Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

2009 l’année du sucre ?


A New York, le prix du sucre roux, produit à partir de la canne à sucre, est passé d’environ 12 centimes de dollars par livre, en début d’année à plus de 24 centimes fin août, soit une hausse d’environ cent pour cent en quelques mois...




2009 est elle l’année du sucre ?

C’est la question que l’on est amené à se poser au vu de ses récentes performances boursières.

En effet, à New York, le prix du sucre roux, produit à partir de la canne à sucre, est passé d’environ 12 centimes de dollars par livre, en début d’année à plus de 24 centimes fin août, soit une hausse d’environ 100% en quelques mois.

D’après les experts, cette hausse pourrait être amenée à se poursuivre dans les mois à venir, le niveau des 40 centimes la livre, étant cité par de nombreux intervenants sur ce marché, comme le prochain niveau à atteindre.

Mais à quoi peut-on imputer cette remontée spectaculaire du prix du sucre, qui n’avait pas connu de tels niveaux depuis 28 ans ? Tout simplement à l’apparition, cette année, d’un déséquilibre entre l’offre et la demande mondiale, en raison de problèmes de production chez les deux principaux producteurs mondiaux : le Brésil et l’Inde.

L’Inde, deuxième plus important producteur derrière le Brésil connaît, en effet, actuellement un climat particulièrement sec, avec des niveaux de précipitations inférieurs à la normale, en pleine période de mousson, mettant en danger sa production de sucre à venir.

De son coté, le Brésil, a dû faire face à un climat très humide depuis plusieurs mois, dans les plus importantes zones de production ayant retardé les récoltes et accentuant les inquiétudes relatives aux perspectives de l’offre mondiale.

La hausse du prix du sucre devrait, en conséquence, se poursuivre, d’autant plus, qu’une part de plus en plus importante de la production Brésilienne est détournée de son usage alimentaire pour être destinée à la production de bio carburant, l’éthanol.

Les acheteurs de sucre devront sans doute attendre l’an prochain et les prochaines récoltes au Brésil pour en savoir plus. En attendant, les producteurs et les spéculateurs ayant acheté du sucre se frottent les mains.

RF, le 15 septembre 2009
www.next-finance.fr

Jeudi 24 Septembre 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs