Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

2010, l’année du retour en grâce pour les CAT bonds


La récente émission pour un assureur d’un CAT bond couvrant les risques de tremblement de terre en Californie, s’est faite à un rendement de 625 points au dessus du Libor 3 mois...




Les CAT bonds semblent effectuer un retour en grâce aux yeux des investisseurs depuis quelques mois. Avec une prévision d’émission de près de 5 milliards de dollars pour l’année 2010, le marché devrait retrouver ses niveaux d’activité d’avant crise.

Après avoir été chahutée en 2008 avec la crise du crédit, cette classe d’actifs avait subi de plein fouet la faillite de Lehman Brothers. En effet, la banque Américaine, servait de contrepartie pour plusieurs swaps conclus avec les structures de SPV (« Special Vehicule Purpose ») utilisées dans les montages mis à en place par les compagnies d’assurance ou de réassurance pour émettre des CAT bonds. C’est, par exemple, le cas de Willow Re, Newton Re, Carillon Ltd ou bien encore d’Ajax Re qui a vu son cours dégringoler de plus de 75% par rapport à son prix d’émission, frappé de plein fouet, par la dégradation logique de sa note par Standard & Poors, passant de BB - à CC.

Pourtant, aujourd’hui, l’orage semble passé. Les émetteurs, ont tenté de trouver des solutions pour éviter que ce type d’incident se reproduise à nouveau afin de restaurer la confiance des investisseurs institutionnels. Désormais, une plus grande attention est portée aux structures de collatéral qui sont devenues plus sécurisées. Dans cet optique, les véhicules émettant la dette pour le compte des assureurs, se contentent de placer leurs liquidités en obligations d’Etat des pays les mieux notés en termes de notation financière.

Cependant, le retour en grâce à CAT est également à mettre à l’actif de leurs deux principaux avantages : d’une part, leur effet décorrelation par rapport aux autres classes d’actifs et d’autre part, leur rendement attractif.

Cet effet décorrelation s’est d’ailleurs vérifié à l’occasion de la crise du crédit : les CAT bonds ont, en règle générale, beaucoup moins souffert de l’écartement de leurs spreads par rapport aux emprunts d’Etat que d’autres titres obligataires ayant des profils de risques similaires. Quant aux rendements offerts, leur attractivité est toujours présente. Pour preuve, la récente émission pour un assureur d’un CAT bond couvrant les risques de tremblement de terre en Californie, s’est faite à un rendement de 625 points au dessus du Libor 3 mois, le taux de référence généralement utilisé pour ce type d’opération.

Etant donné le contexte actuel de taux d’intérêt peu attractifs, l’engouement de cette classe d’actifs devrait continuer à être grandissant dans les mois à venir. Un facteur supplémentaire de soutien est l’arrivée à maturité de plusieurs milliards de CAT bonds cette année qui devrait générer des flux de liquidités en quête de réinvestissement.

Cependant, ne perdons pas de vue, les risques inhérents à cette classe d’actifs. D’ailleurs, les assureurs en ont parfaitement conscience puisqu’à titre d’exemple, la plupart des titres, portant sur le risque « vent » aux Etats-Unis, sont émis avant la saison des ouragans dans le Golfe du Mexique qui s’ouvre au mois de juin de chaque année : ce qui ne semble pas être une coîncidence !

Source : www.next-finance.fr

Lundi 8 Février 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs