Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

2 décembre 2014 (n°6 - 11H45) | S&P - France : révisions des prévisions économiques (+0,7% en 2015)


Économie, marchés, actions, devises, matières premières. Votre quotidien Finyear vous offre tout au long de la journée, des commentaires et des chiffres. A la suite vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux mis à jour en temps réel. Finyear Eco est exclusivement réservé aux investisseurs et aux conseillers financiers professionnels et n’est pas destiné aux particuliers. Ces commentaires présentent un caractère purement informatif et ne constituent ni un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers.




Commentaires et chiffres du jour

2 décembre 2014 (n°6 - 11H45) | S&P - France : révisions des prévisions économiques (+0,7% en 2015)













Nous souhaitons échanger avec vous et connaître votre avis sur ces articles quotidiens "Finyear Eco".
Pour ce faire vous pouvez nous écrire directement et nous communiquer vos réflexions, critiques et suggestions...
Merci par avance.

----------------

N°6 - 11H45

S&P - France : révisions des prévisions économiques (+0.7% en 2015)

Nous revoyons à la baisse la croissance du PIB sur 2014-2016. (Étude jointe de 13 pages en anglais)

L’économie française a mieux résisté à la crise financière mondiale que la plupart des économies comparables en Europe. Après la récession de 2009, le PIB français s’est redressé dès le début de 2011. Mi-2014, il s’établissait à 2% environ au-dessus de son niveau de 2008. Le contraste avec les performances économiques de l’Italie ou de l’Espagne, par exemple, reflète essentiellement la bonne tenue de la consommation intérieure, notamment due aux amortisseurs sociaux.

Toutefois, depuis 2013, la croissance de l’économie française est quasi nulle. Tandis que la zone euro entamait une reprise modeste, le rythme de croissance du PIB français restait inférieur à la moyenne de la zone euro, excepté au 3e trimestre de 2014 sous l’effet d’une hausse de la consommation du secteur public (0.3% vs. 0.2% pour la zone euro).

L’incertitude fiscale, notamment, pèse sur les choix des agents économiques (ménages, entreprises).
- nous prévoyons en France une augmentation du PIB de 0.4% en 2014, 0,7% en 2015, et 1.2% en 2016. En comparaison, nous prévoyions en septembre : 0.5% en 2014, 1.1% en 2015, et 1.5% en 2016 ;
- au cours de deux années à venir, la croissance du PIB dépendra de la consommation des ménages, qui stagne depuis 2011 ;
- l’atonie des performances économiques de la France tient selon nous à la faiblesse de la compétitivité et de la rentabilité des entreprises ;
- les réformes du marché du travail et de la fiscalité des entreprises introduites ces deux dernières nécessiteront du temps avant de produire un effet sur la croissance.

Téléchargez l'étude "French Economic Outlook: Sideways Or Upward?"

Standard & Poor’s Ratings Services
www.standardandpoors.com


N°5 - 11H15

Les prix à la production industrielle en baisse de 0,4% dans la zone euro

En baisse de 0,5% dans l’UE28 (Octobre 2014 comparé à septembre 2014).

En octobre 2014 par rapport à septembre 2014, les prix à la production industrielle ont reculé de 0,4% dans la zone euro (ZE18) et de 0,5% dans l'UE28, selon les estimations d’Eurostat, l’office statistique de l'Union européenne.
En septembre, les prix avaient augmenté de 0,2% dans la zone euro et de 0,1% dans l’UE28.

EUROSTAT
ec.europa.eu/eurostat


N°4 - 10H45

En Europe, les obligations convertibles défensives demeurent très bon marché en comparaison des obligations classiques

Commentaire de marché | Obligations convertibles. Paris, le 2 décembre 2014.

La chute des marchés d’actions observée au mois d’octobre a conduit à une correction généralisée des valorisations des convertibles. Cette tendance a été accentuée par de nouvelles prises de profits sur le marché des obligations convertibles, qui ont à leur tour causé une forte correction de la volatilité implicite de la classe d’actifs. Cette baisse a impacté tous les marchés d’obligations convertibles, mais c’est en Europe qu’elle a été la plus marquée: d’avril à la mi-octobre 2014, la volatilité implicite du marché européen des convertibles est ainsi passée de 34% à moins de 24% (source: Nomura).

« La correction boursière d’octobre et les prises de profits constatées sur les marchés de convertibles ont affecté la classe d’actifs d’une manière, à notre sens, injustifiée. Par conséquent, les niveaux de volatilité implicite des convertibles ont dans l’ensemble fortement diminué, surtout en Europe, où ils se situent à quelques points seulement des niveaux de septembre 2008 » déclare Nicolas Delrue, Product Specialist Convertible chez UBI.

Le recul de la volatilité implicite des obligations convertibles peut paraître surprenante dans un contexte de marché où les niveaux de volatilité connaissent, à l’inverse, une hausse significative. Ce phénomène mérite une attention particulière. « Lorsque les investisseurs sont à la recherche de protection – notamment en période d’incertitude sur les marchés –, les prix des options cotées augmentent. Preuve en est la hausse de près de 19%, depuis six mois, de l’indice VSTOXX (ou V2X) qui mesure la volatilité des actions de la zone euro (sur la base des options sur l’indice Euro Stoxx 50). Or, cette hausse de la volatilité des marchés se produit à un moment où la volatilité implicite des obligations convertibles diminue, en raison de pressions vendeuses sur le marché des convertibles. Cette divergence crée alors un effet ‘ciseau’ qui tend à renforcer l’attractivité relative des caractéristiques optionnelles des convertibles, par rapport aux options cotées » analyse Nicolas Delrue.

Une fenêtre d’opportunité s’ouvre à nouveau en Europe

Au cours des dernières semaines, les caractéristiques optionnelles ont pâti de la correction de la volatilité implicite des convertibles – en Europe en particulier –, ce qui a pesé sur la performance de la classe d’actifs.

Une conséquence directe de ce mouvement est la nette augmentation du niveau du rendement à maturité («yield-to-maturity») des obligations convertibles. Ces conditions sont favorables à la construction d’un portefeuille de convertibles européennes défensives, délivrant un supplément de rendement par rapport aux obligations classiques équivalentes. « Cette situation exceptionnelle conforte la thèse selon laquelle les convertibles défensives demeurent très bon marché, en comparaison des obligations classiques. En effet, sur un segment entier du marché européen, il est toujours possible de bénéficier d’une optionalité qui, à nos yeux, n’est actuellement pas valorisée par rapport aux obligations classiques » estime le Product Specialist.

« Selon nous, la correction observée il y a quelques semaines sur les marchés mondiaux n’est en aucun cas due à des variations majeures sur le front des indicateurs économiques. Nous pensons plutôt que la situation actuelle reflète une inquiétude générale autour de l’action future de la Fed, dont les récents discours sont en grande partie à l’origine de la hausse de la volatilité des marchés. Du côté des entreprises, nous sommes favorablement surpris par les bénéfices de l’indice S&P 500 pour le troisième trimestre, qui ont tendance à être supérieurs aux anticipations » ajoute-t-il.

Dans une perspective à moyen-long terme, l’équipe d’UBP considère que la récente baisse des obligations convertibles est excessive et que de réelles opportunités de valorisation existent dans la classe d’actifs, tout particulièrement en Europe.

L’ensemble de ces éléments étayent la thèse d’investissement en faveur des obligations convertibles, quels que soient les niveaux de sensibilité actions considérés. Ainsi, les investisseurs recherchant une alternative aux placements obligataires traditionnels peuvent actuellement bénéficier d’un bon point d’entrée dans la classe d’actifs, via le segment défensif des convertibles européennes – caractérisé par des valorisations attractives et de meilleurs rendements à maturité. Enfin, pour les investisseurs en quête d’une alternative aux actions, les stratégies en obligations convertibles présentant une sensibilité actions moyenne plus élevée (au niveau européen ou mondial) offrent un accès aux marchés d’actions, mais avec une volatilité inférieure.

A propos du Groupe Union Bancaire Privée (UBP)
L’UBP figure parmi les plus grandes banques privées de Suisse et est l’une des banques les mieux capitalisées, avec un ratio Tier 1 de 28%. La Banque est spécialisée dans la gestion de fortune au service de clients privés et institutionnels. Basée à Genève et présente dans une vingtaine d’implantations dans le monde, l’UBP emploie 1’350 collaborateurs et dispose de CHF 95 milliards (EUR 78 milliards) d’actifs sous gestion au 30 juin 2014.
www.ubp.com
L’Union Bancaire Gestion Institutionnelle (France) est agréée et réglementée en France par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) - N° d'agrément AMF GP98041


N°3 - 10H30

Gold and Oil Rebound, S&P Slumps, Aviva and Friends Life Agree Takeover Terms

Asian equities rose on Tuesday, with a rebound in crude oil and other commodity prices favouring the stock markets of resource-exporting countries. U.S. stocks fell in a broad decline on Monday, with the S&P 500 suffering its biggest one-day drop in more than a month, as economic data indicated weakness across the globe and the holiday shopping season got off to a tepid start. The Dow closed at 17,776 and the S&P 500 at 2,053.

The Dollar was steady at 118.480 Yen. In turbulent trade immediately after Moody's downgrade of Japan the Greenback jumped to a seven-year high of 119.15, but its gains were pared as the rebound in oil prices lifted commodity currencies against the Greenback. The Aussie fetched $0.8512, pulling away from a 4-1/2 year low of $0.8417. The Euro held steady at $1.2465, ahead of Thursday's ECB meeting. Excessively low inflation still grips the Euro zone but some analysts expect more dovish QE comments from ECB head Mario Draghi.

U.S. crude oil was down 0.6% at $68.61 a barrel, after posting a 4% rise overnight from a five-year low of $63.72 as bearish positions were squeezed. Gold, beaten down after Switzerland on Sunday voted against a proposal to boost gold reserves, also held on to the bulk of its gains after rebounding sharply on spill-over support from the bounce in oil. Spot gold was down 0.4% at $1,205.33 an ounce after gaining 3.7% the previous day.

The boards of Aviva and Friends Life have reached an agreed on the terms of a recommended all-share acquisition of Friends Life by Aviva, the companies said on Tuesday. Holders of Friends Life shares will receive 0.74 new Aviva shares for each Friends Life share they hold. Aviva was up by 1.5% in early trade at 505p, whilst Friends Life Group was trading up 2.3% at 375p per share.

David Papier
Market Analyst
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS
www.etxcapital.com


N°2 - 9H30

Les marchés bien orientés avant une séance qui s'annonce relativement calme

Marchés actions
Les marchés américains ont débuté la semaine sur une note négative. Les investisseurs ont notamment été déçus par l’appétit des consommateurs alors que la journée du « Black Friday » lançait le début de la saison des achats de fin d’année. Dans ce contexte, le Dow Jones lâchait 0,29% à 17 776,80 points. De son côté, l’indice Nasdaq reculait de 1,34% à 4 727,35 points. Enfin, l’indice élargi, S&P 500, perdait 0,68% à 2 053,44 points.
Les marchés débutait la séance sous pression alors que les chiffres sur l’activité manufacturière en Chine et Europe décevaient à nouveau.

Alors que les dépenses des consommateurs en ce « Black Friday » ont reculé de 11% par rapport à l’année dernière, les valeurs du secteur de la distribution étaient chahutées. On notera notamment la baisse du titre Apple de 3,26% mais aussi celle d’Amazon de 3,7% ou encore Best Buy qui lâchait 5,4%.

Cette nuit, les marchés asiatiques affichaient des performances positives. Ainsi, l’indice Nikkei progressait de 0,42% à 17 663,22 points. D’abord sous pression en raison de l’abaissement de la note du Japon par l’agence Moody’s, l’indice japonais s’est ensuite repris alors que les investisseurs se montrent toujours aussi confiants quant aux politiques de soutien que pourraient encore mener la Banque du Japon.

Ce matin, les marchés européens devraient débuter sur une note positive dans une séance qui s’annonce beaucoup moins chargée que la veille. Les investisseurs pourront néanmoins suivre la publication de l’indice des prix à la production en Europe. Par ailleurs, plusieurs officiels dont les ministres des finances et les représentants des banques centrales allemands et français s’exprimeront.

Forex
Sur le marché des devises, les investisseurs attendent prudemment deux événements majeurs en fin de semaine : la réunion du conseil des gouverneurs de la BCE jeudi et le rapport sur l'emploi aux Etats-Unis pour novembre vendredi.

De bons chiffres sur le marché du travail de la première économie mondiale seraient en effet de nature à raviver des espoirs de resserrement monétaire anticipé aux États-Unis, ce qui aurait pour effet d'augmenter le taux de rendement du dollar. Pourtant, il serait prématuré pour la banque centrale américaine de commencer à relever ses taux maintenant, même si la reprise économique s'affermit, a estimé lundi William Dudley membre de la FED.

Selon lui, "les initiatives du Comité de politique monétaire et le moment du resserrement dépendront de l'évolution des perspectives économiques, en particulier sur les fronts du marché du travail et de l'inflation".

De son côté, l'euro digérait l'annonce lundi d'un recul du PMI manufacturier en novembre, à son plus bas niveau depuis juin 2013.
Après les chiffres de l'inflation en zone euro publiés vendredi, montrant un ralentissement de la hausse des prix à son niveau le plus faible depuis octobre 2009, les investisseurs continuent de spéculer sur le calendrier de l'annonce de nouvelles mesures de la BCE.
La paire majeure du Forex s’échange aux alentours de 1,2456 dollar ce mardi.

Outre-Manche, la livre britannique se stabilisait face à la monnaie unique européenne, à 0,7928 livre pour un euro, et baissait légèrement face au dollar, à 1,5722 dollar pour une livre avant la publication de l’indice PMI du secteur du bâtiment à paraitre ce matin.

Au Japon, le Premier ministre Shinzo Abe commence officiellement sa campagne aujourd'hui pour un nouveau mandat afin de poursuivre son programme économique visant un assouplissement monétaire, des mesures de relance budgétaire et des réformes structurelles, avant les élections nationales le décembre prochain.
Le dollar s’échangeait à 118,40 yens, après avoir touché un plus haut hier depuis Aout 2007 à 119,14 yens. L'euro a peu changé à 147,58 yens.

A noter également un léger rebond du rouble, à 64,17 roubles pour un euro après avoir atteint hier un plus haut à 66,50 roubles. Le billet vert s’échange lui à 51,48 roubles après avoir atteint un pic à 53,30 roubles hier dans la journée.

Matières premières
Le cours du pétrole corrige et remonte légèrement ce matin. Cependant, la dégringolade des prix du pétrole observée depuis le mois de Juin devrait se poursuivre dans les semaines à venir, l’offre de baril de pétrole n’étant pas prête de diminuer puisque les membres de l’OPEP ont confirmé Jeudi dernier à Vienne le maintien de leur plafond de production de pétrole à 30 millions de barils au moins durant les 6 prochains mois, et la demande demeurant relativement faible. L’AIE (l’Agence Internationale de l’Energie) a averti dans son rapport mensuel de Novembre : "Nos prévisions d'offre et de demande montrent que, sauf nouvelle rupture d'approvisionnement, la pression baissière sur les prix pourrait s'accentuer au cours du premier semestre de 2015". Dans ce contexte, le WTI rattrape sa baisse de la veille et cote aux alentours des 69.26$ l’once, contre 63.72$ l’once au plus bas hier. De son côté, le Brent de la Mer du Nord suit la même remontée que son homologue et se négocie proche des 72$ le baril.

Du côté des métaux précieux, les cours s’apprécient depuis hier. Hier, nous pouvions observer un gap baissier sur l’once d’or, qui a en effet été comblé. Nous assistons à une phase de correction sur le métal jaune, avec des prises de bénéfice notamment suite à la baisse de la semaine passée. En effet, l’or cote ce matin aux encablures des 1 207.70$ l’once, atteignant au plus haut les 1 220.90 $ l’once contre au plus bas hier 1 142.62$, soit une hausse de 78.28$ en un jour. Par ailleurs, le cours de l’once d’argent s’apprécie fortement et cote ce matin aux alentours des 16.32$ l’once alors qu’il cotait au plus bas à 14.10$ l’once hier.

Saxo Banque (France)
www.saxobanque.fr


N°1 - 8H45

UBS daily roundup - Who is afraid of credit ratings?

Paul Donovan daily briefing.

• One of the credit rating agencies (can anyone tell them apart?) cut Japan's sovereign credit rating to a level below that of Korea or China. The JGB market responded by taking 5 year yields to an all-time low of 0.095%. Owning JGBs for half a decade will return less than half a percent.

• Fed speakers litter the agenda today. Chair Yellen is speaking to students (probably not market significant) but Vice-Chair Fischer (with a "C") is on a panel and may make some interesting remarks. Brainard is talking about paperwork (seriously).

• The Euro area awaits the ECB decision on Thursday, and can pass the time with producer price inflation data. This is expected to come in negative, but a lot has to happen to producer prices before they become consumer prices, so it is not necessarily a deflation threat.

• The Reserve Bank of Australia did nothing, which is what they have done all year. Inactivity is something the RBA (and the Australian rugby team) are getting good at. We do not see greater clarity on policy direction until after the release of Q4 consumer price inflation.

www.ubs.com/investmentbank



Corporate Finance : commentaires du jour

L'actu Corporate Finance par FinActu:

- Le Crédit Agricole des Savoie et Amundi PEF accompagnent le développement de Savoy International 01/12/2014
- Ve rachète la start-up française Qunb pour plusieurs millions d’euros 01/12/2014
- Saphir racheté par l’entreprise suisse Qualimatest 01/12/2014
- CM­-CIC Capital Finance entre au capital de Synerglace 01/12/2014
- Turenne Capital accompagne le Groupe Approche Sur Mesure 01/12/2014
- Annie David rejoint les équipes d’AxTen 01/12/2014
- AXA entre sur le marché nigérian grâce à l’acquisition d’une participation majoritaire dans Mansard Insurance plc 01/12/2014
- LDC annonce l’acquisition de la société Drop en Pologne 01/12/2014
- 2Spark réalise une levée de fonds de 1 M€ 01/12/2014
- Rive Private Investment, Capzanine et IFE Mezzanine finalisent la reprise du groupe 5àsec 27/11/2014

www.finactu.fr]url:http://www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR

DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur


The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.




The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal



BOURSE : Indices + CAC40 + MP


Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


TAUX D'INTERET LEGAL

Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


TAUX INTERBANCAIRES

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois





Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France




INDICES OBLIGATAIRES

Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


INFORMATIONS LÉGALES

Disclaimer:
Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

AVERTISSEMENT LÉGAL CONCERNANT LES COMMENTAIRES ET AVIS D'EXPERTS:

Les commentaires et avis d'experts figurant dans cette série d'articles publiés par Finyear sont émis à titre d’information et ne doivent pas être considérés comme un conseil d’investissement.

Plus particulièrement, les contenus figurant sur ce site Internet Finyear.com ne sauraient être interprétés comme des conseils fournis ou approuvés par tout membre du Groupe Finyear, ou comme une sollicitation ou une incitation à souscrire, vendre ou acheter un quelconque instrument financier.

Les analyses et opinions exprimées sont celles des sociétés et experts référencés dans chaque article à la date indiquée et sont susceptibles de changer à tout moment. Toutes projections économiques ou prévisions figurant dans ces articles document reflètent les hypothèses et jugements subjectifs des auteurs. Des événements imprévus peuvent se produire.
Ces commentaires et avis sont fournis uniquement à des fins d’information aux prestataires de services d’investissement ou aux autres professionnels ou investisseurs qualifiés.

Le site Internet Finyear.com ne contient aucun conseil financier, fiscal ou commercial, ni aucun conseil en investissement ou autre conseil proposé ou recommandé par le Groupe Finyear (et ne doit pas être interprété comme fournissant de tels conseils), et ne doit pas être considéré comme une liste des cours de placement, ni comme une offre, une incitation ou une sollicitation, en vue de la souscription, l'achat ou la vente de tout instrument financier.

Toute personne prenant une décision d'investissement en se fondant sur des informations disponibles sur Finyear.com agit à ses propres risques, et Finyear (y compris ses filiales) ne saurait en aucun cas être tenue responsable de toute perte subie de ce fait.

Tous les efforts ont été fournis afin de s’assurer de la justesse de l’information délivrée mais aucune assurance ou garantie ne peut être donnée.

Les médias du groupe Finyear

Chaque jour (5j/7) lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Chaque mois lisez gratuitement :

Le magazine digital :
- Finyear Magazine

Les 6 lettres digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur
- GRC Manager
- Le Contrôleur de Gestion (PROJET 2014)

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres


Mardi 2 Décembre 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News