Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

100 milliards de dollars


C’est à ce jour la facture que les colosses bancaires américains ont déboursé à leurs avocats. La facture est salée et vise à couvrir des agissements à la limite des pratiques délictueuses.




Le montant est supérieur au total des dividendes servis ces cinq dernières années aux actionnaires des six banques concernées et dépasse les profits cumulés de celles-ci pour l’année 2012.

Selon des informations récentes publiées par Bloomberg, JP Morgan, Bank of America, Citigroup, Goldman Sachs, Morgan Stanley et Wells Fargo ont dépensé les cinq dernières années en frais d’avocats, procédures légales, accords de compensation et provisions pour règlement de futures poursuites, liées à des pratiques délictueuses dans les marchés financiers — 103 milliards de US$.

Le prix de cette hémorragie ne semble pas cesser de sitôt (dernier cas: JP Morgan qui a transigé pour 13 milliards de $). Après leur sauvetage extrêmement coûteux de la faillite, et après avoir éloigné le risque systémique et bancaire de l’économie, les autorités de supervision US se montrent plus à l’aise à enquêter et mener un nombre croissant de cas de pratiques délictueuses de ces banques devant la justice ou les forcer à des accords de compensation onéreux.

Il n’est pas du tout étonnant ni dû au hasard que le 40% des frais juridiques et de procédures surviennent après janvier 2012.

La majorité des poursuites concentrent :
a) La vente mensongère de papiers soi-disant sécurisés mais en réalité couverts par des hypothèques à hauts risques désormais connus sous le terme de «subprime»
b) La manipulation des taux interbancaires — Libor et Euribor qui servent à la fixation des taux de crédit correspondant à des milliards de dollars
c) La manipulation des prix des contrats des matières premières et des dérivés qui s’y rattachent et qui ont conduit les prix du pétrole, du gaz, de l’électricité ainsi que des soft commodities durant la décennie écoulée à des niveaux inquiétants.

FINMA (Swiss Financial Market Supervisory Authority) a introduit une action en justice contre JP Morgan et 17 autres banques les accusant d’avoir vendu des CDO et CDS (à hauteur de 33 milliards de dollars à Freddie Mack et Fannie Mae) prétendant que la qualité de ces créances était conforme aux critères couramment admis.

La réalité a prouvé que les emprunteurs de tels crédits n’avaient aucune capacité réelle de remboursement et que les banques ont surévalué la qualité de tels prêts en vue de les vendre sur les marchés.

Dans cette spirale de spéculation infernale qu’ont favorisée les pratiques illégales des banques ce ne sont pas seulement les cabinets d’avocats qui en profitent mais aussi une foule de lobbyistes, de conseillers juridiques et de juges. Des politiciens et les lobbyistes retirent de beaux revenus de l’énorme gâteau de la cupidité des banques. Il est par contre curieux de constater que les co-auteurs de cette supercherie désastreuse et qui ont contribué par leurs agissements délictueux à tromper les investisseurs — à savoir les fameuses agences de notation — ne soient pour l’instant ni visées ni inquiétées dans ce contexte alors même qu’elles ont agi de concert avec leurs clients bancaires.

Pierre Christodoulidis
Co-Founder & President of CIFA
www.cifango.org

Article extrait de TRUSTING n°5 de janvier-juin 2014.

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement chaque jour (5j/7) le quotidien Finyear.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct pour vous abonner : www.finyear.com/abonnement

Lisez gratuitement chaque mois :
- le magazine digital Finyear sur www.finyear.com/magazine
- la lettre digitale "Le Directeur Financier" sur www.finyear.com/ledirecteurfinancier
- la lettre digitale "Le Trésorier" sur www.finyear.com/letresorier
- la lettre digitale "Le Credit Manager" sur www.finyear.com/lecreditmanager
- la lettre digitale "Le Capital Investisseur" sur www.finyear.com/lecapitalinvestisseur
- la lettre digitale "GRC Manager" sur www.finyear.com/grcmanager
- la lettre digitale "Le Contrôleur de Gestion" (PROJET 2014) sur www.finyear.com/lecontroleurdegestion

Un seul formulaire d'abonnement pour 7 lettres



Mardi 8 Avril 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News