A quand les paiements Low Cost ?


Lorsque la Commission européenne a lancé son grand chantier de refonte du secteur des paiements en Europe c’était dans le but de redynamiser l’économie de la zone euro, et au-delà des 32 pays de l’actuel SEPA-land : les directives (DSP, Directive Crédit Conso, DME 2) se sont mises en place progressivement et le projet SEPA a mûri à son rythme. Tous les acteurs, pressentaient qu’une vaste redistribution des rôles était probable.




A quand les paiements Low Cost ?
Puis la crise est arrivée. Elle a dans un premier temps, certes, ralenti le rythme de mise en œuvre des réformes, mais en s’installant durablement, elle a aussi modifié tant la nature et la composition du marché que la réalité des besoins exprimés. De nouvelles catégories de clientèle (ou de non clientèle !) émergent. Et parallèlement la gamme des offres développées en Europe voire dans les pays émergents s’étoffe et se diversifie. Nous avons voulu tenter une synthèse de ces diverses tendances qui pourraient contribuer à façonner une nouvelle image des paiements - comme de la banque - dans une Europe qui ne se relèvera que lentement de la crise.

Le marché français des paiements vit sur le mythe de la gratuité du paiement. Cela contribue à dissimuler la juste mesure du bouleversement profond qu’annonce la mise en œuvre de tous les textes communautaires en matière de paiement et de crédit à court terme. Or les conséquences vont être déterminantes pour les banques comme pour les établissements spécialisés qui se préparent à une contraction prévisible de leurs activités et de leurs marges.

L’économie globale de ce nouveau système s’inscrira en rupture avec les divers usages nationaux, notamment français. La Commission européenne a en effet souhaité non seulement unifier les usages sur l’ensemble du marché européen mais aussi, et peut-être surtout, challenger les acteurs traditionnels.

Très concrètement, le consommateur a acquis des droits et des facilités nouvelles. Le PSP est de fait devenu son allié ou, a minima, son auxiliaire : les possibilités de répudiation sont sans commune mesure avec ce à quoi les banques et les créanciers étaient jusqu’ici habitués. Ces derniers doivent aujourd’hui chercher à se prémunir contre, à la fois, l’explosion des contestations, contre l’aléa que constitue une durée de répudiation longue et contre le risque d’abus qui ne manquera pas d’être constaté dès lors qu’une large partie de la population aura intégré les caractéristiques du nouveau dispositif.

Et il en est de même des divers dispositifs prévus par la nouvelle réglementation en matière de vente abusive ou irrégulière de crédit à la consommation. La notion même de crédit à la consommation et les techniques de vente de ce produit doivent changer en profondeur.

Pour autant, le bon fonctionnement de l’économie suppose de ne pas casser totalement la croissance et encore moins le maintien d’un volume d’achats et donc d’activités.

Il faut donc donner aux consommateurs actuels de nouvelles solutions moins coûteuses et moins risquées. Il y a aussi un enjeu de redonner à une bonne partie des exclus ou des personnes à faibles revenus la possibilité d’accéder à un meilleur niveau de satisfaction de leur besoin de consommation, surtout dans une période de crise qui se prolonge.

L’équation est donc complexe. Pour sécuriser l’activité des entreprises, préserver les niveaux de consommation des consommateurs sans mettre en péril la viabilité des intermédiaires financiers, il faut de nouveaux modèles manifestement plus économiques. Pour cette réingénierie, les textes européens ouvrent deux voies majeures : le crédit conso « nouvelle manière » et le différé de paiement.

Yves BONNEMAIN
Consultant CANTON-Consulting
Egalement traité dans NDP-Les Nouvelles Dynamiques du Paiement n°82
- La (re)découverte des différés de paiement
- Quelques exemples
- Le microcrédit est désormais bien installé en Europe
- Vers l’innovation « économe » dans les paiements ?

Experts Services de Paiement : experts du cabinet Canton Consulting, le think tank des nouvelles dynamiques du paiement

Canton Consulting

9-11, Av FD Roosevelt,
75008 Paris
www.cantonconsulting.eu

Vendredi 16 Mars 2012
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear



Finyear lettres métiers