la baisse des tarifs les plus bas, avec 10.9% de moins qu’en Q2 2007,
- ainsi que la diminution des tarifs les plus bas en Business (-4.3%).

Mais les compagnies aériennes opérant depuis l’hexagone continuent d’augmenter leurs tarifs sur des lignes clé.

Pour sa part, la France enregistre une faible variation générale des tarifs, plus mesurée que la moyenne européenne : +5,3% en Q2 2008 vs Q2 2007 pour la classe Economique plein tarif, et -3,9% sur les tarifs aériens en classe Economique avec restriction pour la même période.

L’impact des accords Open Sky
La mise en place opérationnelle des accords Open Skies au début du 2eme trimestre illustre bien l’impact de la concurrence sur les tarifs aériens. La moyenne des tarifs en Business sur des destinations récemment ouvertes à la concurrence affiche une baisse importante ainsi qu’en témoigne des :
Paris vers Atlanta : -11.45%
Paris vers Newark : -9.4%
Paris vers Washington : -19.97%
Paris vers Houston : -9.19%

Cependant, dans le contexte économique et financier mondial actuel les prévisions initiales concernant l’impact « Open Sky » sont atténuées par la récente actualité du marché aérien (fermeture de ligne, rapprochement des acteurs et renforcement des alliances).

Les tarifs hôteliers se stabilisent
Après des années de croissance régulière, les tarifs des marchés hôteliers européens se stabilisent ou notent même une baisse sensible, ainsi que le démontre le tarif quotidien moyen (ADR) dont s’acquittent les clients American Express.

Une tendance particulièrement perceptible aux premier et deuxième trimestres 2008.

Ainsi, sur les 48 tarifs des métropoles surveillées, 41 présentent une croissance moyenne de 6.9% d’une année à l’autre.

Une tendance qui s’inverse au deuxième trimestre avec une baisse tarifaire de 3.6% pour 30 des 48 villes concernées. Si Stavanger, en Norvège, se distingue avec l’augmentation la plus importante en Europe (+26.3%), Paris, enregistre de son côté la baisse la plus significative (-37%). Les capitales française et italienne (Rome -32.4%) s’avèrent particulièrement affectées par la puissance de l’Euro comparé au Dollar, réduisant d’autant les revenus touristiques (in-bound) en provenance des Etats-Unis.

Des villes comme Londres, Francfort, Edimbourg, Genève et Paris ont été directement touchées par la crise économique. Toutes ces capitales européennes ont vu leur ADR diminuer sensiblement. Londres, qui est probablement la plus exposée à la crise, affiche une très légère hausse au premier trimestre et -7,7% au deuxième (vs 2007).

L’impact du pétrole dans le monde a été un facteur majeur de la croissance de l’ADR, notamment en Norvège ou en Ecosse dans des villes comme Aberdeen. Les bassins industriels allemands importants (tels que Düsseldorf, Cologne ou encore Hanovre) ont également bénéficié d’une hausse conséquente de l’ADR.

«Face aux challenges de l’aérien, et à l’instar du marché européen, le secteur hôtelier français entre désormais dans une nouvelle phase, avec une demande plus faible et des tarifs en baisse. Après des années de forte croissance, notre analyse montre que ces tarifs payés par les clients American Express sont d’ailleurs en baisse sur de nombreuses destinations clés d’Europe » note Stéphanie Laroque, Directrice Marketing d’American Express Carte Corporate en France. « La crise se ressent plus particulièrement encore au travers des tarifs hôteliers en baisse notamment sur Paris, tout comme dans la plupart des places européennes financières comme Londres, Francfort, Genève ou Edimbourg » a conclu Stéphanie Laroque.

A propos d’American Express
American Express Company est un groupe international présent dans le voyage et les services financiers, fondé en 1850. American Express est un leader mondial dans le secteur des cartes de paiement et de crédit, des Traveler Chèques, du voyage et des services aux entreprises.

A travers sa division Carte Corporate, American Express propose des Cartes d’affaires, des solutions d’achat et des services de gestion des dépenses pour des multinationales, grandes entreprises ou PME-PMI dans le monde entier. Aux Etats-Unis, American Express est le principal émetteur de Cartes d’affaires et délivre ses services à plus de 60% des sociétés classées au palmarès Fortune 500, ainsi qu’à des dizaines de milliers de PME. American Express émet des cartes d’affaires dans plus de 40 pays dans leur devise locale et des cartes d’affaires en Dollar International dans plus de 100 pays.

American Express Business Travel est une division du groupe American Express, dont la vocation est d’accompagner ses clients dans l’optimisation de leur politique de voyage d’affaires en s’appuyant notamment sur une meilleure maîtrise des coûts et des dépenses et sur un service clients de qualité.
American Express propose aux petites et moyennes entreprises ainsi qu’aux grands comptes tout un ensemble de solutions de réservation à la pointe de l’industrie, une expertise en conseil et gestion du voyage, un accompagnement dans la recherche de partenaires et dans le cadre de négociations avec des fournisseurs, et des services clients on et offline accessibles partout dans le monde.
American Express possède l’un des plus importants réseaux d’agences de voyages à travers le monde. En 2007, l’entreprise a réalisé 26,4 milliards de dollars de vente de voyages.
www.americanexpress.com

Mardi 14 Octobre 2008
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs