Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

3 Questions à… Pierre Patuel, co-fondateur de la société DPii Telecom & Services


Vous étiez présent, le mois dernier, sur les Salons Solutions : pouvez-vous nous rappeler brièvement quelles solutions vous avez présentées ?




Pierre Patuel
Pierre Patuel
Nous avons profité des Salons Solutions, qui représentent un événement incontournable sur le marché de la dématérialisation, pour annoncer le lancement de nos deux dernières solutions DPii EDC Fast Contrat et CROSSEO.
Elles répondent à une réelle volonté de notre société de renforcer notre solution unique de dématérialisation DPii EDC, à la fois simple et sécurisée, tout en poursuivant nos investissements dans des solutions toujours plus innovantes et accessibles.
Ainsi, nous sommes désormais à même de répondre aux enjeux actuels des entreprises en termes de simplification de la gestion des contrats mais également de leurs transmissions multiplateformes. Afin de satisfaire les exigences de nos clients, nous leur proposons des solutions faciles d’utilisation et rapides.
Grâce à DPii EDC Fast Contrat, une entreprise peut, par exemple, réaliser des contrats dématérialisés intégrant la signature électronique à la demande pour le destinataire du document, le tout en moins de 30 secondes.
Sécurisées, nos solutions offrent un excellent ROI et génèrent d’importants bénéfices en termes de réduction des coûts et d’optimisation des processus.

Qu’en est-il du marché de la dématérialisation ?

On observe aujourd’hui une réelle maturité des entreprises françaises en matière de dématérialisation. Nous sommes beaucoup moins amenés à sensibiliser nos prospects aux enjeux de la dématérialisation sur des salons tels que Les Salons Solutions.
En effet, ce sont eux qui sont désormais demandeurs. Les efforts d’évangélisation des différents prestataires de solutions de dématérialisation ont porté leurs fruits, conduisant ainsi à une nouvelle dynamique du marché.
Les entreprises ont bien compris qu’il était dans leur intérêt de respecter le cadre juridique de leurs projets de dématérialisation (intégrité, identité par signature électronique légale, horodatage légal, accès sécurisé aux données) et de s’équiper en conséquence.
Ainsi, lorsque nous les rencontrons, ces dernières nous posent des questions bien précises. Elles sont au courant des dernières lois et savent repérer les acteurs sur le marché. Personnellement, je trouve cette maturité du marché très intéressante !
Et c’est ce qui nous pousse, au sein de DPii, à développer l’écoute de nos clients et prospects afin d’anticiper toujours davantage leurs besoins.

Envisagez-vous de lancer de nouvelles solutions d’ici la fin d’année ?

Oui, tout à fait. Nous avons constaté que de nombreuses entreprises ne souhaitent pas aujourd’hui se tourner vers le Cloud ou le SaaS pour dématérialiser leurs documents.
Conscientes des problèmes de protection des serveurs et de confidentialité des données qu’ils peuvent engendrer, elles émettent des réserves et préfèrent continuer à stocker leurs données localement, en France. Partant de ce constat, nous travaillons actuellement à une nouvelle version Master EDC, installable directement chez le client, pour l’ensemble de nos solutions.
Ainsi, les entreprises pourront rester « maîtres de leur solution ».
D’autre part, des entreprises situées au Luxembourg, par exemple, auront également la possibilité de s’équiper d’une solution de dématérialisation légale et sécurisée, directement installable dans leur pays.
Le client peut choisir alors d’activer, selon ses besoins, l’horodatage, la signature électronique, la GED, l’archivage et en option des connecteurs Poste, coffre-fort… Il décide également de dématérialiser tout ou partie de ses documents papiers, en conformité avec les textes en vigueur et ce, sans aucun coût supplémentaire externe au document.
Par exemple, pour la facture, il peut décider de les traiter via EDI, PDF signé, XML ou encore en utilisant la « troisième voie » de la dématérialisation par une piste d’audit fiable et intègre.


Pierre Patuel, je vous remercie et vous donne rendez-vous très prochainement dans un nouveau numéro de Finyear.

© Copyright Finyear. Propos recueillis par la rédaction de Finyear.


Vendredi 29 Novembre 2013
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs