Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

11 décembre 2014 (n°9 - 14H30) | #Déflation, le nouvel écueil de l’#économie française


Économie, marchés, actions, devises, matières premières. Professionnels : votre quotidien Finyear vous offre tout au long de la journée, des commentaires et des chiffres.




Commentaires et chiffres du jour

11 décembre 2014 (n°9 - 14H30) | #Déflation, le nouvel écueil de l’#économie française
N°9 - 14H30

Déflation, le nouvel écueil de l’économie française

Par Christopher Dembik Économiste / Saxo Banque France.

Indice des prix à la consommation en France d’une année sur l’autre

11 décembre 2014 (n°9 - 14H30) | #Déflation, le nouvel écueil de l’#économie française
En novembre dernier, l’inflation a confirmé son ralentissement en France avec une baisse de 0,2%. Corrigée des variations saisonnières, la baisse est moins notable mais tout aussi inquiétante, de l’ordre de -0,1%. C’est une énième mauvaise nouvelle pour l’économie française qui confirme le risque croissant de déflation.

Outre le recul saisonnier lié aux prix de certains services, c’est encore la chute significative du prix du baril de pétrole qui impacte l’économie nationale. A elle seule, la diminution du prix des produits pétroliers se chiffre à 2,7%.

Par ailleurs, on ne peut attendre aucun salut de la hausse de la TVA qui passera à partir de janvier prochain de 19,6% à 20% puisqu’elle a déjà été intégrée dans le taux d’inflation. Dans ces circonstances, il faut craindre que l’inflation connaisse une forte plongée dès le premier trimestre 2015.

On a tendance néanmoins à souligner l’effet positif de la chute du prix de l’énergie sur le pouvoir d’achat. C’est un leurre. Une baisse sensible du prix de l’essence à la pompe demeure un rêve éloigné pour les automobilistes puisqu’en France, comme dans de nombreux pays de l’UE, il est constitué aux deux tiers de taxes. Le gain réel en termes de hausse du PIB risque d’être donc beaucoup plus faible qu’anticipé initialement.

Un Etat, confronté à la double contrainte liée au cadre budgétaire et aux implications techniques de l’union monétaire, apparait démuni pour éviter un scénario déflationniste durable. La seule porte de sortie est la politique monétaire.

Bien que le contre-choc pétrolier ait peu de chances d’être pérenne et qu’une stabilisation du prix du baril devrait survenir prochainement, la disparition, même temporaire, de l’inflation va accroître fortement la pression sur la BCE afin qu’elle lance un programme de rachats de dettes souveraines.

Les expériences passées ou en cours, on pensera logiquement aux Etats-Unis et au Japon, ne sont pas concluantes puisque nous n’avons pas suffisamment de recul pour en juger. Nous sommes en phase d’expérimentation. Tout au plus, certaines études empiriques, comme celle d’Urszula Sczerbowicz en 2011 [1], concluent que ces rachats permettent d’augmenter les anticipations d’inflation à long terme. Cela ne correspond pas à la problématique européenne qui consiste surtout en un désencrage des anticipations d’inflation à moyen terme (sur les échéances à cinq ans notamment) tandis que les anticipations à plus long terme évoluent solidement à proximité de l’objectif de la BCE.

La question de la pertinence des rachats de dettes souveraines reste ouverte pour le moment. Ce n’est en tout cas certainement pas la solution miracle si souvent mise en avant depuis deux ans.

Le renforcement des mesures d’assouplissement du crédit (credit easing) est, en revanche, une nécessité au regard de la baisse sensible dernièrement des coûts d’emprunt à court et à moyen terme pour les entreprises dans les pays du Sud de l’Europe, significativement en Espagne. Ce mouvement doit être encouragé par la banque centrale et cela devrait être le principal levier à actionner si elle devait agir de nouveau en début d’année prochaine.

Dans tous les cas, un QE souverain parait très improbable dès janvier, comme l’anticipe le marché. La BCE a, en effet, les mains liées tant que la Cour de justice de l’UE ne se sera pas prononcée sur son programme de rachats de dette.

[1] Szczerbowicz U., 2011. "Are Unconventional Monetary Policies Effective?", Working Papers CELEG 1107, LUISS Guido Carli.



N°8 - 12H00

In the Spotlight: The Rouble, Airbus, Bitcoin/ Microsoft, Google

The Russian Central Bank increased interest rates by a full percent point in its monthly policy meeting today, up to 10.5% from 9.5%. Though the move had been expected by many analysts, the Rouble fluctuated wildly both before and after the announcement, at one point reaching a record low of 55.22 against USD.

Airbus Group - Airbus Group’s share price is down by around 3.23% this morning after Qatar Airways unexpectedly cancelled an inaugural flight scheduled for tomorrow, without stating a specific reason for mothballing the maiden voyage. This is not the first time that Qatar Airways has pulled this sort of stunt – it did the same thing with the Airbus A380, although that time its stated reason was unhappiness with the standard of the aircraft’s cabin. Speaking of the A380 – it may be another reason for the company’s fall in stock price this morning; Bloomberg is reporting that the aircraft manufacturer may discontinue the A380 line as early as 2018, after no airline ordered any A380 planes this year. One option available to the company is to upgrade the available engines for the aircraft, but this would take a few years to develop, necessitating a decision in the coming months.

Bitcoin - Big news for Bitcoin this morning as news emerged that earlier this week Microsoft started officially accepting the digital currency as a means of payment. Thus far this is limited to the US and isn’t available for direct purchases (it can be added to boost an account balance). However, it appears as if Microsoft has managed to steal a march on some of its largest rivals – neither Google or Apple currently offer Bitcoin. Microsoft’s share price closed down around 1.45% yesterday, but it is currently up by 0.43% in pre-market trading.

Google – Speaking of Google, the company has announced that it will be bringing down the shutters on its Google News service in Spain next week, pre-empting a law due to come into effect in the new year which will allow news sources to charge resources like Google News a fee for publishing their content. Google stock was down by 1.37% on the NASDAQ at Wednesday’s close, it’s currently up by 0.24% in pre-market trading.

Daniel Sugarman
Market Strategist
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS
www.etxcapital.co.uk


N°7 - 10H50

Falling Oil Prices Drag on US Indices - Nikkei Feels After-Effects

Asian stocks fell on Thursday as falling oil prices added to global growth concerns, while the Dollar saw a bit of a respite against the Yen and Euro after successive sharp losses, Tokyo's Nikkei lost 1%, pulling further back from 7-1/2 year highs hit at the week's start, with sentiment bruised by the rout in U.S. stocks. U.S. stocks lost more than 1% on Wednesday in the S&P 500's biggest decline since Oct. 13 as another big drop in oil prices hammered energy shares. The Dow Jones industrial average fell 268.05 points to 17,533.15, The S&P 500 lost 33.68 points to 2,026.

The Dollar edged up 0.3% to 118.165 Yen, getting some respite after retreating to as low as 117.445 from a seven-year high of 121.86 reached on Monday. The Euro was steady at $1.2449 after rising to $1.2496. The common currency had rallied back from 2-1/2 year trough of $1.2247 hit on Monday before losing steam. The Australian Dollar rose 0.1% to $0.8325 after data revealed Australian employment in November showed a much higher than expected rise.

Brent crude ticked up 0.8% to $64.73 a barrel but stayed within reach of a five-year low hit in the previous session, with the market's bearish tone largely intact.

Within the equity space it’s oil stocks that are leading the charge on the FTSE in early trade. Petrofac, BP and Tullow Oil are oil notching higher by up to 3%.

David Papier
Market Analyst
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS
www.etxcapital.com


N°6 - 10H45

Peregrine & Black: Mid-Morning Market Comment

Good Morning Finyear Readers!

European shares are trading slightly higher this morning as profit-taking by ‘shorts’ and news out of China that the PBOC has pumped new funds into the banking market is giving stocks an early boost.
Still it needs to be seen if stocks will manage to sustain and add to their gains or if global economic growth fears and concerns about the upcoming Greek elections will push markets lower again as the day progresses.
Main focus this morning will be on the release of the latest uptake figures of LTROS issued by the ECB. Many are of the opinion that a disappointing demand will make QE more likely and imminent.
Later in the day focus will shift to the release of US November retail sales, good numbers are usually seen as boding well for the Christmas shopping season and might help to shift the focus off current concerns that global growth might be suffering a major slow-down in 2015.
Overall short-term sentiment remains negative, there are still plenty of negative factors out there which are giving shorts a good reason to sell or add to their short positions.
At this stage sharply falling oil prices are seen as a precursor to much weaker global growth in 2015 and disinflation and not necessarily yet as a major factor which will help economies to grow again strongly due to lower cost and more disposable income by consumers.

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst
Peregrine & Black
www.peregrineblack.com


N°5 - 9H45

Ouverture dans le rouge, la baisse des prix du pétrole nuit aux plus grosses capitalisations et aux politiques monétaires

Marchés actions
Sur les marchés actions, les principaux indices à travers le monde ont souffert hier, et tout particulièrement Wall Street. En effet, après avoir bien résisté à la chute du baril de pétrole et aux tremblements autour de la situation politique grecque qui est, à la surprise générale, revenue sur le devant de la scène, Wall Street a souffert suite à la forte progression du VIX. Le Dow Jones recule ainsi de 1.51% à 17 533.15 points, le S&P500 de 1.64% à 2 026.14 points et le Nasdaq de 1.73% à 4 684.03 points. Un peu plus tôt dans la journée, les places européennes avaient précédé leurs consœurs américaines à l’exception du Dax qui a péniblement grappillé 0.06% à 9 799.73 points au sein d’un contexte économique de fin d’année tendu. Le CAC 40 reculait de 0.84% à 4 227.91 points, tout comme le Footsie qui concédait 0.45% à 6 500.04 points.

De son côté, après avoir progressé pendant de nombreuses séances et revenant sur un plus haut de près de sept ans, la Bourse de Tokyo souffre pour la troisième séance consécutive après avoir cédée 0.89% à 17 257.40 points. Le regain de force du Yen face au billet vert pénalise notamment les valeurs exportatrices.

Selon les dernières indications disponibles, les bourses européennes devraient ouvrir en territoire négatif ce matin à l’ouverture au milieu d’un contexte tendu entre le niveau du cours de l’or noir, à son plus bas niveau en cinq ans et les craintes de voir la Grèce faire défaut qui refont surface. En effet, selon les derniers sondages, le parti radical de gauche en Grèce pointe en tête, ce qui inquiète les investisseurs avant le vote fatidique le 14 Décembre prochain. De plus, les investisseurs porteront une attention particulière à la deuxième opération de TLTRO aujourd’hui pour les banques européennes, qui pourraient à nouveau connaître un succès très mitigé. Si les banques se détournent à nouveau de cette mesure, la BCE pourrait être obligée de se lancer un QE, et ainsi racheter de la dette souveraine, selon des modalités à définir.

Forex
Ce matin sur le marché des changes, le billet vert gagne du terrain face à ses principales contreparties. Les investisseurs spéculent en effet sur la possible augmentation des taux d’intérêt par la Réserve Fédérale, stimulée par une amélioration de l’économie. En effet, les indicateurs outre-Atlantique ont été majoritairement positifs lors des dernières semaines, renforçant l’intérêt des cambistes pour le dollar. Ces derniers pourront par ailleurs suivre à 14h30 les chiffres du chômage et des ventes au détail, dans l’attente de la réunion de la FED, qui se tiendra les 16 et 17 Décembre.

En Europe, la monnaie unique consolide ce matin face à la majeure partie de ses homologues dans un marché attentiste de l’annonce de la Banque centrale européenne. Dans sa quête de croissance et d’inflation pour la zone euro, la BCE a en effet décidé de mettre en place 8 prêts à long terme (TLTRO) aux banques d’ici 2016. Après un premier prêt mis en place en septembre dernier, le deuxième prévu cette année est en place depuis mardi et le résultat sera connu aujourd’hui à 11h15. Un emprunt plus faible que celui prévu par le gouverneur de la banque centrale, Mario Draghi, pourrait amener l’euro à la baisse face au dollar. La paire phare du marché des devises évoluait donc ce matin en consolidation autour des $1,2460 pour un euro, cotant à 9h à $1,2470.

Outre-Manche, la livre britannique évoluait sans grande tendance, se stabilisant ce matin face au dollar, alors qu’elle glissait d’une vingtaine de pips face à l’euro. Ainsi, il fallait débourser £0,7938 pour obtenir un euro et $1,5712 pour obtenir une livre.

En Asie, la devise nippone a reculé face à ses principales contreparties, pâtissant des spéculations sur la possible victoire du premier ministre Shinzo Abe aux élections ce week-end, et l’extension des mesures qui ont affaibli la monnaie. De plus, le possible maintien des relances de la Banque du Japon pour aider l’économie à sortir de la récession renforce la crainte des cambistes. La devise japonaise évoluait donc à la baisse ce matin face au dollar, mettant fin à 4 jours de hausse après un rebond sur le niveau de support à 117,500 yens, et évoluant aux alentours des 118,015 yens pour un dollar. Scénario similaire face à la monnaie unique, le cross cotant à 147,112 yens pour un euro à 8h45.

En Australie, la devise locale a progressé face à la majeure partie de ses homologues, profitant des bons chiffres de l’emploi parus cette nuit à 1h30. Ainsi, le taux de chômage reste inchangé à 6,3% et les emplois évoluent à la hausse à 42 700 battants les estimations à 15 200.

Matières premières
Au chapitre des matières premières, les cours de l’or noir poursuivent leur baisse. Les dernières annonces continuent de plomber la tendance. Après avoir décidé de maintenir sa production de baril, l’Opep a abaissé ses perspectives de demande mondiale de pétrole. En parallèle, les Etats-Unis accélèrent leur production alors que le pays a fait état d’une hausse surprise de ses stocks de brut. Selon le département américain de l’Energie les réserves de brut ont augmenté de 1,5 million de barils pour atteindre 380,8 millions alors que les analystes tablaient sur une baisse de 2,7 millions de barils. Les derniers chiffres en provenance de la Chine, deuxième consommateur d’or noir au monde ne rassurent pas non plus. L’indice des prix à la consommation a enregistré sa plus faible hausse depuis cinq ans en augmentant de seulement 1,4% sur le mois de novembre en rythme annuel. L’offre se retrouve très largement excédentaire face à la demande sur le marché poussant inexorablement les cours à la baisse. Ce matin, le Brent de la Mer du Nord se négocie proche des 64,50 dollars et le WTI s’affiche de son côté désormais proche des 61,20 dollars.

Les métaux précieux parviennent à maintenir leur niveau soutenu notamment par la situation économique et politique de la Grèce qui inquiète les investisseurs. L’once d’or s’échange ce matin aux alentours de 1 224,20 dollars et l’once d’argent se traite autour des 17,05 dollars.

Saxo Banque (France)
www.saxobanque.fr


N°4 - 9H20

Le Royaume-Uni sort de l’Union européenne en 2017

Par Steen Jakobsen économiste en chef / Saxo Banque Danemark.

Le Parti de l’Indépendance UKIP remporte 25% des suffrages au niveau national lors des élections générales britanniques du 7 mai 2015 et fait sensation en devenant le troisième parti au parlement.

Toutefois, à cause du scrutin majoritaire en vigueur au Royaume-Uni, selon lequel un parti doit arriver en tête dans une circonscription pour gagner un siège au parlement, le UKIP n’obtient qu’un tiers des sièges contrôlés par les Conservateurs comme par les Travaillistes.
Il n’empêche que le UKIP, qui fait campagne sur un programme anti-UE et anti-immigration, détient les clés du pouvoir et fait alliance avec les conservateurs de David Cameron au sein d’un gouvernement de coalition. Son leader, Nigel Farage, devient premier ministre adjoint et Cameron appelle à un référendum sur l’appartenance du Royaume-Uni à l’UE, programmé pour 2017. Le taux de rendement des gilts, les obligations d’Etat britanniques, grimpe fortement alors que les sondages commencent à donner le «Oui» gagnant au référendum sur la sortie de l’UE.

Ce scénario aboutit à notre prévision choc d’une possible sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne en 2017.


N°3 - 9H15

France : les prix à la consommation baissent de 0,2 % en novembre 2014; ils augmentent de 0,3 % sur un an

Évolution mensuelle : -0,2 % ; variation sur un an : +0,3 %.

En novembre 2014, l'indice des prix à la consommation (IPC) baisse de 0,2 % après une stabilité le mois précédent.
Corrigé des variations saisonnières, il diminue de 0,1 %. Sur un an, l’IPC augmente de 0,3 %, en repli par rapport à octobre (+0,5 %).
Hors tabac, l'IPC croît également de 0,3 % sur un an. Outre le recul saisonnier des prix de certains services, la baisse des prix à la consommation en novembre résulte d'un nouveau recul des prix des produits manufacturés et des prix de l'énergie, en particulier des produits pétroliers.
De plus, si les prix des produits alimentaires ont été globalement stables en novembre 2014, les prix des produits frais se replient à nouveau.

Lire la suite


N°2 - 9H00

UBS daily roundup - Inflation (yes inflation. Not deflation)

Paul Donovan daily briefing.

• The US consumer is on display today with the release of US retail sales data. This is nominal data, so the lower gasoline prices will impact the headline. Strip away autos and gasoline and sales should be up a robust 0.6%. Not really an economy crying out for 0% interest rates.

• US import prices are also due for release. Normally this is not a major focus for investors, but with the strength of the dollar the supposed collapse of import prices has been a cause of concern. Excluding oil products, US import prices are rising.

• Prices are also rising in the Euro area, with German, French and Portuguese consumer price data due today. Of course the dollar impact on commodity prices means that there is less of a deflation impulse from commodities in the Euro.

• Bank of England hawk McCafferty was sounding hawkish in comments overnight, suggesting (logically enough) that policy makers should look through the current low inflation episode. Carney was sounding less hawkish, talking of gentle rate increases.

www.ubs.com/investmentbank


N°1 - 8H45

Les spreads des obligations d’entreprises multipliés par deux

Par Peter Garnry stratégiste actions / Saxo Banque Danemark.

Ce n’est pas tant la croissance que l’action de la Banque centrale européenne qui a fait diminuer les taux de rendement des obligations d’entreprises en Europe. Le rendement sur les obligations corporate non « investment grade » est en recul significatif depuis le pic du quatrième trimestre 2011.

Par exemple, le taux de la dette subordonnée en euro de la Royal Bank of Scotland arrivant à maturité en avril 2018 est tombé de 13,6% le 29 novembre 2011 à 2,2% le 17 novembre 2014. En conséquence, la progression de ce type d’obligations, coupons inclus, atteint 46% depuis le point bas du 7 octobre 2011, soit 13% en performance annualisée.

Pour autant, étant donné le faible impact de la politique de la BCE sur la croissance dans un contexte dans lequel les politiques monétaires n’arrivent pas à compenser le manque de croissance du secteur privé, la fête semble bientôt terminée pour la dette à haut rendement. En 2015, la croissance économique va encore ralentir, ce qui va pousser les investisseurs à s’interroger sur les politiques publiques. Alors que les banquiers centraux continuent à mettre sous pression les taux des émissions souveraines et des ABS, la BCE ne sera pas le sauveur des obligations d’entreprises « non-investment grade » car son mandat ne lui permet pas d’aller si loin – la Bundesbank ne le permettra tout simplement pas.

Avec le sentiment d’un retournement sur le high yield en 2015, les investisseurs attendront de trouver une liquidité rare et des prix excessifs pour sortir de leurs positions. Après l’effondrement final de la dette à haut rendement, l’onde de choc viendra de nouveau ébranler les fondements d’une économie européenne déjà faible.

L’indice Market iTraxx Europe Crossover qui intègre de manière équipondérée 75 « credit default swaps » portant sur les entités privées européennes non « investment grade » les plus liquides est le parfait reflet de la santé du secteur européen des obligations privées. Il nous sert ainsi d’étalon pour mesurer le développement du marché des obligations privées européennes non « investment grade ».

Cet indice se traite aux environs de 350 points de base et notre prévision choc est de dire qu’il va exploser pour atteindre au moins 700 points lorsque les investisseurs se bousculeront vers la sortie.


Corporate Finance : commentaires du jour

L'actu Corporate Finance par FinActu:

- Graitec annonce une levée de fonds de 2,5 M€ auprès d’Isatis Capital 10/12/2014
- Bird & Bird sur l’ouverture du capital de l’aéroport de Toulouse-Blagnac 10/12/2014
- Cession de la participation du Groupe BPCE au capital de Volksbank Romania 10/12/2014
- SnapCar boucle un tourde table de 2 M€ 10/12/2014
- Energie Perspective annonce une levée de fonds de 1,83 M€ 10/12/2014
- Keolis acquiert le groupe Autocars Striebig, opérateur majeur en Alsace 10/12/2014
- Webhelp acquiert l’entreprise néerlandaise R Systems Europe 10/12/2014
- Vatel Capital investit dans l’hôtel 4 étoiles « Les bergeries de Calla Rossa » via les FIP Kallisté Capital n°5 et n°6 10/12/2014
- Nocibé France Distribution rachète Clin d’OEil 10/12/2014
- Centradis s’empare du Groupe Sterenn 10/12/2014

www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour la lettre digitale Le Capital Investisseur

DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur


The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.




The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal



BOURSE : Indices + CAC40 + MP


Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


TAUX D'INTERET LEGAL

Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


TAUX INTERBANCAIRES

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois





Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France




INDICES OBLIGATAIRES

Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


INFORMATIONS LÉGALES

Disclaimer:
Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

AVERTISSEMENT LÉGAL CONCERNANT LES COMMENTAIRES ET AVIS D'EXPERTS:

Les commentaires et avis d'experts figurant dans cette série d'articles publiés par Finyear sont émis à titre d’information et ne doivent pas être considérés comme un conseil d’investissement.

Plus particulièrement, les contenus figurant sur ce site Internet Finyear.com ne sauraient être interprétés comme des conseils fournis ou approuvés par tout membre du Groupe Finyear, ou comme une sollicitation ou une incitation à souscrire, vendre ou acheter un quelconque instrument financier.

Les analyses et opinions exprimées sont celles des sociétés et experts référencés dans chaque article à la date indiquée et sont susceptibles de changer à tout moment. Toutes projections économiques ou prévisions figurant dans ces articles document reflètent les hypothèses et jugements subjectifs des auteurs. Des événements imprévus peuvent se produire.
Ces commentaires et avis sont fournis uniquement à des fins d’information aux prestataires de services d’investissement ou aux autres professionnels ou investisseurs qualifiés.

Le site Internet Finyear.com ne contient aucun conseil financier, fiscal ou commercial, ni aucun conseil en investissement ou autre conseil proposé ou recommandé par le Groupe Finyear (et ne doit pas être interprété comme fournissant de tels conseils), et ne doit pas être considéré comme une liste des cours de placement, ni comme une offre, une incitation ou une sollicitation, en vue de la souscription, l'achat ou la vente de tout instrument financier.

Toute personne prenant une décision d'investissement en se fondant sur des informations disponibles sur Finyear.com agit à ses propres risques, et Finyear (y compris ses filiales) ne saurait en aucun cas être tenue responsable de toute perte subie de ce fait.

Tous les efforts ont été fournis afin de s’assurer de la justesse de l’information délivrée mais aucune assurance ou garantie ne peut être donnée.

Les médias du groupe Finyear

Chaque jour (5j/7) lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Chaque mois lisez gratuitement :

Le magazine digital :
- Finyear Magazine

Les 6 lettres digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur
- GRC Manager
- Le Contrôleur de Gestion (PROJET 2014)

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres


Jeudi 11 Décembre 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs