Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

2025 : la Chine plus forte que les Etats-Unis dans l'économie mondiale


Dans un contexte de mondialisation croissante, le rapport de forces entre les Etats de l'OCDE et les pays émergents est en train de s'inverser. Selon les prévisions, en 2025 déjà, la Chine détrônera les Etats-Unis de leur rang de première puissance économique mondiale. En 2050, le pouvoir d'achat par tête d'habitant dans les pays émergents sera deux fois plus important qu'au sein des puissances économiques actuelles.




Aujourd'hui, le pouvoir d'achat des pays du E-7 (Chine, Inde, Brésil, Russie, Indonésie, Mexique, Turquie) correspond à 65% du pouvoir d'achat des Etats du G-7 (Etats-Unis, Japon, Allemagne, Grande-Bretagne, France, Italie et Canada). Mais les investisseurs ne devraient toutefois pas s'intéresser uniquement aux pays du BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine). En effet, des pays émergents tels que le Viêt Nam, le Nigeria, les Philippines ou encore l'Egypte disposent d'atouts majeurs en termes de croissance. C'est PricewaterhouseCoopers qui dresse ce constat, dans la deuxième version de son étude intitulée "Le monde en 2050 au-delà des pays du BRIC: pour un regard plus large sur les perspectives de croissance au sein des marchés émergents" ("The World in 2050: Beyond the BRICs: a broader look at emerging market growth prospects").

En termes de PIB (en dollars US), les pays du E-7 connaîtront une croissance moyenne de 6,4% par année. Ce chiffre sera nettement moins élevé dans les Etats du G-7, où la croissance annuelle atteindra 2% seulement. "Cette prévision n'est en aucun cas une menace pour les puissances économiques actuelles, mais une chance", explique Monica Cohen-Dumani, Associée Conseil juridique et fiscal et responsable du développement des affaires avec l'Inde de PricewaterhouseCoopers Suisse. Les nouveaux pays émergents occupent les premières places pour ce qui est des prévisions de croissance réelle. Le Viêt Nam est en tête avec une croissance réelle de 9,8% par année. Ce chiffre s'explique par des coûts de production très bas, qui concurrencent même la Chine. On retrouve l'Inde en deuxième position (8,5%), suivie du Nigeria (8%).

La Chine bientôt numéro 1
Dès 2025, selon toute probabilité, c'est la Chine, et non plus les Etats-Unis, qui sera la puissance économique dirigeante dans le monde. En 2050, l'économie chinoise et l'économie indienne pourront correspondre à respectivement à 129% et 88% de la taille relative de l'économie américaine. Au même moment, le Brésil pourra devancer le Japon et occuper le quatrième rang mondial, tandis que la Russie, le Mexique et l'Indonésie ont le potentiel pour dépasser l'Allemagne et la Grande-Bretagne. Enfin, la taille relative de l'économie turque pourrait être au même niveau que celle de l'économie italienne.

Les gagnants et les perdants de la mondialisation
Les entreprises de commerce de détail font clairement partie des gagnants de la mondialisation. Elles profitent, d'une part, des bas prix à l'importation et exploitent, d'autre part, les possibilités de s'implanter dans des pays émergents. Voici les explications de Stefan Schmid, Associé Conseil juridique et fiscal et responsable du développement des affaires avec la Chine de PricewaterhouseCoopers Suisse: "la Chine va devenir, d'ici à 2020, le deuxième marché de consommateurs le plus important de la planète. Ce sont aussi les prestataires de services sur le marché de l'énergie ainsi que dans les secteurs de la santé et des médias qui en profiteront. Parmi les grands perdants, on retrouve principalement les producteurs traditionnels de marchandises fabriquées en série qui, à long terme, ne pourront que très difficilement s'adapter aux conditions imposées par la concurrence dans les pays émergents. Mais ce ne sont pas les seuls: les entreprises qui consomment beaucoup d'énergie et de matières premières vont, elles aussi, connaître des temps difficiles. La situation politique et écologique actuelle ne cesse de faire monter les prix des matières premières".

L'étude de PwC est disponible sur www.ch.pwc.com

Mercredi 2 Avril 2008
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs