Finyear, the Financial Year Daily Journal / Le quotidien de l'exercice financier

   


              

Agences de notation : faites-les taire !


La Grèce a un vrai problème de déficit et de dette. Le Portugal, l’Irlande, et l’Espagne ont un problème dé déficit et de dette. La France aussi. L’Europe dans son ensemble. L’Angleterre. Les Etats-Unis. Et même la Chine.




Agences de notation : faites-les taire !
Mais cette semaine, une fois de plus, les agences de notation ont fait preuve d’incompétence et ont joué, une fois de plus, le rôle de pompiers pyromanes. Il ne s’agit pas ici de tuer les porteurs de mauvaises nouvelles mais de leur demander de faire preuve de retenue, de vision et d’indépendance. Coïncidence de calendrier, les agences de notation ont fait parler d’elles à deux occasions la même semaine. Elles ont fait la une de l’actualité en provoquant une débâcle boursière après avoir dégradé les dettes Grecques, au statut de junk bond (obligation pourrie) et Portugaises.

Mais la même semaine elles comparaissaient devant le Sénat Américain pour répondre aux accusations sur leur responsabilité dans la crise des subprimes. Et elles n’ont pu qu’admettre leurs erreurs et même leurs fautes.
Donner un jour, à la demande d’une banque d’affaires arrangeur d’un produit de titrisation « exotique » la meilleure notation possible, le triple A, pour huit mois plus tard, une fois que le produit ne vaut plus rien, le dégrader directement à « junk bond » a amené la commission d’enquête à s’interroger.. Les sénateurs leur ont demandé s’il était normal qu’elles soient payées pour noter « indépendamment » des produits par les banques qui commercialisent les produits…Silence gêné pour toute réponse…

Après la crise financière de 2008, les agences de notation ont été pointées du doigt et les grands de ce monde nous avaient promis une réforme de leur statut pour éviter les conflits d’intérêt. Il ne s’est rien passé. Mais, ce qui est pire, elles continuent à fonctionner comme avant.

Elles reproduisent aujourd’hui avec les Etats les mêmes erreurs qu’elles ont faites avec les subprimes et les banques : aveuglement avant l’apparition d’un problème puis amplification de la crise après.

Car les problèmes de la Grèce ne datent pas d’hier. Ni de cette semaine. La Grèce ne méritait pas plus sa notation avant la crise que les packages de subprimes ne méritait un triple A. Idem pour le Portugal.

Du coup on ne peut s’empêcher de se poser des questions.
Et si les autres pays qui bénéficient de la notation suprême, le triple A, ne la méritaient pas ?
Pourquoi ne pas dégrader la dette du Royaume Uni et des Etats-Unis ?
Pourquoi s’acharner à tirer sur une ambulance grecque quand on laisse passer le cortège Américain sans même le contrôler ?
Y aurait il là aussi conflit d’intérêt ?
Les agences de notations peuvent elles, pour leur business, prendre le risque de se mettre à dos les Etats-Unis et l’Angleterre, berceaux des deux principales places financières mondiales ?
Vont-elles attendre que les marchés s’attaquent violemment à la dette américaine pour reconnaître que les Etats-Unis ne peuvent pas, dans l’état actuel des perspectives économiques, garantir à 100% le remboursement des centaines de milliards de dettes émises chaque semaine ?
Vont-elles attendre que le Trésor Anglais rate une opération de refinancement pour s’apercevoir que le déficit budgétaire est insoutenable ?
Vont-elles espérer ou prier pour que la France parvienne par miracle à assumer ses responsabilités financières alors que sans croissance forte et une population vieillissante, il est écrit, aujourd’hui, que la France a un problème de dette qui ne peut que s’aggraver ?

Si la dette Grecque mérite le statut de junk bond aujourd’hui, elle aurait du l’avoir depuis plusieurs mois. Et si la dette Grecque mérite le statut de junk bond aujourd’hui, les dettes Anglaises, Américaines et Françaises ne méritent plus leur Triple A.
Il est urgent de réformer les actions des agences de notation car, comme on l’a vu cette semaine, leurs avis pèsent encore sur les marchés.

En attendant, elles devraient revoir leurs dossiers et en profiter pour…se taire.

Marc Fiorentino
Président d'EuroLand Finance
Gérant d'Allofinance
www.allofinance.com

Dimanche 16 Mai 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

ENGLISH
Articles and press releases are provided as is and have not been edited or checked for accuracy.
Any queries should be directed to the company issuing the press release or to the author issuing the article.
If you have a question for the author, or would like to comment on this article, use the box above. Your comment will be moderated before publication.
Your comment or question will appear below and the author or Finyear editor will be able to respond. Please note that your name will appear next to your comment (not your email).
Finyear does not offer financial advice of any kind and the opinions of authors are not necessarily those of Finyear.
By posting your comment, you agree to our acceptable use policy. If you read anything here that you consider inappropriate or offensive, please contact the adress : contact (at) finyear.com
Finyear: Daily News & Best Practices for the Finance Executives (CFO, Treasurer, Controller, Credit manager, accountant, financial executive, etc...).

The Financial Year by Finyear. Copyright Finyear 2007-2013. You may share using our article tools.
Please don't cut articles from Finyear.com and redistribute by email or post to the web without permission: contact (at) finyear.com

FRANCAIS
Les articles et les communiqués de presse sont fournis tels quels et n'ont pas été modifiés ou vérifiés.
Toute demande de renseignement doit être adressée à la société émettrice du communiqué de presse ou à l'auteur de l'article.
Si vous avez une question pour l'auteur, ou si vous désirez commenter cet article, utilisez la boîte ci-dessus. Votre commentaire sera modéré avant publication.
Votre commentaire ou question ci-dessous apparaîtra et l'auteur ou l'éditeur Finyear sera en mesure de répondre.
Veuillez noter, s'il vous plaît, que votre nom apparaîtra à côté de votre commentaire (pas votre adresse email).
Finyear n'offre pas de conseils financiers de quelque nature que ce soit et les opinions des auteurs ne sont pas nécessairement celles de Finyear.
En postant votre commentaire, vous acceptez notre politique d'utilisation et nos mentions légales.
Si vous lisez quelque chose ici que vous considérez inapproprié ou offensant, s'il vous plaît contacter l'adresse: contact (at) finyear.com
Finyear: actus quotidiennes et meilleures pratiques pour les cadres financiers (CFO, trésorier, contrôleur, gestionnaire de crédit, comptable, cadre financier, etc ..).

The Financial Year by Finyear. Copyright Finyear 2007-2013. Vous devez utiliser nos outils de partage situés sur les articles.
SVP ne coupez-pas les articles issus de Finyear.com, ne les reroutez-pas par message sur le web sans autorisation : contact (at) finyear.com

Les derniers articles publiés sur Finyear


Lettres Finyear



Conférences


Magazine n°33


FY Research


Livres Blancs



L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30