Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

5 domaines clés de réussite d’entreprises en période de crise


Une étude exclusive réalisée par l’Economist Intelligence Unit pour le Cabinet Ineum Consulting met en lumière 5 domaines clés de réussite d’entreprises en période de crise




5 domaines clés de réussite d’entreprises en période de crise
Parrainée par Ineum Consulting, l’étude de l’Economist Intelligence Unit intitulée « La crise comme rampe de lancement, quelles opportunités en période de récession », pose les bases d’une réflexion sur les stratégies possibles pour prospérer en période de récession. Elle réunit notamment des exemples concrets d’orientations stratégiques que des entreprises renommées ont prises, démontrant ainsi leur capacité à décider et à se remettre en question en période de crise.

Un rapport qui révèle cinq domaines clés de réussite
Menée en mars 2009 par l’Economist Intelligence Unit, cette étude qualitative a été réalisée auprès de plusieurs clients de renommée internationale. L’analyse de cette étude met en exergue cinq domaines clés de réussite qui ont contribué à développer une stratégie offensive propice à l’augmentation de la compétitivité des entreprises et à leur pérennité.

Que ce soit repenser le business model, investir dans le futur, investir dans l’effort et non uniquement dans le capital, trouver de nouveaux marchés et communiquer avec les parties prenantes, ces cinq axes de réflexion ont permis à des entreprises célèbres de rebondir en période de crise. Seulement, « lors d’une récession, chacun à tendance à regarder à court terme. C’est un tort, il faut aussi travailler sur deux registres non seulement le court terme mais aussi la préparation de l’après crise en construisant une vision moyen terme qui permettra de rebondir dés les premiers signes tangibles de reprise», souligne Miguel de Fontenay, Président et CEO de Ineum Consulting.

Des applications concrètes dans ces cinq domaines clés
Une récente enquête réalisée par l’Economist Intelligence Unit auprès de cadres dirigeants, a montré que 25 % des entreprises ont modifié leur business model en réaction à la crise financière, et 24 % supplémentaires ont l’intention de le faire dans un futur proche. En repensant leur business model, les entreprises issues du secteur des technologies, notamment, ont très vite démontré leur aptitude à pratiquer des changements radicaux en phase avec les mouvances conjoncturelles. Lors de précédentes récessions, Apple et Nokia ont su changer, avec succès, leur business model.

Si ces changements sont cruciaux, la place réservée aux investissements dits du futur, notamment en direction des technologies de l’information, de la R&D et du capital humain, est également déterminante en temps de crise. Ces investissements à plus ou moins long terme, qui visent à préparer l’après crise en surfant sur une approche anticyclique, permettent aux entreprises de s’assurer des avantages concurrentiels importants. En termes de recrutement de nouveaux talents, par exemple, la situation est particulièrement favorable pour les entreprises ayant fait le choix de poursuivre leurs efforts en la matière. La guerre des talents qui faisait rage avant le début de la crise financière, s’est aujourd’hui essoufflée. Elle reprendra de la vigueur dès le retour de jours meilleurs et les entreprises ayant fait le pari du recrutement auront alors de sérieux avantages sur leurs concurrents.

L’étude porte aussi une attention particulière aux nouveaux marchés qui, dans une économie globale, peuvent être partout. L’Inde et la Chine sont actuellement les plus attrayants. Pourtant, les nouveaux marchés ne sont pas toujours à chercher de l’autre côté du globe. Les compagnies devraient songer à s’implanter sur des marchés de substitution. La compagnie Southwest Airlines en étant devenu le pionnier du low cost en est un bon exemple. Autant de valeurs d’exemples (Apple, WaltDisney Corporation,…) qui peuvent apporter aujourd’hui un éclairage à des entreprises en quête de solutions et d’ouverture vers l’avenir.

A propos de l’Economist Intelligence Unit
L’Economist Intelligence Unit est le leader mondial de l’intelligence économique. C’est la branche BtoB du Economist Group, qui publie le magazine The Economist. L’Economist Intelligence Unit réalise des analyses géopolitiques, économiques et financières sur plus de 200 pays ainsi que des analyses stratégiques concernant des secteurs industriels clés et portant sur des pratiques de management. Avec près de 300 collaborateurs répartis dans 40 bureaux à l’international et soutenus par un réseau de 700 analystes spécialisés dans leur domaine, l’Economist Intelligence Unit est largement reconnue pour l’étendue sans précédent de son expertise sur les principaux marchés et les marchés émergents.
www.eiu.com

A propos de Ineum Consulting
Ineum Consulting est une société de conseil en stratégie, organisation et management des systèmes d’information. Ineum Consulting assiste ses clients dans la réalisation de leurs choix stratégiques, opérationnels et technologiques, en toute objectivité. La gamme de services qu’elle couvre, focalisée sur la connaissance profonde des métiers de ses clients et sur sa capacité à mettre en oeuvre des solutions spécifiques, représente une force de proposition unique. Ineum Consulting, 1 300 collaborateurs présents en Australie, Algérie, Belgique, France, Etats-Unis, Maroc, Pays-Bas, Luxembourg, Suisse et au Royaume-Uni, fait partie du groupe Management Consulting Group Plc, coté au London Stock Exchange.
www.ineumconsulting.com

et_the_economist_en_fr_v1.pdf ET The economist en FR V1.pdf  (890.4 Ko)


Mardi 9 Juin 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs