Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

1er semestre 2011 : Un recul continu des défaillances assombri par une forte chute des créations


Selon l’Observatoire des défaillances et créations de Coface, le niveau des défaillances enregistrées en France au 1er semestre 2011 (- 3,5%) s’inscrit sur une tendance baissière engagée en 2010. Dans le même temps le coût pour les fournisseurs continue à diminuer (- 11%) et l’impact social est moins défavorable.




Parallèlement, les créations s’essoufflent nettement : en diminution de 19,6% ce semestre, elles sont impactées par le moindre intérêt pour le statut d’auto-entrepreneur. Le nombre de nouvelles entreprises individuelles se réduit d’un quart.

La baisse des défaillances se poursuit surement dans ¾ des secteurs d’activités

Au 1er semestre 2011, le nombre de défaillances atteint 32 655 ; c’est 3,5% de moins qu’au 1er semestre 2010. Favorisé par un mois de juin particulièrement peu touché par les défaillances, ce résultat reste loin des niveaux d’avant crise, quand le nombre de défaillances sur un semestre ne dépassait pas 30 000 entreprises.


A la fin du 1er semestre 2011, les ¾ des secteurs d’activités enregistrent une baisse de leurs défaillances. Seulement 5 secteurs ne suivent pas cette tendance baissière dont les Moyens de transport (+9%), l’Agroalimentaire (+7%) et la Distribution (+5%). A contrario, les secteurs Pharmacie, Energie et Agriculture et Pêche, qui étaient les plus impactés il y a un an, enregistrent des baisses de plus de 20%.

Côté emploi, les indicateurs s’améliorent aussi : le nombre d’emplois menacés par les faillites d’entreprise diminue de 7% ce semestre par rapport à la même période 2010. En moyenne, la défaillance d’une entreprise menace 3,3 emplois à fin juin 2011 alors qu’à fin 2010 l’impact moyen était encore de 3,5.

Les fournisseurs souffrent de moins en moins des faillites de leurs clients

Du point de vue créancier, le coût des défaillances s’élève à 2 Mds€ au 1er semestre 2011, soit un recul de 11% par rapport à la même période en 2010. L’écart entre la dette fournisseurs et la dette bancaire dans le bilan des entreprises défaillantes continue à se réduire. La dette fournisseurs représente 27% du passif, de 10 points supérieur à la part de la dette bancaire, alors qu’à fin 2010 elle atteignait encore 28,4% du passif contre 16% pour celle à la charge des banques.

Créations : le repli s’accélère et atteint près de 20%

Le 1er semestre 2011 marque un nouveau recul du nombre de créations. Avec près de 320 000 nouvelles entités créées*, la baisse atteint 19,6%. Aucun secteur d’activité ni aucune région n’y échappe. Pour mémoire, à la fin du 1er semestre 2010, les créations progressaient encore de 13%.

Représentant 85% de l’ensemble des créations, les créations d’entreprises** baissent de 21%, confirmant la tendance globale. Les entreprises individuelles sont particulièrement touchées par le repli.

FOCUS : Nouveau signal inquiétant pour les entreprises individuelles

Catégorie la plus active du tissu économique français (61% des créations), les entreprises individuelles*** accusent une chute de 25% de leurs créations. Les nouvelles obligations légales qui entourent le statut d’auto-entrepreneur n’y sont pas étrangères.

C’est dans la catégorie « Autre personne physique », regroupant une grande partie des auto-entrepreneurs, que la baisse est la plus marquée : de -9% au 2nd semestre 2010 à -28% au 1er semestre 2011.

Elle atteint 25% chez les artisans-commerçants, 18,5% chez les artisans et 13,5% chez les commerçants. Le nombre d’agents commerciaux, d’exploitants agricoles et de professions libérales ayant choisi l’entreprenariat baisse respectivement de 17%, 11% et 8%.

« Sur le 1er semestre 2011, nous notons une décrue moins rapide des défaillances. Si cette décélération continue, le risque est cependant de rester, sur une période plus longue, au-dessus d’un niveau d’avant-crise», explique Jean-Yves Bajon, directeur général de Coface Services. « Les créations en net recul d’environ 20% accentuent la tendance observée depuis le second semestre 2010 où la baisse atteignait déjà 5%. Désormais il est clair que le phénomène n'est pas ponctuel. La stagnation de l’économie française risque de limiter encore le rythme des créations ».

* Il s’agit de l’ensemble des créations, catégorie regroupant toutes les entités juridiques quelle que soit leur forme (entreprises, sociétés civiles, associations…) ayant déclaré, soit reprendre leur activité, soit la créer complètement.
** Sont considérées comme « Entreprises » celles enregistrées sous le statut de société commerciale ou d’entreprise individuelle.
*** Les entreprises individuelles comprennent les artisans, commerçants, auto entrepreneurs…

Les 6 400 collaborateurs du Groupe Coface, un leader mondial de l'assurance-crédit, proposent à 135 000 entreprises clientes un service de proximité dans 66 pays. Coface est filiale de Natixis.
The 6,400 collaborators of the Coface Group, a world credit insurance leader, offer to its 135,000 clients a local service in 66 countries. Coface is a subsidiary of Natixis.

Lundi 12 Septembre 2011
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News