Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

1er baromètre auto-entrepreneur publié par Ciel


Le 1er baromètre auto-entrepreneur publié par Ciel donne une bonne vision du taux d’adoption et des perspectives de ce statut créé récemment




Pascal Houillon
Pascal Houillon
Ciel a publié récemment le premier Baromètre de l’auto-entrepreneur basé sur une étude réalisée mi-septembre 2009 auprès de 817 auto-entrepreneurs. Je trouve ce baromètre particulièrement intéressant car il permet de dresser le profil type de l'auto-entrepreneur et de constater que ce nouveau statut n'a pas permis de compenser l'écart entre les hommes et les femmes en matière de création d'entreprise, l'étude laissant entendre que les femmes prennent plus de temps pour réfléchir à leur projet.

Les chiffres révèlent également la grande expertise des créateurs et créatrices qui se lancent pour la plupart dans les services, mais ils soulignent aussi un certain amateurisme en terme d'étude de marché, recherche de clients et étude marketing de leur offre. Les auto-entrepreneurs ont en effet profité de l'effet "se lancer sans prendre de risque" mais auront-ils la capacité de durer, sont-ils bien armés ?

L’auto-entrepreneur est un homme à 77% âgé en moyenne de 40 ans, relativement peu diplômé (52 % ont au maximum un niveau bac) mais plus diplômé que le créateur classique. Plus de 60% des auto-entrepreneurs ont plus de 10 ans d’expérience professionnelle et plus des 2/3 exercent une activité de services. Ce nouveau régime est donc parfaitement adapté à ces activités qui nécessitent peu d’investissements, pas de locaux commerciaux, et qui sont compatibles avec les plafonds de CA. Surtout, 72% envisagent de rester auto-entrepreneur dans un an mais ont peu ou pas d’ambitions à développer. On sait qu’une petite moitié d’entre eux a créé cette nouvelle activité avec un objectif de complément de revenus, l’autre souhaite donc vivre de ses revenus d’auto-entrepreneur mais avec une difficulté réelle pour 43% d’entre eux : trouver des clients.

On le voit, ce statut a permis de donner une vraie impulsion au dynamisme entrepreneurial des Français. Je le trouve parfaitement adapté à l’état d’esprit que nous devons tous, acteurs économiques privés ou publics, diffuser dans notre société pour favoriser l’esprit d’entreprendre et l’envie d’innover. Charge à ces acteurs, notamment les entreprises, de puiser dans ces nouveaux offreurs des prestations, des ressources, des appuis pour leur propre activité. C’est sans doute par ce biais que se pérennisera l’activité des auto-entrepreneurs et que se mettra en place une nouvelle manière, riche parce que basée sur la créativité, l’expertise et l’échange rapide client / fournisseur, de développer pour chacun son business.

Pascal Houillon
Pascal Houillon tient un blog sur l’entrepreneuriat et la reprise d’entreprise : www.pascal-houillon.com
Il a fondé le 23 septembre 2008 l’Institut Sage afin de contribuer au développement des PME en France : www.institut-sage.com

Mardi 3 Novembre 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs