Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Amélioration de la note risque pays de la Roumanie, notée B par les analystes d’Euler Hermes


L’assureur-crédit Euler Hermes SFAC et l’ensemble des filiales du Groupe Euler Hermes suivent en permanence les risques pays du monde en combinant approche politique et économique. Il en résulte un classement des pays en six catégories*, allant du plus sûr au potentiellement le plus risqué.




Amélioration de la note risque pays de la Roumanie, notée B par les analystes d’Euler Hermes
Sur une échelle d'AA à D, la Roumanie améliore son risque pays en passant de la note C à la note B. Selon l'assureur-crédit, l'accession de la Roumanie à l'Union Européenne qui a eu lieu en janvier 2007 aura un impact économique positif global sur le pays, même s'il reste des faiblesses telles que le manque de transparence dans les affaires et des cadres juridiques et réglementaires parfois inefficaces.

1. Roumanie : croissance et environnement des affaires s'améliorent

- La performance macro-économique du pays s'est considérablement améliorée depuis 2001 après une décennie de déclin
La Roumanie affiche un PIB par habitant estimé à 5,300 US dollars en 2006 qui est le deuxième plus bas dans l'Union Européenne à 27. L'agriculture représente encore 10 % du PIB, l'industrie (construction y compris) 35 % et les services 55 %. Les pays membres de l'UE comptent pour approximativement les deux-tiers du commerce extérieur de la Roumanie. Après une décennie de déclin économique, la performance macro-économique s'est considérablement améliorée depuis 2001 avec une croissance réelle moyenne annuelle du PIB de 6 %.
« Nous nous attendons cependant à ce que la croissance ralentisse aux environs de 5,8 % en 2007 après 7,5 % en 2006 en raison du ralentissement de la croissance de l'Union Européenne », analyse Philippe Brossard, directeur de la recherche Euler Hermes SFAC.

- L'environnement structurel des affaires est dans l'ensemble satisfaisant
Sur l'ensemble des pays suivis par Euler Hermes, la Roumanie se classe légèrement au-dessus de la moyenne. Sa situation s'est améliorée sensiblement ces dernières années grâce à un régime commercial assez libéral, à la suppression de la plupart des restrictions aux opérations de capitaux, à la réforme progressive du secteur bancaire et à sa restructuration ainsi qu'au vote de législations importantes visant à l'amélioration de l'administration publique et du système légal.
« L'amélioration générale a été poussée par le processus d'accession à l'UE et des réformes structurelles ont été intensifiées en 2006 après que l'UE eut averti les autorités que des retards dans certains secteurs risquaient d'ajourner son accession à l'UE jusqu'en 2008 », commente Manfred Stamer, économiste Euler Hermes Allemagne.

2. La commission européenne dénonce certaines insuffisances dont le manque d'application des lois

Bien que l'UE ait considéré le pays comme une économie de marché depuis octobre 2004 et l'ait accepté en tant que nouveau membre en janvier 2007, elle a renouvelé ses avertissements quant aux sanctions qui pourraient être appliquées en cas de manquement à ses engagements. La Commission européenne continue de critiquer le manque d'application des lois déjà adoptées - y compris l'application des décisions sur la faillite - et dénonce l'insuffisance de personnel dans les organes institutionnels concernés ainsi que les subventions hors budget excessives pour des entreprises non viables (la plupart du temps des entreprises d'Etat).

« En ligne avec la critique persistante de l'Union Européenne, notre évaluation montre également qu'il reste des faiblesses telles que des cadres juridiques et réglementaires parfois inefficaces. La politique économique a été correcte ces dernières années bien qu'elle reste susceptible de changements négatifs. La rapide croissance du crédit et l'accroissement du déficit de la balance des paiements demeurent les principales causes d'inquiétude. Mais le service de la dette externe devrait demeurer contrôlable à court terme », commente Manfred Stamer.

3. L'accession effective à l'UE aura un impact économique positif

- Les grandes entreprises et les sous traitants profiteront de l'entrée dans l'UE
Bien que les marchés aient anticipé l'entrée dans l'UE de la Roumanie en janvier 2007 et que les investisseurs étrangers aient déjà été présents dans le pays avant cette date, l'accession effective à l'UE aura un impact économique positif global. Ce sont les grandes compagnies qui en bénéficieront le plus, mais elles créeront également des affaires pour de plus petites sociétés, particulièrement pour les sous-traitants.

- Les compagnies avec des marges faibles seront fragilisées
Euler Hermes SFAC souligne qu'il y aura également des défaillances en raison de l'entrée de la Roumanie dans l'UE : les sociétés fragiles disparaîtront parce qu'elles ne survivront pas à la concurrence accrue. Les perdants potentiels sont les sociétés qui ne répondent pas aux normes de l'UE, en particulier dans les secteurs des industries extractives, des engrais et de l'alimentation. L'industrie automobile, la construction, les sociétés compétitives dans le secteur du meuble et le secteur IT devraient être les grands gagnants.

« Cependant, si les salaires augmentaient de façon importante en Roumanie, les compagnies avec des marges faibles - par exemple dans la construction ou l'électronique grand public - feraient face à des difficultés », conclut Philippe Brossard.
Forces :
- Son appartenance à l'Union Européenne
- Un risque systémique de stabilité politique modéré
- Un ratio relativement faible de dette publique sur PIB à 15 %
- Des réserves de change qui couvrent actuellement 5,7 mois d'imports

Faiblesses :
- Un gouvernement de coalition instable
- La suspension de l'arrangement par le FMI depuis Octobre 2005
- Une croissance rapide du crédit domestique
- La balance des paiements toujours plus déficitaire (estimée à 12 % du PIB en 2006)
- Des cadres juridiques et réglementaires insuffisamment appliqués


* Les « grades pays » : une mesure du risque géo-politique et économique
Le groupe Euler Hermes a élaboré un système de « notation » des pays destiné à mesurer le risque dans sa dimension géo-politique et économique. Un Comité risque pays analyse en permanence la situation de 241 pays ou territoires en fonction des problèmes économiques ou politiques les affectant et définit des notes, sur une échelle à 6 niveaux (par ordre croissant de risque : AA /A / BB / B / C/ D). Cette note est prise en compte avant toute demande de couverture et influe sur le niveau de garantie accordé.

L'assurance-crédit, solution la plus complète
La modèle économique développé par le groupe Euler Hermes est fondé sur une prévention et un arbitrage au plus près du risque. L'analyse du risque est menée localement sur la base de procédures communes, et les conclusions sont enregistrées dans une base de données mondiale unique. Ainsi, lorsqu'un assuré formule une demande de garantie sur un acheteur situé dans un autre pays que le sien, c'est l'entité du groupe Euler Hermes dont dépend l'acheteur qui arbitre le risque. Pour assurer ce mode de fonctionnement décentralisé, le groupe s'appuie sur ses différentes filiales implantées partout dans le monde.
Pour accompagner le développement des entreprises à l'exportation et sécuriser leurs transactions commerciales, Euler Hermes SFAC a créé le produit d'assurance-crédit Grand Angle destiné aux entreprises qui souhaitent un développement international en toute sécurité.


N°1 de l'assurance-crédit en France, Euler Hermes SFAC, filiale du groupe Euler Hermes, contribue au développement rentable des entreprises en garantissant leur poste clients. Sa mission est de prévenir le risque clients, recouvrer les créances impayées et indemniser les pertes subies.
Euler Hermes est le leader mondial de l'assurance-crédit et l'un des leaders de la caution. Avec 5 500 salariés présents dans 49 pays, Euler Hermes offre une gamme complète de services pour la gestion du poste clients et a enregistré un chiffre d'affaires consolidé de 2,01 milliards d'euros en 2006.
Filiale d'AGF, membre du groupe Allianz, Euler Hermes est coté à Euronext Paris. Le Groupe et ses principales filiales d'assurance-crédit sont notés AA- par Standard & Poor's



Mardi 1 Mai 2007
Notez






Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs