Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

2011 : Il faut s’attendre à de l’inattendu (Edmond de Rothschild IM)


Les débuts d’année sont traditionnellement le moment des augures. Olivier Neau, directeur des gestions d’Edmond de Rothschild Investment Managers, se garde bien de toute affirmation péremptoire, mais brosse ici les grandes lignes de ce que l’on peut attendre des mois à venir. Son mot d’ordre : la flexibilité et la gestion par budget de risque.




2011 : Il faut s’attendre à de l’inattendu (Edmond de Rothschild IM)
Le bilan post-crise des 2 dernières années

En 2009 les mesures exceptionnelles de politiques monétaire et budgétaire coordonnées au niveau international ont permis d’éviter une dépression mondiale. L’année 2010 a quant à elle été marquée par de bonnes nouvelles, qu’il s’agisse de statistiques macro-économiques ou de résultats des entreprises. La représentation graphique de ces éléments montre une reprise cyclique assez classique. Les entreprises ont su réagir rapidement à la crise, en réduisant leurs coûts et en préservant leur structure financière. Nous constatons donc une reprise cyclique somme toute classique, au prix d’une détérioration sensible de la dette des Etats souverains développés.

Les principaux sujets d’inquiétude

Nos trois sources majeures d’inquiétude pour 2011 sont les risques liés à la dette souveraine des Etats européens, l’inflation et l’immobilier. La reprise économique reste en effet fragile et relativement faible au regard des efforts consentis par les pouvoirs publics et les banques centrales depuis plus de deux ans.
En premier lieu, il faudra surveiller avec attention la solvabilité des pays périphériques de la zone Euro toujours convalescents. L’Espagne doit par exemple refinancer une partie importante de sa dette durant le premier semestre.
Le sujet de l’inflation demeure également une source de préoccupation notamment dans les pays émergents, même si certains d’entre eux, en particulier la Chine, ont récemment pris des mesures pour lutter contre ce phénomène.
Enfin, l’immobilier est un troisième sujet d’inquiétude. Dans les pays développés, les marchés immobiliers restent fragiles et dégradés, particulièrement aux Etats-Unis, au Royaume Uni et en Espagne. Dans les pays émergents, en Chine par exemple, nous craignons l’apparition d’une bulle.

Le rôle des pays émergents dans la croissance mondiale

Les marchés émergents restent pour nous un thème d’investissement central. Le poids de ces économies et leur contribution à la croissance économique globale sont de plus en plus importants et bien supérieurs à leur pondération dans les portefeuilles.

Nous nous intéressons à ce thème notamment par le biais de la multigestion diversifiée. Outre les avantages classiques de la multigestion (sélection des meilleurs fonds internationaux, diversification géographique et thématique), notre fonds MultiFlex Emerging offre à chaque fin d’année une protection du capital à hauteur de 80% par rapport au niveau constaté à la fin de l’année civile précédente. Le fonds utilise donc deux approches qui permettent de s’exposer aux marchés émergents tout en abaissant sensiblement la volatilité par rapport à un investissement en direct. Ce produit est particulièrement adapté au contexte actuel dans lequel des flux de capitaux importants pourraient entraîner l’apparition d’une bulle spéculative. Nous nous attendons à des phases périodiques de corrections techniques brèves mais violentes, durant lesquelles la protection du capital prendra tout son sens. Les investisseurs ont la certitude d’éviter le pire tout en profitant des opportunités offertes par ces marchés à moyen/long terme.

Par ailleurs, le thème de la dette émergente nous parait également toujours aussi porteur. Notre fonds Saint-Honoré Emerging Bonds permet de s’exposer à ce segment de marché, aussi bien en devises «dures» qu’en devises locales. Les bons fondamentaux macro-économiques et la situation financière saine de ces pays nous laissent présager une appréciation sensible des devises émergentes.

Certains segments du marché obligataire recèlent encore des opportunités

Les obligations ont deux sources de performance, le niveau des taux d’intérêt et la prime de risque crédit. La baisse des taux a fait diminuer le rendement en absolu mais la prime de risque de crédit, encore supérieure à la moyenne historique, reste attractive que ce soit pour les titres Investment Grade (obligations de qualité) que pour les titres High Yield (obligations à haut rendement). Les entreprises ont une structure de bilan saine, leur accès au marché est important et le taux de défaut est limité notamment sur le segment High Yield. Après avoir touché un plancher historiquement bas au troisième trimestre 2010, nous nous attendons à une hausse modérée des taux d’intérêt dans les mois qui viennent.

Les marchés obligataires offriront en 2011 des opportunités mais exigeront sélectivité et réactivité. Dans ce contexte, nous proposons Saint-Honoré Bond Allocation, un fonds d’allocation qui vise à tirer profit de l’ensemble des opportunités des marchés obligataires. Son portefeuille peut être exposé de façon flexible aux obligations d’Etats ou privées, Investment Grade, High Yield, émergentes et dans une moindre mesure aux obligations convertibles et à celles indexées sur l’inflation. La possibilité de se couvrir contre le risque de hausse des taux en fait un fonds adapté à la configuration actuelle du marché que nous venons d’évoquer.

Des perspectives à long terme toujours favorables sur les matières premières

La forte croissance des pays émergents favorise la hausse des cours des matières premières. Dans la mesure où nous sommes positifs sur les pays émergents, il est logique de l’être sur les matières premières, d’autant plus que de multiples contraintes structurelles pèsent sur l’offre. La hausse des cours est donc plus que vraisemblable à moyen terme. Depuis six ans, nous exploitons ce thème avec succès aussi bien en multigestion diversifiée, avec le fonds de fonds Géo-Energies spécialisé sur les actions internationales du secteur, qu’en multigestion alternative avec Multi Alternatif Explorer M qui sélectionne les meilleurs spécialistes internationaux du «trading» de matières premières.

Les opérations de fusions-acquisitions devraient se poursuivre en 2011

Il est actuellement difficile, pour les entreprises, de faire de la croissance organique. Or, elles disposent d’une trésorerie assez abondante. Une manière efficace d’utiliser ces liquidités consiste pour elles à racheter leurs concurrents. Nous observons que le volume des fusions-acquisitions est en croissance constante et devrait demeurer à un niveau élevé cette année. Nous proposons aux investisseurs de bénéficier de ce contexte favorable dans le cadre du fonds Saint-Honoré Active Strategies. L’une des principales sources de performance de ce fonds de gestion alternative au format «UCITS», est constitué de stratégies «event-driven» qui profitent des primes offertes par les acquéreurs dans les opérations de fusions-acquisitions.

Certains points doivent être surveillés en 2011

L’élément essentiel à surveiller pour les prochains mois reste l’évolution des taux. La dette souveraine des pays développés est un risque spécifique mais une nouvelle crise au sein de la zone euro pourrait avoir de fortes répercussions sur les marchés.
2011 sera sans nul doute une année intéressante, technique, où la vigilance devra être sans faille. Il faudra savoir saisir les opportunités et être capable de faire preuve de flexibilité dans la gestion des portefeuilles en raisonnant notamment en budget de risque comme c’est le cas dans le cadre de nos fonds de performance absolue, qui, comme lors des 3 derniers exercices, constitueront des solutions d’investissement adaptées.

Olivier Neau
Vice-Président du Comité exécutif et Directeur des Gestions chez Edmond de Rothschild Investment Managers

Disclaimer et Risques
Achevé de rédiger le 06/01/2011. Edmond de Rothschild Investment Managers est la marque commerciale de l’ensemble constitué par EdRIM Solutions et sa filiale de gestion d’actifs, EdRIM Gestion. Le présent document à vocation informative, n’est pas contractuel. Les chiffres cités ont trait aux années écoulées. Les performances passées ne sont pas un indicateur des performances futures. Les données chiffrées, commentaires et analyses figurant dans ce document reflètent le sentiment du Groupe Edmond de Rothschild et de EdRIM Gestion sur les marchés, leur évolution, leur réglementation et leur fiscalité, compte tenu de leur expertise, des analyses économiques et des informations possédées à ce jour. Ils ne sauraient toutefois constituer un quelconque engagement ou garantie du Groupe Edmond de Rothschild ou de EdRIM Gestion. Le service de gestion sera rendu par EdRIM Gestion, société de gestion agréée par l’AMF. Tout investisseur potentiel doit se rapprocher de son prestataire ou conseiller, afin de se forger sa propre opinion sur les risques inhérents à chaque investissement indépendamment du Groupe Edmond de Rothschild et sur leur adéquation avec sa situation patrimoniale et personnelle. A cet effet, il devra prendre connaissance du prospectus simplifié visé par l’Autorité des Marchés Financiers de l’OPCVM remis avant toute souscription et disponible sur le site edrim.fr ou sur simple demande au siège social de EdRIM Gestion. Conformément à l’article 314-76 du règlement général de l’AMF, le client peut recevoir sur demande de sa part, des précisions sur les rémunérations relatives à la commercialisation du présent produit.
Risques principaux de MultiFlex Emerging : Risques liés à la structure du fonds (protection à chaque échéance annuelle, risque de monétarisation du produit, risque de perte d’opportunité, gestion discrétionnaire), Risques de marché (risque de perte en capital, risques liés aux marchés cibles (marchés « émergents »), exposition aux marchés actions, risque de taux, risque de change, risque lié à l’investissement dans certains OPCVM), Risques liés à l’utilisation de produits dérivés.
Risques principaux de Saint-Honoré Emerging Bonds : Risque de perte en capital, risque de taux, risque lié à l’investissement dans des titres spéculatifs à haut rendement, risque actions, risque de change, risques liés à l’investissement sur les marchés émergents, risque lié à l’engagement sur des instruments financiers à terme, risque de contrepartie, risque lié aux produits hybrides (obligations convertibles), risque de crédit, risque inhérent à la gestion discrétionnaire.
Risques principaux de Géo-Energies : Risque de taux, risque de change, risque sectoriel, risque actions, risque inhérent à la gestion discrétionnaire.
Risques principaux de Multi Alternatif Explorer M : Risque de perte en capital, risque de gestion discrétionnaire, risque lié à l’investissement dans des fonds d’investissement non conformes à la directive 85/611/CE étrangers ou non, risque lié à la gestion et aux stratégies mises en place, risque de liquidité, risque lié aux restrictions éventuelles de liquidité des fonds de fonds alternatifs en cas d’activation du mécanisme d’échelonnement des rachats, risque sectoriel, risque d’exposition aux marchés des actions, risque lié à l’investissement sur les marchés émergents.
Risques principaux de Saint-Honoré Active Strategies : Risque de perte du capital investi, risques liés à la gestion et aux stratégies mises en place, risque lié aux stratégies d’arbitrage, risque inhérent à la gestion discrétionnaire, exposition aux marchés actions, risques liés à l’investissement sur les marchés de la volatilité, risques liés à l’investissement sur les marchés émergents, risque de change, risque lié à l’investissement dans des titres spéculatifs à haut rendement, risque de taux, risque de liquidité, risques liés aux indices d’instruments financiers sur matières premières, risques liés à l’utilisation de produits dérivés.
Risques principaux de Saint-Honoré Bond Allocation : Risque de crédit, risque de taux, risque de perte en capital, risque lié à l’engagement sur des instruments financiers à terme, risque de contrepartie, risque lié à l’investissement dans des pays émergents, risque accessoire - risque lié aux produits hybrides (obligations convertibles).
Le détail des principaux risques des fonds figure dans le prospectus complet de chaque OPCVM.

Retrouvez toute l'actualité du cash management dans notre magazine en ligne TRESOnews
www.tresonews.fr

Jeudi 3 Février 2011
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs